Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 22:31
Nous avons le plaisir de vous convier à notre prochaine séance
du Ciné Club de Lamorlaye
vendredi 9 juillet à 18h30
qui se tiendra dans le cadre du festival des Arts de Lamorlaye
au foyer culturel de notre ville
pour la projection du film
O toi ma charmante
comédie musicale
avec
Fred Astaire et Rita Hayworth
N&B VF.
 
Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 19:25

Voici quelques photos de la séance du cinéclub du 20 mars dernier

 

SDC15179.JPGSDC15177.JPG

Samedi 10 avril à 17h30 au Foyer culturel :

De l’Argentine film 16 mm 92 mn Vf  - de Werner Schroeter

 

Werner Schroeter se rend en Argentine pour diriger un séminaire sur le cinéma. Il en profite pour filmer la fin de ldictature après la défaite des Malouines en interrogeant des personnalités de l’art et des lettres mais aussi de simples citoyens qui ont subi des sévices. Menacé personnellement, il ne pourra achever son film que deux ans plus tard lors du changement de régime politique. Il y mêle réalité et fiction, répétitions de théâtre, d’opéra et de musique de variétés. Schroeter présente-t-il l’Art et la Musique comme des remèdes au Mal des dictatures ?

Werner Schroeter est un cinéaste et metteur en scène de théâtre et d'opéra allemand né le 7 avril  à Georgenthal  en Thuringe (Allemagne). Il est l'un des représentants majeurs du Nouveau cinéma allemand des années 1960-70. Le Jury de la 65e édition de la Mostra de Venise, présidé par Wim Wenders, lui a délivré un Lion spécial pour “son œuvre dénuée de compromis et rigoureusement innovante depuis 40 ans”. Il a beaucoup travaillé avec son égérie Magdalena Montezuma jusqu'au décès de cette dernière en 1984.

Filmographie ( d’après Wikipédia)                            1967-1968 : divers courts métrages 8 ou 16mm

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 01:15

Pour voir l'exposition des 20 et 21 mars dernier cliquez ICI ! Les photos sont loin d'être parfaites mais l'ensemble donne une bonne idée de notre exposition.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 13:51
L'Impossible Monsieur Bébé
avec Cary Grant et Katarine Hepburn

L'Impossible Monsieur Bébé (Bringing up Baby) est un film américain réalisé par Howard Hawks en 1938, considéré comme l'un des plus représentatifs de la screwball comedy.

thème

Quiproquos en cascade entre un paléontologue et une milliardaire. Une femme ambitieuse veut attirer l'attention du directeur alors que « Bébé » léopard apprivoisé se trouve remplacé par un autre, sauvage, qui provoque des catastrophes.

LE FILM
  • L’impossible Monsieur Bébé est probablement l’une des comédies les plus loufoques de l’époque, une « screwball comedy ». En effet, si le ressort comique du film repose d’abord sur l’opposition entre deux univers, celui de la recherche pour David et celui du luxe pour Susan, il n’en reste pas moins que tous les personnages sont hors-norme, y compris les animaux. Susan court après un léopard, David après la clavicule d’un brontosaure et tous deux après le chien de la tante qui a enterré l’os tant attendu.

Hawks n’est pas juge de ses personnages, il n’impose pas de morale sociale, chacun amène à l’autre la douce folie qu’il espérait sans se l’avouer. David était sur le point de se marier avec sa secrétaire qui n’y voit qu’une « union professionnelle » et Susan était enfermée dans sa prison dorée.

Une fois arrivés dans la maison de la tante, les quiproquos s’enchaînent à vive allure. Howard Hawks n’hésitait d’ailleurs pas à réécrire certaines scènes au cours d’un tournage. David est devenu M. Bone afin de ne pas éveiller les soupçons et a été présenté comme un chasseur de fauves par Susan.

Outre son rythme infernal et ses dialogues savoureux, L’impossible Monsieur Bébé impose également le personnage féminin comme le meneur de l’intrigue. Si Susan demeure maladroite, elle est avant tout intelligente et volontaire, elle parvient à embarquer David dans son périple et le séduit. Katharine Hepburn est alors l’incarnation de la femme émancipée, élégante et drôle.

Elle montrait toute la richesse de son jeu, elle qui deux ans auparavant jouait déjà avec Cary Grant, le rôle d’une femme se faisant passer pour un homme dans Sylvia Scarlett de George Cukor. Un parallèle qui permet d’apprécier autrement la prouesse du duo de Hawks. Dans L’impossible Monsieur Bébé, Hepburn domine un Cary Grant dépassé par les événements, dans Sylvia Scarlett, Hepburn se fait lâchement manipuler par un Cary Grant, escroc à la petite semaine.

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 13:09
Le Ciné Club de Lamorlaye propose les 20 & 21 Mars au Foyer Culturel :

Expo 2010 : le Cinéma S' Affiche
Le Cinéma au féminin : les actrices, les réalisatrices, les héroïnes du 7 ème Art
 

Expo 2010, le Cinéma au féminin vous fera traverser les époques, remonter dans le temps en un flash-back, le temps d'un court week-end...

où nous retrouverons Katarine Hepburn filmée par la caméra, un peu mysogine de Howards Hawks !

Projection le samedi 20 mars à 17h30 du film L'IMPOSSIBLE BEBE : voir la fiche dans la rubrique "PAGES" (en bas à droite)


"Avant d'aller plus loin posez vous cette question :
combien de noms de réalisatrices suis-je capable de citer?
Si vous en trouvez plus de 5 c'est que vous êtes un bon cinéphile!!!
Sinon allez lire la page LES FEMMES REALISATRICES !
(toujours en bas à droite, en principe...)

Partager cet article
Repost0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 09:20
Bonjour !
Vous êtes cordialement conviés à la prochaine Séance de Ciné-Club de Lamorlaye !
 
Vendredi 12 février 2010
 
projection du film
 
bombay, notre ville
 
de A. Patwardhan
...
au Foyer Culturel 19h30.
 
thème : la laïcité est-elle une réponse au communautarisme ?
le cinéma indien apporte des éléments de réponse



Anand Patwardhan

 

 

Depuis le milieu des années 70, Anand Patwardhan est de tous les combats et débats qui secouent la société indienne. Déjà, ses deux premiers films abordaient la répression brutale et l'emprisonnement politique dans un pays qui basculait vers la dictature. Et depuis, il s'est toujours engagé du côté des opprimés et des laissés pour compte.

Traversant 30 ans d'histoire moderne, ses films sont aussi des témoignages précieux sur l'évolution de la société indienne, du passage d'une société traditionnelle à une société moderne qui doit affronter des "défis nouveaux" (le développement urbain dans "Bombay our City", la séparation des pouvoirs temporels et intemporels dans "In the Name of God" et "In Memory of Friends", la construction d'un barrage dans "Narmada", la bombe atomique dans "War & Peace").

Grâce à un montage habile, ses films administrent la preuve sans recourir à la persuasion. Il est rare que la bande-son de ses films comporte un jugement ou une interprétation personnelle. Les images parlent d'elles-mêmes. Chacun est libre d'en tirer ses propres conclusions.

Marcheurs pacifistes, manifestants résolus, spectateurs attentifs, cortèges de voitures: si les films d'Anand abondent en scènes de foules, ce n'est pas pour "faire spectaculaire". Ces scènes rappellent d'abord le caractère collectif de la vie sociale, la nécessaire solidarité qui nous lie. Et ensuite elles traduisent visuellement toute la force qui se dégage d'un groupe. Autrement dit, sa capacité à enrayer la machine, à dévier le cours des choses.

Sa caméra sait aussi capter la beauté individuelle. Pas pour mettre en avant un talent particulier mais parce que cette personne est porteuse d'une vérité collective qui la transcende et qu'elle rayonne à travers ses paroles, ses actions ou sa détermination. Et souvent, ces messagers charismatiques sont prêts à aller jusqu'au sacrifice de soi pour faire triompher cette vérité.

Les films d'Anand Patwardhan ont pour vocation d'éveiller notre conscience politique et de nous rappeler que ce sont les groupes qui font l'Histoire.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 18:16

Bonne Année 2010  et meilleurs voeux à toutes et tous les cinéphiles !

 

le 16 janvier à 17h30 nous proposons la crise est finie de Robert Siodmak

Comédie musicale avec Albert Préjean et Danielle Darrieux qui annonce que les soucis de "29" sont terminés !

 

Biographie du réalisateur:

Réalisateur, scénariste, producteur et acteur allemand né le 8 août 1900 à Dresde (Allemagne), décédé le 10 mars 1973 à Locarno (Suisse).

Robert Siodmak est né dans une famille d'origine polonaise à Dresde en 1900 (et non à Memphis aux États-Unis comme on croit souvent). Il travaille en Allemagne comme metteur en scène et banquier avant de devenir scénariste pour le réalisateur Curtis Bernhardt en 1925. Quatre ans plus tard il réalise son premier film muet, Les Hommes le dimanche, avec l'aide au scénario de son frère Curt et de deux débutants qui deviendront célèbres par la suite, Billy Wilder et Fred Zinnemann. La montée du nazisme au début des années 1930 le pousse à l'exil. Il se rend à Paris tout d'abord où il réalise plusieurs films dont La crise est finie (1934) et La vie parisienne (1936) avant de s'envoler vers Hollywood.

C'est en 1941 qu'il réalise son premier film américain West Point Widow. Après cette expérience il signe un contrat avec les studios Universal pour sept ans. C'est ce contrat qui va lui permettre d'imposer son style, très influencé par l'expressionnisme allemand et le cinéma de Welles (Citizen Kane constitue pour lui un modèle indépassable), et de signer quelques-uns des films noirs les plus marquants dont Les tueurs en 1946.

Siodmak retourne en Europe en 1951 après avoir signé un dernier film avec son acteur fétiche, Burt Lancaster, Le corsaire rouge. Il travaille également au scénario de ce qui deviendra plus tard Sur les quais avec Budd Schullberg. Malgré ses protestations, il ne sera pas crédité pour ce film contrairement à Schullberg. La fin de sa carrière est faite d'une série de déceptions. Il meurt en Suisse en 1973.

 

Filmographie

Réalisateur

Scénariste

Producteur

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 18:16

Bonne Année 2010  et meilleurs voeux à toutes et tous les cinéphiles !

 

le 16 janvier à 17h30 nous proposons la crise est finie de Robert Siodmak

Comédie musicale avec Albert Préjean et Danielle Darrieux qui annonce que les soucis de "29" sont terminés !

 

Biographie du réalisateur:

Réalisateur, scénariste, producteur et acteur allemand né le 8 août 1900 à Dresde (Allemagne), décédé le 10 mars 1973 à Locarno (Suisse).

Robert Siodmak est né dans une famille d'origine polonaise à Dresde en 1900 (et non à Memphis aux États-Unis comme on croit souvent). Il travaille en Allemagne comme metteur en scène et banquier avant de devenir scénariste pour le réalisateur Curtis Bernhardt en 1925. Quatre ans plus tard il réalise son premier film muet, Les Hommes le dimanche, avec l'aide au scénario de son frère Curt et de deux débutants qui deviendront célèbres par la suite, Billy Wilder et Fred Zinnemann. La montée du nazisme au début des années 1930 le pousse à l'exil. Il se rend à Paris tout d'abord où il réalise plusieurs films dont La crise est finie (1934) et La vie parisienne (1936) avant de s'envoler vers Hollywood.

C'est en 1941 qu'il réalise son premier film américain West Point Widow. Après cette expérience il signe un contrat avec les studios Universal pour sept ans. C'est ce contrat qui va lui permettre d'imposer son style, très influencé par l'expressionnisme allemand et le cinéma de Welles (Citizen Kane constitue pour lui un modèle indépassable), et de signer quelques-uns des films noirs les plus marquants dont Les tueurs en 1946.

Siodmak retourne en Europe en 1951 après avoir signé un dernier film avec son acteur fétiche, Burt Lancaster, Le corsaire rouge. Il travaille également au scénario de ce qui deviendra plus tard Sur les quais avec Budd Schullberg. Malgré ses protestations, il ne sera pas crédité pour ce film contrairement à Schullberg. La fin de sa carrière est faite d'une série de déceptions. Il meurt en Suisse en 1973.

 

Filmographie

Réalisateur

Scénariste

Producteur

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 10:18

... à toutes et à tous de bonne année 2010 

Voici le récapitulatif  de nos projections prochaines:
                  
                  Le 16/01/10..La crise est finie (R. Siodmak)... 

                  Le 12/02/10..Bombay notre ville (A. Patwardhan)...

                  Le 20/03/10..L'Impossible Mr Bébé (H. Hawks)... 

                  Le 10/04/10..De l'Argentine (W. Schroeter)...

Et très bientôt, plus de détail sur notre premier film de 2010 !
Passez de bonnes fêtes
!

Trés cordialement
Hervé MOULA
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 12:38
Bonjour!
Vous êtes cordialement conviés à la prochaine
 
séance de Ciné-Club de Lamorlaye

vendredi 4 décembre 2009
au Foyer Culturel à 19h30
avec la projection du film    top hat   de Mark Sandrich
 
avec     Fred Astaire et Ginger Rogers
 
 au programme de la gaité, de la danse, de la joie , de l'humour!


Top Hat

Mark Sandrich

Avec : Fred Astaire (Jerry Travers), Ginger Rogers (Dale Tremont), Edward Everett Horton (Horace Hardwick), Erik Rhodes (Alberto Beddini), Eric Blore (le valet). 1h41.

1935

Genre : Comédie musicale , Comédie sophistiquée

Jerry Travers est un danseur américain venu à Londres pour être la vedette du dernier musical produit par son ami Horace Hardwick. La veille de la première, il retrouve son ami à son hôtel, danse pour lui et réveille ainsi sa voisine d'en dessous, Dale Tremont, qui monte protester. Jerry en tombe immédiatement amoureux. Le lendemain matin, il accompagne Dale pour sa promenade à cheval. Un orage les surprend, et c'est le coup de foudre.

Dale ne connaît même pas le nom de son "danseur du dessus". Elle part à Venise retrouver sa meilleure amie, Madge Hardwick (la femme d'Horace) pour assister à la présentation de mode de son prétendant, Alberto Beddini. Dale croit que son danseur n'est autre que le mari de Madge, d'où de nombreux quiproquos, quand Jerry la rejoint à Venise. Mais Jerry saura se faire reconnaître, et pardonner, en dansant. Tout se termine par un carnaval.

Top Hat représente la quintessence des comédies musicales signées RKO. Autour du couple Fred Astaire et Ginger Rogers, du chorégrapghe Hermes Pan, de son producteur Pandro S. Berman, la RKO réalisa neuf films qui assureront son assise populaire et financière durant les années 30.Ce sera d'abord Carioca (Thornton Freeland, 1933), La joyeuse divorcée (Mark Sandrich, 1934) et Roberta (William A. Seiter, 1935). Top Hat est ainsi la quatriième collaboration du couple. Suivront, En suivant la flotte (Mark Sandrich, 1934) et Sur les ailes de la danse (Swing Time, George Stevens, 1936), L'entreprenant Mr Petrov (Shall We Dance, Mark Sandrich, 1937), Amanda (Mark Sandrich, 1938) et enfin La Grande Farandole ( HC Potter, 1939).

Top hat comporte cinq grands numéros sur des chansons d'Irving Berling : No Strings, permet la rencontre, Isn't This a Lovely Day, duo amoureux, Top Hat, White Tie and Tails, spectacle, Cheek to Cheek, duo amoureux et The Piccolino, spectacle. Dans Cheek to cheek, Ginger Rogers portait une robe de plumes, certaines s'envolèrent sur le costume impeccable de Fred Astaire qui, depuis ce jour, surnomma sa partenaire "feathers". On peut aussi retenir les paroles :

Heaven, I'm in Heaven,
And my heart beats so that I can hardly speak
And I seem to find the happiness I seek
When we're out together dancing, cheek to cheek

Le film est aussi très bien construit. Le quiproquo sur l'identité de Jerry est maintenu de bout en bout.L'humour est constant : le valet qui parle de lui à la troisième personne, insulte un policier italien qu'il croit ignorant de l'anglais, qui se révèle un faux prêtre, les signes de Madge qui encourage Dale dans les bras de celui qu'elle croit le mari de son amie, les deux claques reçues par Jerry et l'œil au beurre noir de Horace. Dialogues pétillants.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du CCL, le Ciné-Club de Lamorlaye
  • : Toutes les indformations sur l'activité du Ciné-Club de lamorlaye : dates de projection des film, des sorties, des expositions, ... Des commentaires sur l'actualité du cinéma, ...
  • Contact

nombre de visiteurs

                     contactez-nous

Recherche

AGENDA 2012-2013 du CCL

 Au Foyer Culturel pour des PROJECTIONS-DEBATS le samedi à 17h30 :

>7 ans au Tibet le 29 septembre

 >It's a Free World, le 27 octobre

>Tout le monde dit I love you, le 1er décembre

Liens