Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 23:08

Première partie d’un Quiz qui, grâce au respect de la chronologie, donnera un large aperçu de la carrière cinématographique de l’acteur (réalisateur) dans le cadre de la projection au ciné-club de son film Fanny

 

 

 

1. 1974. Son 1er grand rôle lui est donné par Gérard Pirès aux côtés de Catherine Deneuve et Jean-Louis Trintignant. Quel est le titre du film dans lequel il joue le fiancé de Natacha (Valérie Mairesse). L’année suivante le réalisateur tourne Attention les yeux.

2. 1977. Titre du film adapté d’un roman de Patrick Cauvin avec Claude Brasseur et Nathalie Baye, réalisé par Philippe Monnier (en 1996 : Passage à l’acte).

3. 1980. Qui interprète la directrice du cours Louis XIV dans Les sous-doués ? Et son adjoint, professeur des matières scientifiques ? Claude Berri tourne une suite en 1982 et a précédemment réalisé A nous 2 en 1979.

4. La même année, qui a joué le rôle d’Emma, inspiré de Marthe Hanau dans le film de Francis Girod ? Celui-ci tourne en 1990 Lacenaire.

5. Qui est cette actrice qui coécrit avec Jean-Marie Poiré l’histoire de Lydie, cette femme au physique peu avantageux qui trouve l’amour ? Cette personne réalise en 1991 un film dans lequel notre acteur est un démon Abargadon qu’elle, Léah, a involontairement invoqué. Ma vie….Titre à compléter.

6. 1982. Edouard Molinaro réunit D.Auteuil et Gérard Jugnot pour une attaque de banque où la rançon est partagée avec les otages. Quel est le titre ? Il réalise en 1984 L’amour en douce avec Daniel Ceccaldi et Palace.

7. 1986. Michel Deville réalise Le Paltoquet, homme à tout faire dans un bar où se réunissent 4 amis (DA, Richard Bohringer, Philippe Léotard et Claude Piéplu). Un soir, un policier (Jean Yanne) arrive pour enquêter sur un meurtre. Qui est cet employé aux côtés également de Fanny Ardant et Jeanne Moreau ?

8. 1988. Claude Sautet lui donne le rôle d’un fils de bonne famille dépressif, PDG d’une chaîne de magasins et qui se rend à Limoges pour prendre du recul. Il propose à Francine (Sandrine Bonnaire) de lui tenir compagnie. Quel est le titre du film ? Qui est joue Maxime, son ami dans une autre réalisation en 1991 : Un cœur en hiver.

9. 1992. Pour Ma saison préférée d’André Téchiné, il retrouve une actrice de ses débuts. Celle-ci joue avec sa fille. Qui sont-elles ? Les 3 acteurs se retrouvent pour Les voleurs en 1996 avec Benoît Magimel.

10. 1994. Dans ce film historique de Patrick Chéreau, il est Henri de Navarre et Jean-Hugues Anglade Charles IX. Quelle actrice a le rôle titre ? Pour quel film ?

11. 1995. Régis Wargnier tourne cette histoire basée sur celle de sa propre mère. Nancy 1939. Jeanne (Emmanuelle Béart) épouse Louis. Elle le trompe durant son absence et il lui accorde son pardon. A Berlin, elle tombe amoureuse de Mathias, un Allemand, alors que son époux doit partir pour l’Indochine. Quel est le titre ?

12. 1996. Pour quel film obtient-il ex aequo avec Pascal Duquenne le prix d’interprétation masculine au festival de Cannes ? Jaco van Dormael en est le réalisateur.

13. 1997. Claude Berri, qui a réalisé 10 ans plus tôt Jean de Florette et Manon des sources, films pour lesquels l’acteur a reçu le César du meilleur acteur, ( il est Ugolin), se penche sur la vie d’une femme durant la résistance à l’occupation nazie et le coup d’éclat réalisé pour sauver son mari. Quel est le titre ? Qui interprète cette héroïne ? En 2005, le metteur en scène réunit Charlotte Gainsbourg, Nathalie Baye et Pierre Arditi dans L’un reste, l’autre part.

14. 1997. Quel roman de Paul Féval, Philippe de Broca adapte-t-il avec Fabrice Luchini, Marie Gillain, Philippe Noiret, Vincent Perez et Jean-François Stevenin ? André Hunebelle avait déjà porté à l’écran ce livre avec Jean Marais et Bourvil en 1959.

15. 1998. Quel métier exerce-t-il dans La fille sur le pont de Patrice Lecomte et qui est Adèle, sa partenaire ? (Elle est aussi connue comme chanteuse). En 2000 le réalisateur tourne La veuve de Saint-Pierre qui repose sur une histoire vraie et dont le titre repose sur un jeu de mots. Avec Juliette Binoche, Emir Kusturica et Michel Duchaussoy. En 2006, notre acteur est un marchand d’art dont la vie personnelle est un échec. A la suite d’un pari avec Catherine (Julie Gayet), son associée, il doit au plus vite lui présenter un camarade.Ce sera Dany Boon. Quel est le titre ?


 

REPONSES :

1. L’agression ;

2. Mr Papa ;

3. Maria Pacôme ;

Hubert Deschamps ;

4. Romy Schneider ;

5. Josiane Balasko ; ma vie est un enfer ;

6. Pour 100 briques t’as plus rien ;

7. Michel Piccoli ;

8. Quelques jours avec moi ; André Dussolier ;

9. Catherine Deneuve ; Chiara Mastroianni ;

10. Isabelle Adjani ; La reine Margot ;

11. Une femme française ;

12. Le 8ème jour ;

13. Lucie Aubrac ; Carole Bouquet ;

14. Le Bossu ;

15. Lanceur de couteaux ; Vanessa Paradis ; Mon meilleur

suite du quiz  Daniel AUTEUIL

1. 2000. Benoît Jacquot évoque les quelques mois qu’un célèbre marquis passa dans une clinique de Picpus, sous la Terreur, de mars 1874 à la chute de Robespierre. Il reçoit fréquemment la visite de Sensible, une ancienne maîtresse. Celle qui joue ce rôle a un temps partagé la vie de D.A., qui a reçu

2. 2001. Francis Weber filme ce comptable timide qui, sur les conseils de son voisin (Michel Aumont) se fait passer pour un homosexuel pour éviter un licenciement, s’attirant les foudres du chef du personnel Santini, macho, raciste et homophobe. Qui joue ce rôle et quel est le titre ? Le personnage récurrent de François Pignon revient dans une autre réalisation en 2006 quand, cette fois, modeste voiturier (Gad Elmaleh), il doit faire passer la maîtresse (Alice Taglioni) d’un homme d’affaires pour sa fiancée afin d’épargner à celui-ci un divorce coûteux (l’épouse est Kirstin Scott Thomas). Titre ?

3. 2002. Qui a réalisé L’adversaire d’après le roman éponyme d’Emmanuel Carrère basé sur l’histoire d’un homme qui tue tous les siens quand on découvre que depuis 18 ans il n’a jamais été le médecin qu’il prétendait être et qu’il est acculé.

4. 2004. Quel est le titre de ce film d’Olivier Marchal portant sur la rivalité entre 2 patrons de police : Léo Vrinks pour la BRI et Denis Klein (Gérard Depardieu) pour la BRB ? En 2008, le réalisateur tourne MR 73. Le titre vient du nom d’un revolver, Mahurin 73, donné en dotation dans la police puis remplacé par le Sig-Sauer SP 2022.

En 2005, sous la direction de Michael Haneke il tourne Caché.

5. 2006. Quel personnage historique, exilé sur une île joue notre acteur dans un film de Paolo Virzi avec Monica Bellucci ? Le titre sera donné dans les réponses.

6. 2007. Jean Becker adapte le roman éponyme d’Henri Cuerco (2004). Un peintre réputé retourne vivre dans la maison d’enfance et embauche un retraité qui est un ancien ami de l’école primaire. Qui joue ce rôle et quel est le titre ?

7. 2007. Quel est le titre du film d’Alain Corneau adapté de José Giovanni avec Michel Blanc, Jacques Dutronc et Monica Bellucci ? Jean-Pierre Melville avait déjà réalisé une version en 1966 avec Lino Ventura, Paul Meurisse et Raymond Pellegrin.

Il tourne La personne aux 2 personnes de Nicolas et Bruno en 2008 et l’année suivante Je l’aimais de Zabou Breitman.

8. 2011. Il tourne son 1er film, déjà réalisé en 1940 par Marcel Pagnol avec Raimu et Fernandel. Il réunit sabine Azéma, Kad Merad, Jean-Pierre Darroussin et Nicolas Duvauchelle. Quel est le titre ?

9. 2013. Quel est le nom du cheval (qui est le titre du film) et celui de son cavalier dans le film de Christian Duguay ?

Cette même année il réalise Marius et Fanny.

10. 2015. Qui est le réalisateur (il est son partenaire dans Avant l’hiver de Philippe Claudel en 2013) de nos femmes ?

11. 2017. Yvan Attal met en scène un professeur d’université accusé de racisme et contraint pour s’amender à préparer l’étudiante qu’il a malmenée à un prestigieux concours d’éloquence. Camélia Jordana a reçu le César du meilleur espoir féminin. Quel est ce film ?

12. 2018. Il réalise Amoureux de ma femme, adaptation de la pièce de Florian Zeller L’envers du décor avec Gérard Depardieu. Quelle actrice joue ce rôle ?

13. 2018. Comment s’appelle l’artiste de rue qui «  recueille » Rémi dans Rémi sans famille, adapté du roman d’Hector Malot (1878) par Antoine Blossier avec Jacques Perrin, Virginie Ledoyen et Ludivine Sagnier.

14. 2019. Qui réalise La belle époque, comédie dramatique sur un sexagénaire qui souhaite revivre la semaine la plus marquante de sa vie : sa rencontre avec son grand amour 40 ans plus tôt. Le film avec Pierre Arditi, Denis Podalysès et Fanny Ardant (César de la meilleure actrice dans un second rôle) remporte le César des meilleurs décors et celui du meilleur scénario original.


 

REPONSES :

1. Marianne Denicourt ; Sade ;

2. Gérard Depardieu ; Le placard ;

La doublure ; 3. Nicole Garcia ;

4. Quai des Orfèvres ;

5. Napoléon dans Napoléon (et moi) ;

6. Jean-Paul Darroussin ; Dialogue avec mon jardinier ; 7. Le 2ème souffle ;

8. La fille du puisatier ;

9. Jappeloup ; Guillaume Canet ;

10. Richard Berry ;

11. Le brio ;

12. Sandrine Kiberlain ; 1. Vitalis ;

14. Nicolas Bedos.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 23:02

 

 

 

 

 

 

Marcel Pagnol rappelait toujours que sa date de naissance à Aubagne, le 28 février 1895, coïncidait avec celle du cinéma inventé par les frères Lumière. En 1928, sa pièce Topaze est un succès au théâtre des Variétés avec plus de 800 représentations. L’année suivante, en mars, Marius, 4 actes et 6 tableaux, est joué au théâtre de Paris avec Raimu, Pierre Fresnay, Orane Demazis, Charpin, Robert Vattier, Paul Dullac et Maupi.

En 1929, Pagnol assiste à Londres à la projection d’un des 1ers films parlants Broadway Melody et décide de se consacrer à cet art, disant : « Le cinéma est un moyen d’expression dramatique, plus commode, beaucoup plus riche que le théâtre ». Robert T (Bob) Kane, directeur de la succursale française de la Paramount lui propose d’acheter les droits de Marius. L’écrivain refuse mais accepte un simple pourcentage sur les recettes si les acteurs sont ceux qui ont créé la pièce. L’accord se fait mais Kane impose un réalisateur américain : Alexander Korba ; l’entente entre les 2 hommes est très cordiale et Pagnol dira de lui : «  Il m’a tout appris ». Le film, un des 1ers succès du cinéma parlant français, sort le 10 octobre 1931. La suite est écrite en 3 actes et 4 tableaux, jouée sur scène en décembre 1931 et la version filmée, sur laquelle débute Françoise Giroud, jeune scripte de 16 ans, par Marc Allégret sort le 2 novembre de l’année suivante. Marcel Pagnol ne se sent pas encore vraiment cinéaste. La Paramount acquiert, sans son accord, les droits d’adaptation de Topaze (travail de Léopold Marchand, ami personnel de l’auteur) que met en scène Louis Gasnier avec Louis Jouvet.

Cette affaire le conduit à la fondation de sa propre société de production, Les films Marcel Pagnol. IL installe ses studios à Boulogne-Billancourt et dans le quartier du Prado à Marseille. En 1934, il achète dans les collines au-dessus du petite village de la Treille, qu’il évoque dans les souvenirs d’enfance, qu’il commence à écrire en 1951, un domaine de 24 hectares (qui en compte plus tard 40) pour en faire son « Hollywood provençal ». Il tourne Le gendre de monsieur Poirier d’après Emile Augier et fait ses adieux au théâtre filmé. André Bazin, célèbre critique de l’après-guerre écrit : « Pagnol n’est pas un auteur dramatique converti au cinéma mais un des plus grands auteurs de films parlants ». Avec 10 ans d’avance, il filme en extérieur et favorise le naturel des situations et du jeu des acteurs. Ce qui fera dire à Roberto Rossellini et Vittorio De Sica qu’il est le père du néo-réalisme.

En 1934, il confie à Vincent Scotto le rôle principal de Joffroi, d’après une nouvelle de Jean Giono, rencontré en 1932. Le film est élu meilleur film étranger par le New York Critic’s Circle awards en 1939. Un de Baumugnes du même auteur sera adapté sous le titre Angèle avec Orane Demazis . L’actrice, rencontrée en 1925 et pour laquelle il crée le rôle de Fanny, est sa compagne jusqu’en 1938. Elle lui donne, en 1933, un fils qu’il ne reconnaît pas. Fernandel trouve là son premier emploi dramatique. En 1935, il tourne Merlusse et Cigalon avec ses souvenirs de jeune enseignant (après avoir été répétiteur d’anglais, il enseigne au lycée Saint-Charles de Marseille puis au lycée Condorcet à Paris où il occupe un poste de professeur d’anglais jusqu’en 1927 où il décide de « prendre congé de l’éducation nationale pour cause de littérature ». L’année suivante est réalisé César écrit directement pour le cinéma et qui sera adapté au théâtre plus tard. En 1937, pour Regain, le maître maçon Marius Braquier, son fidèle décorateur, reconstitue tout un village. Le clocher mesure 20 m et un téléphérique hisse les 40 tonnes de matériel. Il fonde cette même année La revue des cahiers du cinéma qui ne comptera que 3 numéros. En 1938 sort La femme du boulanger, adaptation de Jean le Bleu, e Ginette avec Raimu qui accepte après pas mal de bouderies et de réconciliations et Ginette Leclerc que propose l’acteur et qui devient vedette grâce à ce rôle (pour lequel Pagnol avait contacté l’agent de Joan Crawford). Orson Welles, plus tard, salue cette réalisation comme un des grands films du cinéma mondial. Son 11ème film, La fille du puisatier, sorti en 1940 en zone libre et le 1er à être diffusé en zone occupée en 1941, réunit ses acteurs fétiches, Raimu, Fernandel, Charpin, Charles Blavette ou bien encore Milly Mathis auxquels se joint Josette Day, sa compagne de 1939 à 1944.

En 1941, il achète sans l’avoir vu le château de la Buzine et découvre plus tard qu’il s’agit de celui qui a tant effrayé sa mère, aventure qu’il mentionne dans ses souvenirs. Il vend ses studios à la Gaumont mais reste directeur de production en évitant ainsi les pressions d’Alfred Greven de la Continentale. Il réalise un film commandé par le régime de Vichy : Français, vous avez la mémoire courte. L’année suivante, il acquiert le domaine de l’Etoile où il réemploie le personnel de ses studios comme cueilleurs d’œillets pour lui éviter le STO. Il commence le tournage de La prière aux étoiles avec Pierre Blanchar, Josette Day et Pauline Carton. Le film est inachevé et la pellicule détruite sous la pression nazie pour éviter de collaborer. En 1945 sort Naïs, adaptation de Naïs Micoulind’Emile Zola avec Raymond Pellegrin que le réalisateur considère comme son fils adoptif bien qu’aucune démarche en ce sens n’ait été entamée. Le rôle titre revient à Jacqueline Bouvier rencontrée en 1938 lors d’une recherche d’acteurs. Leur mariage donne naissance à 2 enfants et elle tourne sous sa direction 6 films. Il disait qu’elle était « son brin de poésie et de tendresse ».

En 1946 son élection à l’Académie française au fauteuil 25 fait de lui le 1er cinéaste à être admis sous la coupole. En 1948, il réalise une biographie de Schubert, La belle meunière, avec Tino Rossi, premier film français en couleurs réalisé en France avec un procédé français, le Rouxcolor. C’est un échec. Le décèsbrutal de Raimu est une douloureuse épreuve. Il écrit 2 ans plus tard le scénario d’une nouvelle adaptée de Guy de Maupassant et tournée par Jean Boyer, Le rosier de madame Husson, avec Bourvil qui débute. Après une 1ère réalisation de Topaze en 1936 avec Alexandre Arnady, il connaît un grand succès avec celle de 1951 qui réunit Fernandel, Pierre Larquey et son épouse Jacqueline Pagnol. Cette dernière sera Manon dans le film en 2 parties, Manon des sources et Ugolin, avec Rellys et Raymond Pellegrin qui sort en 1953 ; il publie en 1962 les 2 tomes de L’eau des collines, inspirés par ce film. Toujours en 1953, il conçoit les dialogues et l’adaptation de Carnaval d’Henri Verneuil. Il tourne également certaines des Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet : Le secret de Maître Cornille, L’élixir du révérend père gaucher et les 3 messes basses. Georges Brassens a été pressenti pour Les étoiles, projet non concrétisé.

Il préside en 1955 le jury du 8ème festival de Cannes. En 1967, il réalise pour la télévision un conte dont certaines scènes avaient été commencées en 1954 : Le curé de Cucugnan avec Fernand Sardou.Jean-Charles Tacchella définit ainsi son cinéma : «  C’est cela la leçon de Pagnol : en sortant d’un de ses films on était heureux. Parfois même on se croyait meilleur ».

Outre son activité de réalisateur, il est également auteur de scénarios, de dialogues et conçoit des adaptations. Ce fut le cas pour : L’agonie des aigles de Roger Richebé d’après le roman de G. d’Esparbès en 1933 ; Tartarin de Tarascon de Raymond Bernard en 1934 ; Mr Brotonneau d’Alexandre Esway d’après Flers et Caillavet en 1939 et un téléfilm de François Gir en 1962 La dame aux camélias d’être une source d’après Alexandre Dumas.

Son œuvre continue d’inspiration et de créations : En 1931, une reprise de Fanny est proposée en Allemagne. En 1938, la trilogie Port of seven seas est réalisée par James Whale avec Maureen O’Sullivan. Marius est repris au Japon en 1942. Cette même œuvre est jouée sous forme de comédie musicale à Broadway 888 fois de 1954 à 1956. Un film américain, inspiré de cette pièce mais sans les numéros musicaux est réalisé en 1961 avec Leslie Caron, Maurice Chevalier (Panisse), Charles Boyer (César) et Horst Buchholz (Marius) en 1961. Claude Berri, en 1986, écrit et réalise Jean de Florette et Manon des sources avec Gérard Depardieu, Yves Montand, Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart. En 1990, Yves Robert donne vie aux souvenirs d’enfance avec La gloire de mon père et Le château de ma mère avec Philippe Caubère et Nathalie Roussel. Gérard Oury tourne Le Schpountz avec Smaïn, Sabine Azéma et Ticky Holgado en 1999. La trilogie, avec Roger Hanin, est adaptée pour le petit écran en 2000 tout comme La femme du boulanger en 2010 avec Philippe Caubère, Michel Galabru et Bernadette Lafon. Avec l’accord de jacqueline Pagnol, un opéra est commandé à Marseille en 2007, Marius et Fanny, avec Roberto Alagna sur une musique de Vladimir Cosma.

Marcel Pagnol meurt le 18 avril 1974 à l’âge de 79 ans. Il repose au cimetière de la Treille, près de sa mère, non loin du caveau de la famille Pagnol où ont été inhumés son père, sa seconde épouse, ses frères et sœurs et plus loin son ami Lili. Son épitaphe est une citation de Virgile : Fontes amicos uxorem dilexit( il a aimé les fontaines, ses amis, sa femme). Celle-ci décède le 22 août 2016.

................................................................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 09:36
MARTHE MERCADIER s'en est allée.

Comédienne de théâtre et de cabaret, actrice de cinéma et femme engagée.

Marthe Mercadié-Meyrat est née le 23 octobre 1928 à Saint-Ouen. Par relations, elle est amenée à danser à l’âge de 5 ans près de Joséphine Baker. Devenue soudainement bègue puis muette, elle se rétablit un an plus tard. Suite à une chute, en 1936, elle est atteinte durant 18 mois de paralysie. Lors de la 2ème guerre mondiale, elle entre dans la résistance durant sa scolarité à Saint-Maur-des-fossés, ce qu’elle raconte dans son livre de souvenirs paru en 2005 : Le rire est mon refuge.

En 1945, elle est inscrite au cours Simon où se trouvent également Michel Bouquet, Robert Hirsch et Michel Piccoli. Elle est souffleuse au théâtre Saint-Georges et joue A l’approche du soir du monde dans une mise en scène de Maurice Escande. C’est le début d’une grande carrière au théâtre qui sera évoquée plus loin.

En 1952, elle épouse Gérard Néry, (1922-2010), acteur (sous la direction d’André Berthomieu : J’ai 17 ansen 1945 ; Amour, délices et orgues en 1946 ; L’ombre en 1948), scénariste (Paris music hall de Stany Cordier) et écrivain (18 livres de Julie crèvecoeur en 1970 à Scorpions en 1990). Le couple se sépare 20 ans plus tard. Leur fille unique Véronique naît en 1961 et devient l’attachée de presse de sa mère. Après leur séparation, elle vit une année de passion amoureuse avec le coureur automobile J.Manuel Fangio qui était assez « planplan » dans le quotidien. Elle se souvient : « Je n’ai jamais autant ri(…). Il roulait à 90km/h sur l’autoroute Il ne voulait pas accélérer. Il disait que les autres conducteurs étaient fous ».

De décembre 1970 à octobre 1971, elle dirige le théâtre du Vieux-Colombier. Elle produit en 1979 le film de Patrick Schulman Et la tendresse ? Bordel ! et au théâtre en 1981 Bent avec Bruno Cremer. Elle apporte son soutien à François Mitterrand durant la campagne présidentielle de 1981 et est, en septembre, chargée de mission pour les problèmes d’audiovisuel près d’Yvette Roudy. Le livre blanc qu’elle rédige est classé sans suite et elle démissionne.

En 1974 elle devient Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres (elle est officier en 1989). En 1993, Simone Veil lui décerne le grade de Chevalier de l’ordre national du Mérite dont les insignes lui sont remis par l’abbé Pierre. La même année, elle reçoit le Prix de la solidarité décerné par les nations unies pour son engagement humanitaire depuis 20 ans. Elle est membre de l’académie Alphonse Allais, créée en 1954 à l’initiative d’Henri Jeanson qui décerne chaque année un prix littéraire (le 1er le fut à Eugène Ionesco).

Elle préside en 2008 le festival d’humour et de café de Roquencourt. En 2009, elle se produit au théâtre de la Renaissance dans un one woman show : Les femmes, le spectacle et la politique. En 2010, elle part en tournée avec Madame Marguerite de Roberto Althayde. Elle est, à 82 ans, la candidate la plus âgée de l’émission Danse avec les stars en mars 2011, dont elle termine 6ème avec son partenaire Grégoire Lyonnet (Un hommage doit lui être rendu dans ce cadre). La même année, elle participe au 75ème anniversaire du Balajo, rue de Lappe et écrit en collaboration Je jubilerai jusqu’à 100 ans. En 2012, elle est sur la scène du théâtre de la Renaissance pour Mercadier et de Funès en vadrouille avec Laurent, duo avec le petit-fils de l’acteur.

Sa carrière théâtrale fait référence à environ 44 pièces dans des cadres comme Saint-Georges, Daunou, Montparnasse, Les Bouffes parisiens, les Variétés, Edouard VII, L’Athénée, Sarah Bernhardt, Fontaine, Nouveautés, Porte Saint-Martin et Nouveautés ou bien en tournées. Les auteurs interprétés sont multiples et mêlent tous les genres et les époques : Armand Salacrou en 1957 avec Une femme trop honnête et L’archipel noir en 1962. Georges Feydeau avec La puce à l’oreille, jouée en 1952 et en 1956 (ainsi que pour la télévision pour Stellio Lorenzi avec Pierre Mondy, Louis de Funès et Robert Manuel) tout comme l’hôtel du libre échange ( joué pour le petit écran en 1979 avec Jean Poiret, Pierre Mondy et Jean-Pierre Darras). Molière et Tartuffe en 1960. Citons aussi : Sacré Léonard de M. Serraut et J. Poiret en 1963, Thierry Maulnier, Raymond Castan, Marcel Aymé avec Les 4 vérités en 1973 et entre 2008 et 2009, Robert Lamoureux et son Diable d’homme en 1980, André Roussin, Marc- Gilbert Sauvajon avec Treize à table et Les enfants d’Edouard en 1992. Ce sont également Barillet et Grédy, Françoise Dorin avec La facture et Les bonshommes en 1988, Francis Joffo, Jean Marsan, Marc Camoletti et La bonne Anna en 1991, Le squat de Jean-Marie Chevret est joué en 2000 Olivier Lejeune et Trop c’set trop puis tout bascule de 2005 à 2007. Les mises en scène sont assurées par : Jacques Charon, Marcelle Tassencourt, Jean Le Poulain, Charles Dullin, René Clermont, Daniel Ceccaldi, Pierre Mondy ou bien encore Jean-Luc Moreau.

La télévision et l’émission Au théâtre ce soir a fait la part belle au théâtre à partir de 1966 et jusqu’en 1980 dans des réalisations effectuées le plus souvent par Pierre Sabbagh dans le cadre du théâtre Marigny. Chérie noire de François Compaux avec Jean-Jacques est la 1ère participation de la comédienne qui aura pour la suite des partenaires comme Madeleine Barbulée, Maria Pacôme, Mony Dalmès et Jean Le Poulain. Jacques Charon, Michel Roux et René Dupuy assurent la mise en scène. Quelques titres : Interdit au public, Boléro, Le vison à 5 pattes, Ah !la police de papa, La libellule, les petits oiseaux et en 1980, La chambre mandarine de Robert Thomas.

Au cinéma, elle joue dans environ 38 films et débute sa carrière en 1950 dans Le tampon du capiston de Maurice Labro et Souvenirs perdus de Christian-Jaque.1951 : Le plus joli péché du monde de Gilles Grangier , La nuit est mon royaume de Georges Lacombe où elle est la fiancée de Jean Gabin et Chacun son tour d’André Berthomieux (qui tourne en 1954 : Scènes de ménage)et Ouvert contre X de Richard Pottier qui signe l’année suivante Rendez-vous à Grenade. 1953 : Anatole Litvak Un acte d’amour. Elle donne la réplique à Michèle Morgan l’année suivante dans Obsession de Jean Delannoy puis ce sont Les salauds vont en enfer de Robert Hossein en 1955. André Hunnebelle réalise Les femmes sont marrantes en 1958 et un an après Alberto Cavalcanti Les noces vénitiennes (La prima notte). 1961 : De l’eau qui fait des bulles de Maurice Delbez, 1963 : Le bon roi Dagobert de Pierre Chevalier, 1970 : La coqueluche de Christian-Paul Arrighi, 1977 : Blue Jeans d’Hugues Burin des Roziers, 1981 : Les folies d’Elodie d’André Génovès. Jean-Paul Darras réalise en 1982 Le braconnier de Dieu où il joue avec Jean Lefèvre et Michel Galabru qu’elle retrouve dans Te marre pas…c’est pour rire de Jacques Besnard. Elle tourne en 1988 Camp de Thiranoye d’Ousmane Lambene, Soutien de famille de Christophe Jacrot en 1994, puis La surprise du chef d’André-Guy Flédérick en 1996 et Les aliénés, 1er long métrage d’Yvan Gauthier, prix Ciné Cinéma jeune jury au festival de Sarlat en 2001.

Télévision : outre les apparitions précédemment mentionnées dans Au théâtre ce soir, elle tourne dès 1959 pour Marcel Bluwal dans Une nuit orageuse. Mais c’est son rôle de Fanny dans Les Saintes chéries de 1965 à 1970 aux côtés de Micheline Presle et Daniel Gélin qui lui donne la célébrité sur le petit écran. Pour Marion Sarraut, elle joue dans Marianne, une étoile pour Napoléon en 1983 et Catherine, il suffit d’un amour en 1986. Elle incarne la mère de Bill dans Le Bigdil de 1998 à 2004 et Drôle de jeu durant un an en 1998. Elle est la mère de crésus dans la série éponyme de 2005 à 2006 et est vue dans un épisode de RIS Police scientifique en 2012.

En 2014, sa fille annonce qu’elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Un appel à l’aide est également lancé car, surendettée, elle est menacée d’expulsion. Elle est décédée le 15 septembre 2021 à Puteaux.

...............................................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 09:26

Eclipsées par l’été et le temps qui passe, 3 personnalités ont discrètement quitté la scène.

 

 

 

 

DENNIS BERRY: Réalisateur, scénariste et acteur américain.

Fils de John Berry et de sa 1ère épouse, il naît le 11 août 1944 à Hollywood. Il arrive en France à l’âge de 7 ans, son père ayant été dénoncé à l’époque du maccarthysme. Il joue en 1967 dans 5 gars pour Singapour de Bernard Toublanc-Michel et commence sa carrière au cinéma, l’année suivante, dans La collectionneuse d’Eric Rohmer, 3ème volet des Contes moraux et A tout casser de John Berry. 1969 est l’année de L’amour fou de Jacques Rivette avec Jean-Pierre Kalfon et Bulle Ogier puis Borsalino de Jacques Deray avec Jean-Paul Belmondo et Alain Delon. Robert Benayoun tourne également avec Serge Gainsbourg qui compose la musique. Il est aux côtés de Melina Mercouri dans La promesse de l’aube de Jules Dassin en 1970.

Il épouse en 1972 l’actrice Jean Seberg qui joue dans le 1er film qu’il réalise en 1975 et dont il est le scénariste : Le grand délire avec Isabelle Huppert. Cette année-là il joue dans Pauline s’en va d’André Téchiné. Le couple se sépare et reste marié jusqu’au décès de l’interprète d’A bout de souffle en 1979.

Jacques Richard tourne en 1984 Ave Maria avec Pascale Ogier, Dora Doll et Dominique Besnehard. Il rencontre Anna Karina, déjà au générique de ce film et ils se marient en 1982. Ils le resteront jusqu’au décès de l’actrice en 2019. Elle est au générique du 1er film qu’il réalise et dont il écrit le scénario Last song avec Gabrielle Lazure. Il est également l’auteur de Vendetta en 2001 avec Emmanuelle Seigner et Charles Aznavour et dans lequel Henry Cavill, acteur anglais, fait ses débuts. En 2018 il signe Sauvages.

A la télévision, il tourne en 1988 La mort mystérieuse de Nina Chéreau avec Alexandra Stewart. Il fait débuter Marion Cotillard dans la série Highlander, 6 saisons de 1992 à 1997 et offre à l’actrice son 1er grand rôle sur le petit écran dans Chloé avec Anna Karina ; il écrit le scénario. Ce sont ensuite : Sabine j’imagine en 1992 avec Gérad Klein, puis 5 épisodes de la saison 1 de La crim en 1999, Poison avec Rosanna Arquette en 2000, La dernière rivale avec Alyssa Milano en 2001, Léa Parker en 2005 ; il tourne 5 épisodes de la saison 1 de Duval et Moretti en 2008, la même année que La main blanche avec Ingrid Chauvin. Il co- réalise avec J.Berg Mata Hari avec Gérard Depardieu et Christophe Lambert en 2015.

Il est mort à Paris dans le XIVème arrondissement le 12 juin 2021.

 

PATRICIA HITCHCOCK : Actrice britannique, elle est la fille unique d’Alfred et de son épouse Alma Reville.

Née le 7 juillet 1928 à Londres, elle fait ses débuts à Broadway à l’âge de 13 ans dans une pièce qui ne sera jouée que 23 fois. Elle commence sa carrière d’actrice dans un film de son père Le grand alibi en 1950. La même année, Jean Negulesco tourne Le moineau de la Tamise. L’année suivante elle retrouve la caméra d’ »Hitch » en incarnant Barbara Morton dans L’inconnu du Nord Express.

Elle épouse en 1952 Joseph E.O’Connell Jr. En 1960, elle joue Caroline, la secrétaire, dans Psychose. Elle met sa carrière entre parenthèses durant 15 ans et on la revoit dans Skateboard de Georges Gage en 1978.

Elle paraît à la télévision dans les séries de son père : Suspense en 1952 , Alfred Hitchcock présente de 1955 à 1960 puis dans Ladies of the corridor en 1975 et l’année suivante dans 6 characters in search of an author. Elle intervient dans des documentaires de Laurent Bouzereau sur les DVD des films d’Alfred H. et coécrit avec cet auteur un livre (non traduit) consacré à sa mère. Elle s’éteint le 9 août 2021 à Thousand Oaks en Californie.

 

NINO CASTELNUOVO: acteur italien né le 28 octobre 1936 en Lombardie, il suit à Milan les cours du Piccolo Teatro après avoir pratiqué la gymnastique artistique et la danse. Il fait ses débuts au cinéma dans Meurtre à l’Italienne de Pietro Germi en 1959. On le voit également dans Le bossu de Rome de Carlo Lizzari en 1960, même année de tournage que Rocco et ses frères de Luchino Visconti et La grande pagaille de Luigi Comencini. Sergio Corbucci le fait tourner dans Le jour le plus court en 1963.

Son rôle de Guy, le garagiste, aux côtés de Catherine Deneuve dans le film de Jacques Demy Les parapluies de Cherbourg (Palme d’or à Cannes) lui confère un très grand succès bien que passé presqu’inaperçu en Italie.

Il poursuit sa carrière, en 1966, avec Les créatures d’Agnès Varda et Un monde nouveau de Vittorio de Sica.

Il devient très populaire dans son pays en1967 grâce à son rôle de Renzo dans les 8 épisodes de I promesi sposi (Les fiancés) de Sandro Bolchi d’après le roman d’Alessandro Mazoni diffusés par la RAI.

En 1969, il figure au générique de La contestation, film en 5 séquences dont Jean-Luc Godard réalise Amore. Puis c’est L’emmerdeur d’Edouard Molinaro en 1973, Un amour de pluie de Jean-Claude Brialy en 1974. Il apporte son témoignage dans L’univers de Jacques Demy d’Agnès Varda en 1995. Il incarne un archéologue dans Le patient anglais d’Anthony Minghella en 1996 et joue dans The legacy run de Massimiliano Mazza en 2016.

On le voit durant une longue période (1977-1982) pour la publicité de l’huile Cuore. La télévision réalise Les destins du cœur de 2002 à 2003.

Son épouse, l’actrice Maria Cristina Di Nicola annonce le 6 septembre 2021 son décès à Rome des suites d’une longue maladie.

...................................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 14:35
JEAN-PAUL BELMONDO DE A à Z

 

 

 

Acteur d’environ 80 films, 30 pièces de théâtre, un héros aux 60 millions de spectateurs, producteur et directeur de théâtre. Pour évoquer Le Magnifique, petite biographie sous forme de dictionnaire et bien sûr filmographie.

A : Audiard Michel : a dialogué 14 films avec l’acteur ; «  (…) à Belmondo il apporta des dialogues en spirale lui permettant de briller dans des effets de manches à la Jules Berry » (Ph. Durant, son biographe et auteur de : Le petit Audiard illustré par l’exemple-2011) Florilège : «  Les seuls papiers qui m’intéressent sont ceux de l’Imprimerie nationale avec la tronche de Blaise dans le coin » (Flic ou voyou) ; «  C’est toujours la même histoire : c’est un mec qui veut devenir matador pour épater sa gonzesse, il se prend un coup de corne dans le derche, il chiale… » (L’incorrigible) ; « En taule, je sais ce que c’est : on gamberge, on se monte le bourrichon, et puis quand on sort, en avant les conneries. » (Le corps de mon ennemi). Le dialoguiste considère Un singe en hiver comme sa plus belle réussite.

B : Boxe: Dès l’âge de 10 ans à l’Ecole alsacienne, il a le goût de la bagarre : «  J’étais devenu champion dans l’art de me maintenir seul sur un banc contre 10 assaillants qui voulaient m’en déloger ». Avant son mariage en 1959 il reconnaît : «  Je me battais tout le temps ». Le déclic fut, en 1948, le championnat du monde écouté sur un transistor : «  A 15 ans, après avoir écouté à la radio la victoire de Marcel Serdan sur Tony Zale, je n’avais qu’une idée : faire de la boxe. Mais pour la boxe il faut avoir faim et avoir la haine ». Il s’inscrit à l’Avia Club, porte Saint-Martin. 4 victoires et 1 nul en 9 combats disputés en amateur en banlieue et à Paris à l’Elysée Montmartre et salle Wagram. Sur le grand écran il pratique ce sport dans 6 films : Classe tous risques (1960, il est un ex-boxeur) ; Léon Morin prêtre (1961) son nez cassé est expliqué par son passé de pugiliste ; L’aîné des Ferchaux (1963) ; L’as des as (1982) il est entraîneur de l’équipe de boxe pour les JO de Berlin ; Le marginal (1983) où le héros regarde d’anciennes photos de lui en boxeur et Les Misérables (1995). Dans l’émission Stade 2 de dimanche 12 septembre, un boxeur lui a rendu hommage en précisant qu’il assistait à tous les combats et pas seulement à celui le plus important. On a appris à ce moment qu’une plaque à son nom a été placée à l’entrée du cours Philippe Chatrier à Roland Garros.

C : Cascades : Nous avons tous en mémoires celles de Peur sur la ville où il franchit les wagons du métro en marche, est suspendu sous un hélicoptère, scène qu’il reprend dans Le Guignolo (avec un rappel en forme de clin d’œil dans Une chance sur 2. Dans une interview à Paris-Match il confie : «  Je ne fais pas ça pour m’en vanter après, je le fais parce que j’y trouve du plaisir ». Une autre fois il dit : «  Pour l’intelligentsia parisienne, j’étais devenu un cascadeur, je ne savais plus jouer la comédie ». Il se blesse sérieusement au cours du tournage de Hold-up d’Alexandre Arcady en 1985.

D : Delon Alain : Ayant quitté le quartier de Pigalle qu’il fréquentait dans les années 50, il découvre en suivant des Américains Saint-Germain des Prés et la « bande à Jean-Paul » qui compte également Jean-Claude Brialy, Darry Cowl et Claude Brasseur. Les 2 acteurs, un soir où les fonds sont bas, improvisent un sketch dans la rue et partagent leur 1er cachet. Marc Allégret les réunit la 1ère fois en 1958 pour Sois belle et tais- toi puis c’est le tour de Michel Boisrond avec Les amours célèbres et René Clément dans Paris brûle-t-il ? En 1970, l’affiche du film Borsalino (film qui connaît un immense succès) devient source de conflit. Delon, le producteur, a acheté les droits du livre, choisit le réalisateur Jacques Deray, les scénaristes dont Jean-Claude Carrière et Claude Sautet, le musicien Claude Bolling, les nouveaux noms des 2 protagonistes et le titre. Son nom figure donc à 2 reprises. Un procès a lieu. Puis les 2 hommes se réconcilient. Delon confie à Ciné Revue : «  On a discuté un jour pour finalement se rendre compte qu’on n’allait pas rester brouillés toute le vie pour des bêtises pareilles ». Ils se retrouvent ensuite devant la caméra d’Agnès Varda en 1995 pour Les cent et une nuits et pour Patrice Lecomte en 1997 dans Une chance sur deux avec Vanessa Paradis. Le metteur en scène dit : «  Bien entendu, et tout au long de ces très riches carrières, on les a comparés, mesurés, opposés(…) comme les spectateurs d’un combat de boxe comptent les coups(…) Mais, entre ces 2 deux-là, le KO est impossible et le combat trop égal pour qu’il y ait un vainqueur et un vaincu ». Bernard Blier réalise avec eux Les acteurs en 2000. Après l’AVC de Jean-Paul, c’est Alain qui joue dans Le lion de Joseph Kessel pour la TV.

E : Elève : inscrit dans les meilleures écoles, il est indiscipliné (il a été renvoyé de l’’Ecole alsacienne). A 16 ans, atteint d’une primo-infection de tuberculose il est envoyé dans le Cantal. A son retour, il suit les cours de Raymond Girard qui le prépare au concours du Conservatoire National supérieur d’art dramatique. Recalé, il est admis en auditeur libre et, pendant certains cours, assis au dernier rang il lit ostensiblement l’Equipe. A un professeur qui l’interroge sur Chatterton de Vigny, il répond : «  C’est ce qu’on met autour des guidons de vélo ! » En 1956, au concours de sortie, bien qu’acclamé par le public, il n’obtient qu’un accessit du jury présidé par Marcel Achard, ce qui lui ferme les portes de la Comédie française. Porté en triomphe par ses camarades, il adresse un bras d’honneur aux jurés. Un des enseignants lui dit : «  Le professeur ne t’approuve pas, mais l’homme te dit bravo. » Plus tard il confie à Paris-Match : «  Ma réputation de cancre me fait plaisir, mais je vais vous confier un secret : hélas, il n’y a pas de cancres qui réussissent. Même chez les fripouilles, ce sont les bosseurs qui font les plus gros coups ».

F : Femmes : Lors de son admission au concours du Conservatoire National supérieur d’art dramatique en 1952, Pierre Dux lui prédit qu’avec sa tête, il ne pourra jamais prendre une femme dans ses bras ; ce ne serait pas crédible. Pourtant, tout au long de sa carrière, il a été le partenaire de : Jean Seberg, Mia Farrow, Catherine Deneuve, Marlène Jobert, Claudia Cardinale, Jacqueline Bisset, Marie-France Pisier, Anna Karina, Jeanne Moreau (Moderato Cantabile de Peter Brook en 1960 et Peau de banane de Marcel Ophüls en 1963),Nicole Calfan, Mylène Demongeot, Farrah Fawcett, Marie Laforêt, Anny Duperey et Sophie Marceau. Il a une liaison tumultueuse, jalonnée de disputes mémorables qui dure 8 ansavec Laura Antonelli, rencontrée en 1971 sur le tournage du film de Jean-Paul Rappeneau Les mariés de l’an II ; elle partage sa vie jusqu’en 1980 et joue avec lui dans Docteur Popaul de Claude Chabrol en 1972. A sa mort, il déclare : «  Elle fut pour moi une compagne adorable, une partenaire de grande qualité. Je ne veux garder d’elle que ces merveilleux souvenirs ». De Françoise Dorléac, en 1964, pour L’homme de Rio il se remémore : «  Comme moi elle aimait s’amuser. Nous faisions la bringue. Nous rentrions à 5 heures du matin et elle me disait avec cette voix inimitable » Ne t’en fais pas, on sera prêts demain ». Carlos Sotto Mayor, 20 ans, fille de banquier brésilien et aspirante comédienne, le croise sur le plateau du Marginal en 1983. Il a alors 50 ans ; ils restent ensemble 6 ans ; de leur relation il disait : «  elle était pimentée et  festive. Ils se sont de nouveau rapprochés depuis 2020 après l’épisode malheureux avec Barba Gandolfi, accusée d’escroquerie et d’abus de faiblesse.

Facéties : Sur tous les tournages, il aimait faire des plaisanteries. Pour L’homme de Rio, il avait rempli les baignoires de l’hôtel en y immergeant des bébés crocodiles.

G : Gabin Jean : Après des débuts un peu difficiles sur le tournage du film d’Henri Verneuil Un singe en hiver, d’après le livre d’Antoine Blondin, les 2 hommes deviennent complices, l’aîné reconnaît le talent du jeune acteur et ils partagent le même intérêt pour le sport. Ils passent ensemble de longues soirées qui se poursuivent tard dans la nuit et Belmondo se souvient: « J’ai mal au burlingue, môme…Alors ce soir ce sera jambon-salade ! Mais passé 8 heures, il me disait » On va se prendre un petit whisky quand même !(…) Pendant 2 mois, chaque matin il me faisait le même coup Jambon-salade…Quelle rigolade ». Jean Gabin dit : «  Môme, t’es mes 20 ans ! »

Gérard Charles : Les 2 hommes se rencontrent dans la salle de boxe de l’Avia Club et «  Charlot » a le nez cassé. Il dit : «  Il avait beau être droitier, sa gauche, c’était de la dynamite. Quand il vous la balançait, vous étiez sonné ». Après avoir été cameraman de Raymond Marcillac pour couvrir les événements sportifs à la télévision, il se lance, avec l’appui de son ami dans le cinéma. Son surnom il le gagne dans Le voyou (1970) et le conserve dans 7 des 16 films qu’il tourne avec Claude Lelouch. Avec son « frère » il figure au générique de 7 longs métrages dont la dernière apparition du comédien dans le film de Francis Huster Un homme et son chien en 2009 (remake du film de Vittorio de Sica Umberto D). Il meurt le 19 septembre 2019. Belmondo lui rend hommage dans Paris-Match : «  Nous avons tout partagé. Nos joies, nos emmerdes, nos rires quotidiens, comme nos silences empreints d’une grande tendresse. (…) J’aimais le sentir à mes côtés dans Flic ou voyou et tant d’autres films. Oui, il était mon meilleur ami. Le plus important, celui de ma jeunesse. En un mot, il était mon pote ».

H : Honneurs, récompenses, titres : Du 5 novembre 1963 à 1966, il est président du syndicat français des acteurs CGT SFA ; ses 1ers cachets viennent du film Les copains du dimanche (ou Demain nous volerons), tourné à l’aéro-club de Persan Beaumont, création des métallos parisiens CGT sous le front populaire. Henri Aisner réunit Marc Cassot, Bernard Fresson, Pierre Vernier, Michel Piccoli. Il a repéré Belmondo dans un café en face du conservatoire. En 1989, il reçoit le César du meilleur acteur pour son rôle dans Itinéraire d’un enfant gâté. Comme pour lui, le seul jugement est celui du public, il a prévenu qu’il serait absent. De plus, il juge sans intérêt les statuettes de César qui a, de plus, vivement critiqué le travail de son père. Il refuse ce prix. C’est l’ensemble de sa carrière qui est récompensé ensuite : en 2011, c’est une Palme d’or qui lui est attribuée à Cannes ; en juin 2012, à Bruxelles, il reçoit la médaille de chevalier de l’ordre de Léopold et un coq de cristal. Il est ovationné en 2013 par 4 500 spectateurs lors de l’ouverture du 5ème festival des Lumières à Lyon où il revient 2 ans plus tard. En 2016, Sophie Marceau lui remet un Lion d’or à la Mostra de Venise. En 2017, un hommage lui est rendu durant la 42ème cérémonie des Césars. En 2019, il reçoit un Gant d’or lors de cette cérémonie du monde de la boxe à Bruxelles. Les titres : 2006 : Commandeur des Arts et des Lettres ; 2017 : Grand officier de l’ordre national du mérite (officier en 1986) ; 2019 : Grand Officier de la légion d’honneur (chevalier en 1980).

I : italiens (metteurs en scène) : il tourne en 1960 La Ciociara avec Sophia Loren sous la direction de Vittorio de Sica puis La vaccia (Le mauvais chemin) de Mauro Bolognini avec Claudia Cardinale qu’il retrouvera dans 2 autres films. En 1962 c’est Le jour le plus court de Sergio Corbucci.

J : Jeu : en 1984, après Les Morfalous d’Henri Verneuil, comme les critiques jugent ses films trop répétitifs et son image de justicier ou de superflic trop habituelle, il revient à la comédie et décide de remonter sur les planches.

(K) : Cosma Vladimir : compose la musique de L’animal en 1977 et celle du film de Gérad Oury L’As des as en 1982. «  Je n’ai pensé qu’à lui (Belmondo) en la composant ».

L : Lelouch Claude : En 1969, il tourne Un homme qui me plaît avec Annie Girardot ; 1988 : Itinéraire d’un enfant gâté tourné à l’hôtel du Bel Air à Saint-Brice sous forêt ; 1995 : Les Misérables ; il interprète son propre rôle dans D’un film à l’autre en 2011. Le projet de tournage en 2012 Les bandits  manchots ne voit pas le jour.

M : Morricone Ennio: La partition musicale Chi Mai initialement composée pour Maddalena, film de 1971, fut choisie par l’acteur qui la découvre par hasard. La garde républicaine joue cette musique pour dire adieu au «  Professionnel » dans la cour des Invalides le jeudi 9 septembre. On doit à ce compositeur la bande originale des films : Le marginal, Le casse (1971) et Peur sur la ville (1975) deux films d’Henri Verneuil.

Mille vies valent mieux qu’une est le titre de son livre publié chez Fayard en 2016.

N : Natty Tardivel, ancienne cocogirl de Stéphane Collaro, elle est devenue son épouse le 29 décembre 2002 après avoir partagé sa vie durant 13 ans. Leur fille Stella naît en août 2003. Le couple se sépare en 2008.

O : Oscar : il joue avec succès le rôle de Christian dans la pièce de Claude Magnier en 1958. Son ami Claude Rich connaît la célébrité en le reprenant au cinéma.

P : Paul, son père. (1898-1982). Né à Alger, il y étudie l’architecture à l’école des Beaux-Arts. Arrivé à Paris en 1931, il voit trophées et commandes de l’Etat se succéder et reçoit le grand prix de la ville de Paris en 1936. A l’instigation de son fils qui lègue 259 sculptures, 444 médailles et 878 dessins un musée est inauguré à Boulogne- Billancourt en 2007. Un prix Paul Belmondo est créé par l’acteur pour récompenser un sculpteur contemporain.

Q : Quatorzième arrondissement : c’est là qu’eut lieu en 1959 le 1er mariage de l’acteur avec Renée Constant, dite Elodie Constantin. Elle est danseuse dans une boîte de jazz que fréquente le jeune homme à la sortie des cours du conservatoire avec sa « bande ». Ils vivent ensemble dès 1953 et ont 3 enfants : Patricia naît la même année (Elle décède dans l’incendie de son appartement en 1993), Florence en 1960 (mère de 3 enfants) et Paul en 1963 également père de 3 enfants. Elodie demande le divorce lorsque son époux entame sa liaison avec Ursula Andress.

R : Resnais Alain : En 1974 il réalise Stavisky, rôle pour lequel l’acteur (qui est aussi producteur) se plonge plusieurs mois dans de nombreux ouvrages sur le personnage. Le succès est moindre que celui auquel il est habitué et va initier un tournant dans sa carrière car il s’oriente ensuite presque exclusivement vers le cinéma de divertissement.

S : Surnom : Il vient de Pépel, personnage joué par Jean Gabin dans Les bas-fonds de Jean Renoir en 1936 et que Belmondo considérait comme l’un des plus beaux rôles du cinéma. Un de ses amis lui donne ce surnom qu’une faute de frappe transforme et c’est ainsi qu’est né Bébel.

T : Théâtre : en 1953, il fait ses débuts à l’atelier dans une pièce de Jean Anouilh Médée qui est un naufrage(Le Canard enchaîné titre «  Jean Anouilh très en Médée ! »).En 1954 : Le commissaire est bon enfant de Courteline, mis en scène par Michel Galabru qui le dirige également dans des pièces de Molière. Avec Pierre Brasseur, il écume les bars jusqu’à l’aube après les représentations de La mégère apprivoisée. Répertoire varié jusqu’en 1959 : André Roussin, Goldoni, Racine, Montherlant, Musset, Claudel, G.B. Shaw et Shakespeare. Lors de la première du Professionnel, son père Paul lui glisse : «  Tout ça c’est bien. Mais quand feras-tu ton vrai métier ? ». Après l’échec du film de Jacques Deray Le solitaire il confie : «  ça a été le polar de trop. J’en avais marre et le public aussi ». Il remonte sur les planches en 1987 pour Kean de Jean-Paul Sartre d’après Alexandre Dumas dans une mise en scène de son ami Robert Hossein et obtient le prix du Brigadier. Les 2 hommes se retrouvent en 1989 pour Cyrano de Bergerac, énorme succès suivi d’une tournée internationale jusqu’au Japon. Bernard Murat assure la mise en scène de Tailleur pour dames et La puce à l’oreille de Georges Feydeau ainsi que celle de Frédérick ou le boulevard du crime d’E.E. Schmitt. L’acteur est hospitalisé à Brest fin 1999 durant la tournée.

Il achète en 1991 le théâtre des Variétés après avoir vendu à Canal+ sa société de production Cerito films fondée en 1971. La 1ère pièce jouée là en 1836 fut …Kean.

U : Ursula Andress : cette actrice suisse, révélée au public dans son bikini blanc aux côtés de James Bond est la compagne de l’acteur de 1966 à 1972. Ils se rencontrent lors du tournage des Tribulations d’un Chinois en Chine. Elle le pousse à tenter l’aventure du cinéma aux Etats-Unis et ils y restent 6 mois avant qu’il ne renonce. D’elle il dit : «  Ursula était une tigresse suisse ultra-dynamique. J’avais un besoin de conquête ». Lorsqu’au bras de celle-ci il croise Pierre Dux, il lui lance en riant : «  Maître, vous voyez, on fait ce qu’on peut… «  le sociétaire honoraire de la comédie française s’excusera.

V : Vernier Pierre : Il apparaît à 8 reprises au cinéma aux côtes de l’acteur ; dans Itinéraire d’un…il incarne un prêtre. Ami depuis le conservatoire, il fait partie de la bande de Belmondo avec Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Bruno Crémer, Françoise Fabian (seule femme couvée par eux ) et Michel Beaune qui a tourné à 10 reprises avec son camarade, maître chanteur, patron de bistrot, faux ami, notaire marron…

Ventura Lino : Il a soutenu l’acteur à ses débuts en insistant auprès des producteurs pour qu’ils le prennent dans le film de Claude Sautet Classe tous risques. Le sport et en particulier la boxe les rapproche. Clelia, la fille de Lino évoque dans son livre le tollé déclenché, en 1964, par les «  critiques et autres intellos » lors de la présentation d’un film «  populaire » au festival de Cannes : Cent mille dollars au soleil d’Henri Verneuil avec Bernard Blier.

W : Welch Rachel : elle incarne Jane Gardner dans le film de Claude Zidi L’animal en 1977. Belmondo singe pour s’en moquer un gay peroxydé, double ridicule de son personnage de cascadeur.

X : XXL la popularité de l’acteur qu’il s’agisse du nombre d’entrées à chacun de ses films ou par les témoignages des Français lors de sa disparition.

Z : Zidi Claude, réalisateur du film L’animal où l’acteur, cascadeur gaffeur enlève celle qu’il aime au beau milieu de la cérémonie de son mariage avec un autre. Le tournage a eu lieu à Avernes où le metteur en scène avait une maison.

 

---------------------------------

Lors de la 42ème cérémonie des Césars, Jean Dujardin lui rend hommage : «  Jean-Paul Belmondo est le cinéma français à lui seul, la réconciliation des films d’auteur et de la culture populaire. C’est le même homme qui a donné le coup d’envoi de la nouvelle vague et joué les guignolos suspendu en caleçon à un hélicoptère. Rendez-vous compte qu’en moins de 5 ans, il a tourné à la fois A bout de souffle et Un singe en hiver, Léon Morin prêtre et Classe tous risques, Le Doulos et Cent mille dollars au soleil, Pierrot le fou et L’homme de Rio. Finalement, elle est là, sa plus belle cascade ».

Dans le Figaro, Frédéric Beigbeder écrit : «  Il réconciliait nos 2 patries : l’intellectuelle et la populaire ; la littérature et la boxe ; Antoine Blondin et Jean-Claude Bouttier ».


 

Né le 9 avril 1933 à Neuilly sur Seine, il s’est éteint tranquillement le 6 septembre 2021 à son domicile du 39 quai d’Orsay dans le VII arrondissement qu’il occupait après avoir longtemps résidé dans un hôtel particulier 9, rue des Sain-Pères dans le VIème. Après l’hommage national rendu le jeudi 9 septembre et la messe célébrée le lendemain en l’église de Saint-Germain des Prés, la dépouille a été conduite au crématorium du cimetière du Père Lachaise et l’acteur repose désormais aux côtés de son père au cimetière Montparnasse.


 

Sources, le numéro 22 hors série de Valeurs actuelles intitulé : Delon et Belmondo épopée française.

------------------------
 

FILMOGRAPHIE : les films précédemment cités ne sont (dans l’ensemble) pas repris.

958 : Les tricheurs de Marcel Carné. Jean-Luc Godard qui l’a vu dans Un drôle de dimanche de Marc Allégret dit de lui qu’il est «  le Michel Simon et le Jules Berry de demain »Il tourne avec lui bien sûr A bout de souffle sorti en 1960 puis un court métrage l’année suivante Charlotte et son jules et Une femme est une femme puis en 1965 Pierrot le fou. Jean Becker le met à l’affiche de La Rocca en 1961, puis Echappement libre en 1964 et Tendre voyou en 1966. Jean-Pierre Melville réalise Le Doulos en 1962 et adapte l’année suivante un roman de Georges Simenon L’aîné des Ferchaux avec Charles Vanel dont l’acteur reprend le rôle en 2001 pour la télévision et Bernard Stora. Jacques Deray filme Par un beau matin d’été en 1965 et Le solitaire date de 1987.Philippe de Broca met en scène Cartouche en 1962, Le magnifique en 1973, L’incorrigible en 1975 et Amazone en 2000, qui est un désastre commercial. Georges Lautner signe Flic ou voyou en 1979, Le professionnel en 1981, Joyeuses Pâques d’après la pièce de Jean Poiret en 1984 et L’inconnu dans la maison en 1992. Henri Verneuil a tourné également : un sketch de La française et l’amour en 1960, Week-end à Zuydcoote en 1964 et Le corps de mon ennemi en 1976.

Il ne faut pas non plus omettre : Philippe Labro pour L’héritier en 1972 et L’alpagueur en 1976 ; Robert Enrico : Ho ! en 1968 ; Louis Malle : Le voleur en 1967 ; Claude Chabrol : A double tour en 1959 et Docteur Popaul en 1972 ; Edouard Molinaro : La chasse à l’homme en 1964 ; François Truffaut : La sirène du Mississipi en 1969 ; Gérard Oury, Le cerveau et Cédric Klapisch, une fable de science-fiction en 1998 : Peut-être.

Courts métrages : 1974 : T’es fou Marcel de Jean Rochefort ; il tient son propre rôle en 1980 dans Balles de débutants d’Adolphe Dray et en 1986 pour Florence Moncorgé-Gabin dans Les pros.

Télévision : il fut D’Artagnan dans Les 3 mousquetaires de Claude Barma en 1959.

................................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 18:53

 à 16h30 au Foyer Culturel

d’après l’œuvre de Marcel Pagnol

F 2013 c 102 mn

avec Daniel Auteuil, Victoire Belezy, Jean-Pierre Darroussin, Marie-Anne Chatel, Raphaêl Personnaz

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Thème : Abandonnée et enceinte de son amant parti en mer, une marchande de fruits de mer de Marseille épouse un négociant veuf, prêt à reconnaître l'enfant comme le sien.

Le Réalisateur : Daniel Auteuil est né le 24 janvier 1950 à Alger. C’est un acteur, metteur en scène et réalisateur. Ses parents sont chanteurs lyriques d’opéras et d’opérettes. Il a grandit à Avignon dans cet environnement artistique.

Passionné de théâtre, il monte à Paris et s’inscrit au Cours Florent, sans grande réussite pour le concours d’entrée du Conservatoire National d’Art Dramatique.

En 1970, il fait ses débuts au Théâtre National Populaire (Early Morning) puis joue dans Gospell, une comédie musicale qui tient l’affiche pendant 2 ans. En 1975, Gérard Pirès offre à Daniel Auteuil son premier rôle au cinéma dans L’Agression avec Catherine Deneuve et J.L.Trintignant. En 1979, au théâtre, il connait un triomphe aux cotés de François Périer dans Coup de Chapeau qui lui vaut le prix Gérard Philipe 1979.

En 1980, poursuivant son accession au cinéma avec un rôle de lycéen dans Les Sous-doués de Claude Zidi il acquiert un statut de grand acteur comique. Enchainant les comédies populaires il collabore alors avec les spécialistes du genre comme Gérard Lauzier et Edouard Molinaro.

En 1986, il s’impose dans un registre dramatique avec son interprétation d’Ugolin dans Jean de Florette et Manon des sources de Claude Berri adapté de Marcel Pagnol. Il sera sacré Meilleur acteur à la 12ème Cérémonie des Césars.

Il est dès lors sollicité par les cinéastes les plus prestigieux. Claude Sautet Un Cœur en hiver et Quelques jours avec moi. André Téchiné Ma saison préférée et Les Voleurs. En 1996 Jaco Van Dormael Le Huitième Jour pour lequel il remporte ( ex aequo avec Pascal Duquenne) le prix d’interprétation masculine à Cannes.

Il remporte un nouveau César pour le rôle de Gabor, en 1999, avec La Fille sur le pont de Patrice Leconte.

Capable de jouer avec le registre comique et de tourner avec les auteurs les plus exigeant Daniel Auteuil occupe une place centrale dans le cinéma français des années 1990 et 2000. Les metteurs en scène font appel à ce comédien-caméléon , qui va se glisser dans la peau des personnages historiques tel Henri lV (La Reine Margot) pour Chéreau, de Sade pour Jacquot ou de Napoléon. Il forme avec Depardieu un tandem gagnant dans Le Placard en 2001 et de 36, quai des orfèvres d’Olivier Marchal en 2004,

En 2011, il se lance dans la réalisation avec La Fille du puisatier qui est bien accueillie. Et il s’attelle a une autre œuvre de Marcel Pagnol, La Trilogie marseillaise. Mais de Marius / Fanny /César seuls Marius et Fanny verront le jour en juillet 2013. César n’est jamais réalisé

Il se consacre à nouveau à la comédie ainsi qu’au drame autant qu’aux films de bande Entre amis de Baroux, Nos femmes de Berry, Au nom de ma fille de Vincent Garenq, Le Brio d’Yvan Attal. En 2018, il retourne à la réalisation avec Amoureux de ma femme, adaptation de la pièce L’envers du décor de Florian Zeller.

....................................................................................................Roland


 


 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 20:43

En cette période de rentée, le quiz porte sur des films qui ont comme cadre le milieu éducatif.

1. 2011. Philippe Chauveron s’inspire de la Bd éponyme de Godi et Zidrou pour mettre en scène un élève nouvellement arrivé dans une école et qui cherche par tous les moyens possibles et imaginables à obtenir de bonnes notes pour éviter la pension promise par son père en cas de nouvel échec. Avec Vincent Claude, Elie Semoun (l’instituteur) et Bruno Podalydès (le père).

2. 2001. Chris Columbus, qui a déjà à son actif la réalisation de Maman j’ai raté l’avion et de Madame Doubtfire adapte le roman de J.K. Rowling sur une musique de John William. Peu avant son 11ème anniversaire, un jeune garçon (Daniel Radcliffe), adopté par son oncle et sa tante qui le maltraitent, intègre une école un peu particulière. Il reçoit pour son anniversaire une chouette, Hedwige et se lie d’une profonde amitié avec Ron (Rupert Grint) et Hermione (Emma Watson). Le film reçoit le Saturn Award *des meilleurs costumes. Steven Spielberg voulait réaliser cet opus avec un acteur américain. L’auteuer ayant refusé car elle tenait à un jeune Anglais, le metteur en scène quitte le projet. Le château d’Alnwick , la cathédrale de Gloucester et celle de Durham sont les principaux lieux de tournage comme la Harrow School de Londres et la bibliothèque Bodléienne d’Oxford devenue infirmerie. * Cette récompense est décernée depuis 2013 par l’académie des films de science-fiction, de fantasy et d’horreur.

3. 1981. Claude Berri s’inspire du Journal d’un éducastreur de Jules Celma pour réunir Coluche, Josiane Balasko, Charlotte de Turckeim et Roland Giraud. Un vendeur de vêtements qui a perdu son emploi se tourne vers le métier d’enseignant et réalise que cela ne correspond pas tout à fait à l’idée qu’il en avait. Tournage à Paris rue d’Aligre et rue Foyatier ; piscine des Clayes-sous-Bois.

4. 1989. Peter Weir choisit Robin Willam pour incarner un professeur de lettres anglaises aux pratiques pédagogiques plutôt originales et qui encourage ses élèves d’une prestigieuse université du Vermont à profiter de l’instant présent et à s’épanouir malgré la rigidité des mentalités des parents et des autres enseignants. Le réalisateur, dans le cadre de l’école Saint-Andrew dans l’état du Delaware, a tourné dans l’ordre chronologique pour bien faire ressentir l’évolution des mentalités des jeunes gens. Maurice Jarre signe la musique. Dustin Hoffman et Bill Murray avaient été pressentis pour le rôle.

5. 2002. Nicolas Philibert signe ce film documentaire, grand succès en salle pour ce type de long unique d’enfants de 4 à 11 ans c’est-à-dire de la maternelle au CM2 dans l’école de Saint-Etienne-sur- Ussson en Auvergne. Sa recherche a duré 5 mois pour localiser 400 écoles, en visiter 100. Film récompensé par les prix Louis Delluc et Méliès, l’Etoile d’or du film ; il figure sur la liste de BFI (British Film Institute) de films à voir avant d’être âgé de 14 ans.

6. 1957. Philippe Agostini, dont c’est la 1ère réalisation, adapte avec son épouse Odette Joyeux (femme en 1ères noces de Pierre Brasseur et mère de Claude) et Paul Guth le roman de celui-ci . Il réunit Michel Serrault (qui a déjà joué un enseignant dans Les diaboliques de H.G. Clouzot), Jean Poiret, Darry Cowl et Henri Crémieux. Un jeune professeur arrive dans un collège de province pour enseigner les lettres à des élèves de 3ème. S’il s’attire la sympathie des adolescents, il n’en est pas de même pour les parents car il utilise l’argot pour rajeunir les textes étudiés.

7. 2008. Ce film allemand de Dennis Gansel est librement inspiré d’une étude expérimentale d’un régime autocratique menée par un professeur d’histoire avec des élèves de 1ère en Californie. Jürgen Vogel joue avec Frederick Lau qui reçoit un prix d’or du film allemand, la réalisation obtenant le bronze. Le film est sélectionné au festival de Sundance et lui est décerné le grand prix du jury.

8. 1996. Gérard Lauzier tourne à Epinay-sur-Seine et à Stains l’histoire d’un agrégé d’histoire qui, à la suite de son divorce, est muté dans un collège dit «  sensible » à Saint-Denis ; il est affecté à la classe réputée la plus difficile et son appartement de fonction se situe dans la cité la plus violente des environs. Avec Gérard Depardieu, Souad Amidou, Michèle Laroque, Ticky Holgado, Guy Marchand et Roschdy Zem.

9. 2008. Laurent Cantet , auteur du scénario, réalise ce film d’après le roman éponyme de François Bégaudeau. Il s’agit du vécu d’un jeune professeur, enseignant en 4ème au collège Mozart dans une ZEP à Paris XXème arrondissement. Le long métrage a obtenu la Palme d’or au festival de Cannes, le prix Lumière du meilleur film, l’Etoile d’or et le César de la meilleure adaptation.

10. 2004. Jean-Jacques Zilberman tourne un film partiellement autobiographique (le lieu choisi est le collège Adolphe Chérioux de Vitry-sur-Seine où il a été pensionnaire). Un adolescent de 15 ans est élève dans un internat dont le père est proviseur et la mère directrice des études. Obligé pour sortir de sa timidité de dormir parmi les autres au dortoir, il monte une cantine coopérative à l’insu des siens pour obtenir l’amitié de ses condisciples. Avec Damien Jouillerot, Carole Bouquet et Olivier Gourmet.

11. 1977. Diane Kurys signe son 1er long métrage, en partie autobiographique et obtient le prix Louis Delluc. Elle commence à écrire cette histoire en 1967 et, sur les conseils d’Alexandre Arcady, la transforme en scénario. En 1963, au lycée Jules Ferry à Paris (où la réalisatrice a suivi des cours durant son adolescnete) 2 sœurs, l’une de 13 ans, dissipée et menteuse, et l’autre de 15 ans qui joue les rebelles, fume et milite commencent leur année scolaire. Au générique, entourant les 2 jeunes filles, Eléonore Klarwein et Odile Michel, outre Anouk Ferjac et Yves Régnier, le corps enseignant est représenté par : Dora Doll, Tsilla Chelton, Nadine Alari, Marthe Villalonga (en professeur d’anglais à l’accent très approximatif)et Dominique Lavanant. Le titre, à l’origine Histoire de petites filles a été modifié et une scène a été ajoutée pour le rendre crédible. La chanson est écrite et interprétée par Yves Simon.

12. 1985. Patrick Schulmann, qui, bien que non crédité joue un adhérent du ciné-club, ‘inspire d’une histoire de Didier Dolna. Un quatuor d’enseignants joue au poker durant les récréations dans la salle des professeurs. Les compères, ayant chacun une vision de l’école idéale, décident de secouer les traditions et de rénover le lycée. On retrouve Patrick Bruel, Fabrice Luchini, Laurent Gamelon et Martine Sarcey. Le tournage a lieu dans un lycée de Boulogne-Billancourt devenu Commissariat de police, à Pontoise et à Vineuil-Saint-Firmin.

 

VOS REPONSES CI DESSOUS :

I
I
I
I
I
I

1. L’élève Ducobu ;

2. Harry Potter à l’école des sorciers ;

3. Le maître d’école ;

4. Le cercle des poètes disparus ;

5. Etre et avoir ;

6. Le naïf aux 40 enfants ;

7. La vague ;

8. Le plus beau métier du monde ;

9. Entre les murs ;

10. Les fautes d’orthographe ;

11. Diabolo menthe ;

12. P.R.O.F.S. ( En forme d’acronyme en référence au film de Robert Altman M.A.S.H. de 1970)

Partager cet article
Repost0
1 août 2021 7 01 /08 /août /2021 17:19

Le point commun de tous les films à trouver est que leur action se passe sur mer ; la taille de l’embarcation est variable.

1. 2011. Eric Lavaine réunit pendant 6 semaines sur le Costa Atlantica Valérie Lemercier, Frank Dubosc et Gérard Darmon. Une DRH d’une agence décide de se venger de son patron en engageant un chômeur qui ne connaît rien au métier d’animateur pour une croisière inaugurale. Une scène parodie un passage du film suivant. La même année, Pascale Pouzadoux met en scène 4 femmes qui font des rencontres inattendues sur un paquebot ; parmi elles Marilou Berry, Charlotte de Turckheim et Line Renaud.

2. 1997. James Cameron réalise et produit ce long métrage intégrant des éléments historiques et fictifs d’un naufrage en avril 1912. Il réunit Léonardo di Caprio et Kate Winslet dans ce qui sera sur une période record de 12 ans le plus grand succès de l’histoire du cinéma au box office mondial (dépassé en 2010 par une réalisation du même homme : Avatar). Robert De Niro, souffrant, n’a pu incarner le capitaine Smith. 11 Oscars dont le meilleur film et le meilleur réalisateur sont décernés ainsi qu’à la BO orchestrale, la plus vendue de tous les temps, celle de James Horner et à la chanson. Une maquette quasi grandeur nature a été construite (un seul côté). Pour loger les décors immergeables, la Fox a acquis 16 hectares de terrain en Basse Californie où 3 bassins (85 000m3, 25 000m3 et 1600m3) ont été creusés. Un professeur a été engagé pour enseigner étiquette et bonnes manières aux comédiens devenus les passagers de 1ère classe. Le sujet a inspiré plus tôt d’autres réalisateurs. Citons pour l’année 1953 Jean Négulesco( Oscar du meilleur scénario original) qui fait jouer Barbara Stanwyck et Robert Wagner mais est peu fidèle à la réalité contrairement à Atlantique, latitude 41° de Roy Ward Baker basé sur les témoignages de survivants.

3. 1951. John Huston, assisté de Guy Hamilton, adapte un roman de C.S. Forester, inspiré de faits réels : la bataille du lac Tanganyika. Humphrey Bogart (Oscar du meilleur rôle masculin) est un baroudeur qui est le seul contact, grâce à son bateau, d’un pasteur et de sa sœur Rose (Katharine Hepburn). A l’arrivée des Allemands (l’action a lieu en Afrique au début de la 1ère guerre mondiale). le missionnaire meurt et les 2 survivants fuient, décider à couler le Louisa, canonnière ennemie. Tournage en Afrique centrale sauf les cènes où les protagonistes sont dans l’eau et qui ont été filmées en studio en Angleterre. L’acteur et le réalisateur buvaient beaucoup pour lutter contre la malaria. Ce film est inscrit depuis 1994 au National Film Registry pour être conservé à la Bibliothèque du congrès des Etats Unis.

4. 2003. Gore Verbinski réalise le 1er volet d’une série qui se poursuit en 2003, 2007, 2011 et 2017. Johnny Deep( mais avant lui avaient été approchés Michael Keaton, Christopher Walken et Jim Carrey) forme un trio avec Orlando Bloom et Keira Knightley. Tourné à Saint-Vincent-et-les-Grenadines et en studio à Los Angelès le film a reçu un Bafta pour les maquillages et les coiffures.

5. 1944. Alfred Hitchcock, sur un scénario de John Steinbeck et de Ben Hecht – non crédité, contribue à l’effort de guerre déjà commencé avec Correspondant 17 et La cinquième colonne en réalisant ce huis clos à ciel ouvert réunissant 9 personnes de milieux sociaux différents après le torpillage de leur paquebot qui font l’expérience d’une survie en communauté. Les tensions naissent lorsqu’un naufragé est sauvé. La caméra ne quitte pas le bateau. Le réalisateur, qui a coutume d’apparaître dans ses films (caméo), figure sur une publicité d’un journal vantant un produit amaigrissant. Lui, qui est également au régime (il perd 40 kg) n’a rien à voir avec cette réclame.

6. 1956. John Huston produit et réalise ce film d’après le roman d’Herman Melville. Gregory Peck, Richard Basehart et Orson Welles sont liés dans cette traque d’un cachalot blanc que le capitaine, qui a perdu sa jambe, rêve de tuer. Ray Bradbury qui a participé au scénario a fait paraître en 1992 Green shadows, white whale, version de sa rencontre avec le réalisateur et de son séjour en Irlande, lieu de tournage.

7. 1986. Présenté hors compétition à Cannes, ce film de Roman Polanski réunit Walter Matthau (doublé par Henri Virlojeux et dont Jack Nicholson devait avoir le rôle), Cris Campion et Damien Thomas (voix de Claude Giraud) entre Malte, la Tunisie et les Antilles. En 1672, 2 hommes que tout oppose, perdus sur un radeau de fortune, sont recueillis à bord d’un galion espagnol dont ils réussissent provisoirement à s’emparer, convoitant un trône en or découvert dans les soûtes. Mais après bien des péripéties, ils retrouvent leur condition initiale. Le galion, construit en Tunisie, a nécessité 2 ans de travaux et 2 000 ouvriers. Il a servi ensuite de décor à une émission de TV, puis Tarak Ben Ammar, le producteur, l’offre à la ville de Cannes pour le Festival. Ancré depuis 1987 dans le port de Gênes en Italie il sert d’attraction. Le film, malgré les Césars des décors et des costumes, a été un cuisant échec commercial.

8. 1972. Ronald Neame réalise un des premiers films catastrophe en adaptant ce roman de Paul Gallico paru en 1969, qui s’inspire d’un de ses voyages sur le Queen Mary et d’un fait réel lors du transport des troupes américaines vers l’Europe. Un paquebot de croisière est retourné par une gigantesque la me de fond. 10 survivants menés par un pasteur énergique essayent de remonter jusqu’à la coque, seule issue possible. Gene Hackman (Bafta du meilleur rôle masculin) et Ernest Borgnine entourent Shelley Winters (Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle). Celle-ci, incarnant une ex-championne de natation a dû perdre 16 kg et être formée par un entraîneur de natation olympique. La chanson originale a reçu un Oscar.

9. 2012. Film le plus récompensé aux Oscars l’année suivante. La photographie, quant à elle, est de nombreuses fois récompensée par des Awards et un Bafta. Ang Lee, d’après le roman de Yann Matel, fait tourner Suraj Sharma et Irrfan Khan. Gérard Depardieu apparaît dans un petit rôle. Un homme Piscine Molitor Patel (PI) raconte comment sa famille ne pouvant plus tenir son zoo de Pondichéry décide de déménager au Canada et d’y vendre les animaux. Leur cargo fait naufrage et l’adolescent se retrouve sur un canot de sauvetage, à la dérive, avec plusieurs bêtes dont 2 extrêmement sauvages.

10. 1962. Lewis Milestone (et Carol Reed- non crédité) racontent une authentique mutinerie menée par Fletcher Christian en 1789 sur un navire en route vers Tahiti pour rapporter des arbres à pain. Marlon Brando, Trevor Howard et Richard Harris font partie de la distribution. Le tournage a lieu sur une île au large de Los Angeles, à Moorea et à Bora-Bora. L’acteur principal épouse en 3èmes noces Tarite, la Tahitienne qui interprète Maimité et ils auront 3 enfants. Il achète l’île de Tetiaroa. Cette mutinerie a inspiré d’autres réalisations. Celle de Charles Chauvel en 1933 demeure par la présence d’Errol Flynn. Clark Gable a dû raser sa célèbre moustache pour le rôle de Christian aux côtés de Charles Laughton dans le film de Frank Lloyd en 1935.

11. 1965. Stanley Kramer met à son générique : Simone Signoret, Vivien Leigh, José Ferrer et Lee Marvin. En 1933, un paquebot quitte Veracruz pour gagner l’Europe où des troubles annoncent la seconde guerre mondiale. Des passagers de classes sociales très différentes vont vivre des drames et s’affronter. L’Oscar de la meilleure direction artistique et celui de la photographie en noir et blanc récompensent la réalisation. Simone Signoret se souvient des dîners organisés par celle qui fut Scarlett et qui, nostalgique, écoutait toujours en fin de soirée la musique de ce film. Elle indique également : «  Pour Lee Marvin(…) ce fut la fin des seconds rôles ; ça faisait 20 ans qu’il attendait ».

12. 1925. Film muet de Sergueï Eisenstein commandé pour le 20ème anniversaire de la révolution de 1905. Longtemps interdit dans de nombreux pays, il est un des plus grands films de propagande de tous les temps. Composé en 5 parties, car le réalisateur avait des contraintes de temps, il montre une mutinerie, une insurrection et sa répression dans le port d’Odessa. La scène la plus célèbre, celle de l’escalier, montre un travelling avant en plongée quand la mère lâche le landau et cette manière de filmer est révolutionnaire pour l’époque. Cet épisode, qui n’a pas eu lieu dans la réalité, a été repris par Brian de Palma dans Les Incorruptibles.

Pour terminer, hommage rendu au transatlantique français, 3ème du nom, le plus long jamais construit au monde avant le lancement du Queen Mary 2, symbole du prestige de la France, il sert de décor à la comédie de Jean Girault en 1965, suite des aventures d’une brigade du sud du pays avec Luois de Funès,, Michel Galabru, Jean Lefèvre, Christian Marin, Grosso et Modo.


 

REPONSES : 

1. Bienvenue à bord (et La croisière) ;

2. Titanic ;

3. African Queen ;

4. Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl ;

5. Lifeboat ;

6. Moby Dick ;

7. Pirates ;

8. L’aventure du Poseidon ;

9. L’odyssée de Pie ;

10. Les révoltés du Bounty ;

11. La nef des fous ;

12. Le cuirassé Potemkine

et pour finir : Le gendarme à New York.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 09:47
crédité petr novak

crédité petr novak

Souvent confiné dans les seconds rôles tant au cinéma que sur le petit écran  il apparaîtra dans de nombreuses fictions et réalisera 3 films considérés comme « cultes ».

Né le 23 avril 1944 à Lons-Le-Saunier, il sort diplômé de l’IDHEC en 1967, rédige une thèse sur l’économie du cinéma et apprend tous les métiers du 7ème art de technicien à assistant réalisateur de Jacques Rivette (sous la direction duquel il tourne en 1970 Out 1 : Noli me tangere, en 1981Merry-go round et en 1982 Le pont du Nord), puis second assistant d’Alain Cavalier dans La chamade en 1968. François Truffaut le place à l’affiche de plusieurs de ses réalisations : L’enfant sauvage en 1970, Une belle fille comme moi en 1972, La nuit américaine en 1973 et L’argent de poche en 1976 qui donne un élan à sa carrière. André Téchiné réalise Barocco en 1976, Luc Béraud La tortue sur le dos en 1977, Robin Davis La guerre des polices en 1979 tout comme Bertrand Van Effenterre avec Mais ou et donc Ornicar (en 1984 : Côté cœur, côté jardin). Aux Etats-Unis, en 1980, il est Michel dans Les chiens de guerre de John Irvin avec Christopher Walken et en 1981 il joue aux côtés de Michael Caine et Sylvester Stallone dans A nous la victoire de John Huston. De retour en France, il tourne pour Yves Boisset Allons z’enfants, Neige pour Juliet Berto et Psy de Philippe de Broca.

Dirigé par Jean-Pierre Mocky il figure au générique de Y a-t-il un Français dans la salle en 1982. Leur collaboration s’étend également à : Noir comme le souvenir en 1995 ; Le deal en 2006 ; Le renard jaune en 2013 et Vénéneuses en 2017. Jacques Demy réalise Une chambre en ville et Jean-Luc Godard Passion. En 1984, Bertrand Blier le met en scène dans Notre histoire (puis en 1986 dans Tenue de soirée). 1985 : L’île au trésor de Raoul Ruiz, Je hais les acteurs de Gérard Krawczyk l’année suivante. Sa fille Salomé, âgée de 3 ans est à ses côtés pour son 1er rôle dans Peaux de vaches de Patricia Muzy en 1988 tandis que Marco Ferreri réalise Ya bon les blancs. 1989 : Les maris, les femmes, les amants de Pascal Thomas et La révolution française dont un des réalisateurs est Robert Enrico qui filme 10 ans plus tard Fait d’hiver. Claire Denis réalise en 1990 Jacques Rivette, le veilleur.

En 1991, il est sur le plateau de La gamine d’Hervé Palud avec son ami Johnny Halliday, rencontré au palais des sports en 1969 dont il dit : «  J’ai été conquis tout de suite. Il avait une présence ». Ils se retrouvent ensuite pour Love me de Laetitia Masson en 2000 (avec laquelle il a tourné en 1998 dans A vendre et sera sous sa caméra en 2002 pour La repentie) puis pour L’homme du train de Patrice Leconte en 2002. Une fâcherie naît quand l’acteur essaye de dissuader le rocker de poursuivre dans le 7ème art. Le chanteur se plaint : «  Il y a le petit ours qui m’a dit que je ne ferais jamais une carrière au cinéma ».

1991 : Lune froide de Patrick Bouchitey ; 1992 : Le grand pardon d’Alexandre Arcady (qui tourne en 1995 Dis moi oui et en 1997 K) ; 1993 : De force avec d’autres de Simon Reggiani et A cause d’elle de Jean-Loup Hubert. Eric Rochant réalise Les patriotes l’année suivante (puis en 2000 Total western). 1995 : Fast de Dante Desarthe. 1996 : Les Bidochon de Serge Korber. La même année, René Féret met en scène Les frères Gravet (puis en 2007 : Il a suffi que maman s’en aille et en 2008 : Une étoile dans la nuit où sa femme Claire et sa fille lui donnent la réplique). En 1997, Philippe de Broca adapte Le bossu d’après Paul Féval. S’inspirant librement de l’histoire de la bête du Gévaudan, Christophe Gans filme Le pacte des loups en 2001. Bernard Rapp réalise Pas si grave en 2003 et Jean-Pierre Sinari Camping à la ferme en 2008. Capitaine Achab est une œuvre de Philippe Ramos en 2008 (viennent ensuite Jeanne captive en 2015 et Les grands squelettes en 2018). En 2010, Jean Becker réunit Gisèle Casadesus et Gérard Depardieu dans La tête en friche. 2011 : Itinéraire bis de Jean-Luc Perréard ; L’enfant d’en haut d’Ursula Meier en 2012 ainsi que Des escargots et des hommes de Tudor Giurgiu ; Une histoire d’amour d’Hélène Fillières en 2013 puis Le dernier diamant d’Eric Barbier et en 2016 Jeunesse de Julien Samani. 2018 : Pupille de Jeanne Herry. L’année 2021 voit 4 films : Illusions perdues de Xavier Giannoli ; Tendre et saignant de Christopher Thompson ; Adieu Paris d’Edouard Baer et Selon la police de Frédéric Videau.

Il a également participé à 3 courts métrages : La philosophie dans le boudoir d’Olivier Smolders en 1991 ; La petite graine de Tessa Racine en 1998 et Le vacant de Julien Guetta en 2007. Un moyen métrage l’a également employé : Incident urbain de John Lalor en 2012.

Il a réalisé en 1978 son 1er film Le passe-montagne dans lequel il joue aux côtés de son ami Jacques Villeret. Le décès de celui-ci en 2005 l’affecte profondément. Son fils Robinson, âgé de 5 ans l’accompagne aux côtés de Carole Bouquet dans Double messieurs, film policier de 1986. Mischka, une comédie dramatique réunit autour de lui son épouse, sa fille Salomé et 2 de ses fils : Robinson et Pierre.

 

Il est également très présent sur le petit écran dans des séries télévisées ou dans des feuilletons comme : Médecins de nuit en 1979 ; L’amour en héritage en 1984 ; Docteur Sylvestre en 1996 ; Le Camarguais de 2002 à 2005 ; Femmes de lois en 2005 ; Commissaire Moulin en 2005 ; Le chasseur en 2010 ; Crainquebille dans Contes et nouvelles du XIXème siècle ; Le sang de la vigne en 2014 comme Falco où dans un épisode il donne la réplique à son fils Sagamore ; Frères d’armes, série historique 2014-2015 ; Ainsi soient-ils ; Commissaire Magellan en 2017 ; Meurtres dans le Morvan en 2018 et plus récemment il a été Philippe Foucher dans la saga d’Antenne 2 Un si grand soleil. Parmi les très nombreux téléfilms auxquels il a participé, on peut citer : Voici la fin mon bel ami en 1976 ; Adam et Eve en 1983 ; La lettre perdue de Jean-Louis Bertucelli en 1987 (en 1992 : Momo) ; Napoléon et l’Europe en 1991 ; L’amour est un jeu d’enfant de Pierre Grimblat en 1993 (qui réalise en 1987 Noces de plomb) ; J’ai 2 amours de Caroline Huppert en1996 ; Entre l’arbre et l’écorce-2000 ; La bête du Gévaudan-2003 ; Un jour d’été-2006 ; L’affaire Ben Barka- 2007 ; Valparaiso- 2012 ; Le 1er été de Marion Sarrault en2014 ; L’île aux 30 cercueils et Le talon d’Achille en 2012.

En 2009 il est sur scène au théâtre dans L’anniversaire d’Harold Pinter.

Il assure 3 doublages dont celui de Tommy Lee Jones dans le film de Bertrand Tavernier Dans la brume électrique. Il prête sa voix dans un livre audio Impardonnables de Philippe Djian et est un des personnages principaux du livre de Marc-Edouard Nabe Lucette sur la vie de la veuve de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline.

D'un premier mariage à la psychanalyste Jacqueline Monnier est né leur fils Sagamore  en 1974 qui, comédien également, alternera les tournages pour le cinéma et la télévision ; La totale de Claude Zidi en1991 ; Comme une bête de Patrick Schulman en 1998 et Romance de Catherine Breillat ; Lisa de Pierre Grimblat en 2001 ; Michel Vaillant en 2003 et en 2004 Tu vas rire mais je te quitte. Sur le petit écran : Léo Matteï, brigade des mineurs ; Capitaine Marleau ; Luther ; Falco ; Sur scène, il participe en 2006 à l’adaptation d’Orange mécanique.

Trois autres enfants complètent la famille, nés de sa seconde union en 1996 avec la comédienne Claire Stevenin  : Robinson , né en 1981, qui obtiendra en 2002 le César du meilleur espoir pour son rôle dans Mauvais genres. On le voit également dans de nombreux films dont C’est beau une ville la nuit. A l a télévision, il paraît dans L’instit, Petits meurtres d’Agathe Christie, Profilage ou encore Candice Renoir. Sa fille Salomé, née en 1985, présente également à l’écran et au théâtre, réalise en 2008 un court métrage Baïnes. Son dernier fils, Pierre naît en 1995. On l’a vu dans Vipère au poing et Le grand Charles. Il dit en parlant de ses 4 enfants : «  Ils ont tous joué à un moment ou un autre avec moi. Quand on est un père qui fait du cinéma, on est un mauvais père car on est toujours pressé ou au téléphone. Et quand les mômes se mettent à tourner à leur tour ils comprennent enfin ».

En 2018, le prix Jean Vigo, remis par Agnès Varda, récompense son travail de cinéaste.

Son fils Sagamore annonce son décès le 27 juillet 2021 à l’hôpital de Neuilly : «  Il s’est bien battu ». Les causes de sa mort n’ont pas été dévoilées.

...........................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 14:48
FRANCOISE ARNOUL , LA DISCRÊTE

Sex symbol des années 50 et jeune rivale de Martine Carol, éclipsée par Brigitte Bardot puis délaissée par la Nouvelle Vague, cette comédienne exigeante et discrète a su, à la maturité, diversifier ses emplois tant au cinéma qu’à la télévision.

Née le 9 juin 1931 à Constantine en Algérie française, Françoise Gautsch est poussée par sa mère, qui a paru au théâtre avec Charles Vanel sous le nom de Janine Henry, dans le domaine artistique. Elle prend des cours de danse à Rabat puis à Casablanca où son père, ancien général, a monté une affaire dans le domaine de la pêche et y reste quand en 1945 la famille s’installe dans le sud-ouest puis dans le XVIème arrondissement. C’est un des prénoms de celui-ci (Charles Lionel Honoré Arnoul) qu’elle choisit comme nom de scène. Au lycée Molière ses amies sont Yvonne Roussel, la sœur de Michèle Morgan qu’elle rencontre lors de la sortie du film La symphonie pastorale et Danièle Heymann, fille du réalisateur Claude (avec lequel elle tourne en 1952 : Adieu Paris). Pressentie par Marc Allégret pour un rôle dans Les lauriers sont coupés, elle est reçue par son assistant Roger Vadim mais le film, avec Brigitte Bardot, ne se fait pas. Elle délaisse les études en classe de seconde au profit de cours d’art dramatique où elle côtoie Michel Drach (qu’elle retrouve en 1965 dans la série télévisée Le train bleu s’arrête 13 fois), Roger Carel et Roger Hanin. Elle signe un contrat avec une agence et fait une 1ère figuration non créditée dans Rendez-vous de juillet de Jacques Becker. En 1948, Willy Rozier lui donne son 1er grand rôle dans L’épave, où les scènes déshabillées sont truquées : elle est mineure.

Elle rejoint Ray Ventura et ses collégiens dans la comédie musicale de Jean Boyer Nous irons à Paris en 1950. Sous la direction d’Henri Verneuil ce sont : Le fruit défendu en 1952, Le mouton à 5 pattes en 1954,2 films avec Fernandel, Des gens sans importance en 1955 avec Jean Gabin et les amants du Tage d’après Joseph Kessel avec Trevor Howard et Marcel Dallio et Paris palace hôtel avec Charles Boyer en 1956. En 1952, elle tourne sous la direction d’Henri Decoin Le désir et l’amour puis l’année suivante Les amants de Tolède et Le dortoir des grandes avant d’incarner Cora, l’espionne sanglée dans un ciré noir dans La chatte en 1958 puis La chatte sort ses griffes avec Roger Hanin et Bernard Blier. Ralph Habib réalise en 1952 La fête de l’adieu avec Jean-Claude Pascal et Jean Carmet, en 1953 Les compagnes de la nuit avec Marthe Mercadier et Raymond Pellegrin qu’elle retrouve en 1954 dans La rage au corps et Secrets d’alcôve dont il met en scène le sketch Riviera express.

En 1954, pour Jean Renoir, elle est Nini la petite blanchisseuse engagée par l’organisateur de spectacles Danglard (Jean Gabin) pour remettre au goût du jour dans ces années 1900 le cancan, une danse oubliée ; elle est entourée de Maria Felix, Michel Piccoli, Giani Esposito et Jean-Roger Caussimon. Elle rencontre sur le tournage Georges Cravennes (1914-2009), futur créateur des Césars. Ils se marient en 1956 et divorcent en 1964. Sont témoins de leur union Maurice Chevalier et Pierre Lazareff.

Sa carrière cinématographique fait mention de 70 films environ. Dans son livre de souvenirs écrit en collaboration avec Jean-Louis Migalon et paru en 1995, Un animal doué de bonheur, elle indique : «  Je n’ai jamais été vraiment intéressée par ma carrière ; je joue dans des films qui me plaisent avant tout » Elle est la comtesse Bassano dans Si Paris m’était conté de Sacha Guitry mais sa scène dans Napoléon est coupée au montage. Elle fait une apparition aux côtés de BB dans En effeuillant la marguerite de Marc Allégret en 1956 et tourne avec Marcel Carné Le pays d’où je viens. L’année suivante, elle rejoint Robert Hossein dans Sait-on jamais de Roger Vadim et joue dans C’est arrivé à 36 chandelles d’Henri Diamant-Berger. Ce sont ensuite Cargaison blanche de Georges Lacombe et Thérèse Etienne de Denys de la Patellière puis Asphalte d’Hervé Bromberger en 1959 comme Le chemin des écoliers de Michel Boisrond où elle est, dans cette adaptation de Marcel Aymé, la maîtresse d’Alain Delon et La bête à l’affût de Pierre Chenal. Pierre Kast réalise en 1960 La morte saison des amours puis en 1963 Vacances portugaises. En 1962, elle participe à 2 films à sketches ; l’un de Claude Barma Françoise dans Les Parisiennes et l’autre de Julien Duvivier dans Le diable et les 10 commandements avec Micheline Presle et Mel Ferrer. Elle figure également dans un caméo (brève apparition d’une vedette qui n’est pas toujours mentionnée au générique) pour Jean Cocteau dans Le testament d’Orphée.

En 1964, sur le tournage de Compartiments tueurs de Costa-Gavras (son rôle n’est pas crédité), elle rencontre le réalisateur Bernard Paul dont elle sera la compagne jusqu’au décès de celui-ci en 1980. Pour lui, elle met sa carrière en sommeil. Avec Marina Vlady, ils fondent une société de production « Francina » qui financent les 3 longs métrages du metteur en scène : Le temps de vivre en 1969, Beau masque d’après Roger Vailland en 1972 et Dernière sortie avant Roissy en 1977 dans lequel elle joue. Proche de Simone Signoret, elle signe en 1966 le manifeste des 343 pour la libéralisation de l’avortement.

Sa carrière se poursuit avec Le congrès s’amuse de Géza von Radvanyi avec Curd Jürgens en 1966, puis Le dimanche de la vie de Jean Herman. En 1974 elle rejoint Daniel Gélin dans Dialogues d’exilés de Raoul Ruiz et devient la mère d’Isabelle Adjani dans Violette et François de Jacques Rouffio avec Jacques Dutronc et Serge Reggiani. 1984 : Ronde de nuit de Jean-Claude Missiaen ; 1986 : La mouche (court-métrage) ; 1987 : Nuit douce de Guy Gilles ; 1989 : Voir l’éléphant de Jean Marboeuf (avec lequel elle tourne Temps de chien en 1996 et pour la TV Billard à l’étage la même année puis en 1998 L’alambic) ; en 1992, elle est aux côtés de Charles Aznavour dans Les années campagne de Philippe Leriche. Les scènes tournées pour Agnès Varda dans Les cent et une nuits en 1995 sont coupées au montage. En 1997, elle préside La caméra d’or au festival de Cannes et sa prestation dans Post coïtum animal triste de Brigitte Rouan est saluée par la critique. En 2000, elle figure au générique de Photo de famille de Xavier Barthélemy et de Merci pour le geste de Claude Farraldo. En 2016, elle tourne Le cancre de Paul Vecchiali.

Si elle n’est présente au théâtre que sur la scène des Célestins en 1966 pour la pièce d’Albert Camus Les justes, il n’en est pas de même pour le petit écran qu’il s’agisse de téléfilms ou de feuilletons comme Les 5 dernières minutes en 1994 ou L’instit en 1998. Avec Carlo Rim, qui l’avait mise en scène au cinéma en 1951 dans La maison Bonnadieu, elle joue Les Tombales. Elle retrouve Jean Renoir en 1970 pour son Petit théâtre dans Le roi d’Yvetot avec Fernand Sardou et Jean Carmet. En 1981 Juan Bunuel réalise Les héritiers, Serge Moati Mon enfant, ma mère et Jean-François Claire L’automate. Didier Decoin réalise en 1982 L’amour s’invente. Pierre Kast et Maurice Dugawson adaptent en 1985 le roman de Boris Vian L’herbe rouge avec Jean-Pierre Léaud et Jean-Claude Brialy. La même année Guy Gilles tourne Un garçon de France d’après Pascal Sevran. En 1988, ce sont La garçonne d’Etienne Périer et L’étrange histoire d’Emilie Albert de Claude Boissol puis en 1989 V comme vengeance de Claude Boissol et Héloïse de Pierre Tchernia en 1991. En 2005, Philippe Laïk tourne une adaptation du roman de Georges Simenon Le voyageur de la Toussaint.

Elevée en 1995 au rang de Commandeur des Arts et des Lettres, elle s’éteint le 20 juillet 2021 à l’hôpital des suites d’une longue maladie.

..............................................................................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du CCL, le Ciné-Club de Lamorlaye
  • : Toutes les indformations sur l'activité du Ciné-Club de lamorlaye : dates de projection des film, des sorties, des expositions, ... Des commentaires sur l'actualité du cinéma, ...
  • Contact

nombre de visiteurs

                     contactez-nous

Recherche

AGENDA 2012-2013 du CCL

 Au Foyer Culturel pour des PROJECTIONS-DEBATS le samedi à 17h30 :

>7 ans au Tibet le 29 septembre

 >It's a Free World, le 27 octobre

>Tout le monde dit I love you, le 1er décembre

Liens