Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 14:35
JEAN-PAUL BELMONDO DE A à Z

 

 

 

Acteur d’environ 80 films, 30 pièces de théâtre, un héros aux 60 millions de spectateurs, producteur et directeur de théâtre. Pour évoquer Le Magnifique, petite biographie sous forme de dictionnaire et bien sûr filmographie.

A : Audiard Michel : a dialogué 14 films avec l’acteur ; «  (…) à Belmondo il apporta des dialogues en spirale lui permettant de briller dans des effets de manches à la Jules Berry » (Ph. Durant, son biographe et auteur de : Le petit Audiard illustré par l’exemple-2011) Florilège : «  Les seuls papiers qui m’intéressent sont ceux de l’Imprimerie nationale avec la tronche de Blaise dans le coin » (Flic ou voyou) ; «  C’est toujours la même histoire : c’est un mec qui veut devenir matador pour épater sa gonzesse, il se prend un coup de corne dans le derche, il chiale… » (L’incorrigible) ; « En taule, je sais ce que c’est : on gamberge, on se monte le bourrichon, et puis quand on sort, en avant les conneries. » (Le corps de mon ennemi). Le dialoguiste considère Un singe en hiver comme sa plus belle réussite.

B : Boxe: Dès l’âge de 10 ans à l’Ecole alsacienne, il a le goût de la bagarre : «  J’étais devenu champion dans l’art de me maintenir seul sur un banc contre 10 assaillants qui voulaient m’en déloger ». Avant son mariage en 1959 il reconnaît : «  Je me battais tout le temps ». Le déclic fut, en 1948, le championnat du monde écouté sur un transistor : «  A 15 ans, après avoir écouté à la radio la victoire de Marcel Serdan sur Tony Zale, je n’avais qu’une idée : faire de la boxe. Mais pour la boxe il faut avoir faim et avoir la haine ». Il s’inscrit à l’Avia Club, porte Saint-Martin. 4 victoires et 1 nul en 9 combats disputés en amateur en banlieue et à Paris à l’Elysée Montmartre et salle Wagram. Sur le grand écran il pratique ce sport dans 6 films : Classe tous risques (1960, il est un ex-boxeur) ; Léon Morin prêtre (1961) son nez cassé est expliqué par son passé de pugiliste ; L’aîné des Ferchaux (1963) ; L’as des as (1982) il est entraîneur de l’équipe de boxe pour les JO de Berlin ; Le marginal (1983) où le héros regarde d’anciennes photos de lui en boxeur et Les Misérables (1995). Dans l’émission Stade 2 de dimanche 12 septembre, un boxeur lui a rendu hommage en précisant qu’il assistait à tous les combats et pas seulement à celui le plus important. On a appris à ce moment qu’une plaque à son nom a été placée à l’entrée du cours Philippe Chatrier à Roland Garros.

C : Cascades : Nous avons tous en mémoires celles de Peur sur la ville où il franchit les wagons du métro en marche, est suspendu sous un hélicoptère, scène qu’il reprend dans Le Guignolo (avec un rappel en forme de clin d’œil dans Une chance sur 2. Dans une interview à Paris-Match il confie : «  Je ne fais pas ça pour m’en vanter après, je le fais parce que j’y trouve du plaisir ». Une autre fois il dit : «  Pour l’intelligentsia parisienne, j’étais devenu un cascadeur, je ne savais plus jouer la comédie ». Il se blesse sérieusement au cours du tournage de Hold-up d’Alexandre Arcady en 1985.

D : Delon Alain : Ayant quitté le quartier de Pigalle qu’il fréquentait dans les années 50, il découvre en suivant des Américains Saint-Germain des Prés et la « bande à Jean-Paul » qui compte également Jean-Claude Brialy, Darry Cowl et Claude Brasseur. Les 2 acteurs, un soir où les fonds sont bas, improvisent un sketch dans la rue et partagent leur 1er cachet. Marc Allégret les réunit la 1ère fois en 1958 pour Sois belle et tais- toi puis c’est le tour de Michel Boisrond avec Les amours célèbres et René Clément dans Paris brûle-t-il ? En 1970, l’affiche du film Borsalino (film qui connaît un immense succès) devient source de conflit. Delon, le producteur, a acheté les droits du livre, choisit le réalisateur Jacques Deray, les scénaristes dont Jean-Claude Carrière et Claude Sautet, le musicien Claude Bolling, les nouveaux noms des 2 protagonistes et le titre. Son nom figure donc à 2 reprises. Un procès a lieu. Puis les 2 hommes se réconcilient. Delon confie à Ciné Revue : «  On a discuté un jour pour finalement se rendre compte qu’on n’allait pas rester brouillés toute le vie pour des bêtises pareilles ». Ils se retrouvent ensuite devant la caméra d’Agnès Varda en 1995 pour Les cent et une nuits et pour Patrice Lecomte en 1997 dans Une chance sur deux avec Vanessa Paradis. Le metteur en scène dit : «  Bien entendu, et tout au long de ces très riches carrières, on les a comparés, mesurés, opposés(…) comme les spectateurs d’un combat de boxe comptent les coups(…) Mais, entre ces 2 deux-là, le KO est impossible et le combat trop égal pour qu’il y ait un vainqueur et un vaincu ». Bernard Blier réalise avec eux Les acteurs en 2000. Après l’AVC de Jean-Paul, c’est Alain qui joue dans Le lion de Joseph Kessel pour la TV.

E : Elève : inscrit dans les meilleures écoles, il est indiscipliné (il a été renvoyé de l’’Ecole alsacienne). A 16 ans, atteint d’une primo-infection de tuberculose il est envoyé dans le Cantal. A son retour, il suit les cours de Raymond Girard qui le prépare au concours du Conservatoire National supérieur d’art dramatique. Recalé, il est admis en auditeur libre et, pendant certains cours, assis au dernier rang il lit ostensiblement l’Equipe. A un professeur qui l’interroge sur Chatterton de Vigny, il répond : «  C’est ce qu’on met autour des guidons de vélo ! » En 1956, au concours de sortie, bien qu’acclamé par le public, il n’obtient qu’un accessit du jury présidé par Marcel Achard, ce qui lui ferme les portes de la Comédie française. Porté en triomphe par ses camarades, il adresse un bras d’honneur aux jurés. Un des enseignants lui dit : «  Le professeur ne t’approuve pas, mais l’homme te dit bravo. » Plus tard il confie à Paris-Match : «  Ma réputation de cancre me fait plaisir, mais je vais vous confier un secret : hélas, il n’y a pas de cancres qui réussissent. Même chez les fripouilles, ce sont les bosseurs qui font les plus gros coups ».

F : Femmes : Lors de son admission au concours du Conservatoire National supérieur d’art dramatique en 1952, Pierre Dux lui prédit qu’avec sa tête, il ne pourra jamais prendre une femme dans ses bras ; ce ne serait pas crédible. Pourtant, tout au long de sa carrière, il a été le partenaire de : Jean Seberg, Mia Farrow, Catherine Deneuve, Marlène Jobert, Claudia Cardinale, Jacqueline Bisset, Marie-France Pisier, Anna Karina, Jeanne Moreau (Moderato Cantabile de Peter Brook en 1960 et Peau de banane de Marcel Ophüls en 1963),Nicole Calfan, Mylène Demongeot, Farrah Fawcett, Marie Laforêt, Anny Duperey et Sophie Marceau. Il a une liaison tumultueuse, jalonnée de disputes mémorables qui dure 8 ansavec Laura Antonelli, rencontrée en 1971 sur le tournage du film de Jean-Paul Rappeneau Les mariés de l’an II ; elle partage sa vie jusqu’en 1980 et joue avec lui dans Docteur Popaul de Claude Chabrol en 1972. A sa mort, il déclare : «  Elle fut pour moi une compagne adorable, une partenaire de grande qualité. Je ne veux garder d’elle que ces merveilleux souvenirs ». De Françoise Dorléac, en 1964, pour L’homme de Rio il se remémore : «  Comme moi elle aimait s’amuser. Nous faisions la bringue. Nous rentrions à 5 heures du matin et elle me disait avec cette voix inimitable » Ne t’en fais pas, on sera prêts demain ». Carlos Sotto Mayor, 20 ans, fille de banquier brésilien et aspirante comédienne, le croise sur le plateau du Marginal en 1983. Il a alors 50 ans ; ils restent ensemble 6 ans ; de leur relation il disait : «  elle était pimentée et  festive. Ils se sont de nouveau rapprochés depuis 2020 après l’épisode malheureux avec Barba Gandolfi, accusée d’escroquerie et d’abus de faiblesse.

Facéties : Sur tous les tournages, il aimait faire des plaisanteries. Pour L’homme de Rio, il avait rempli les baignoires de l’hôtel en y immergeant des bébés crocodiles.

G : Gabin Jean : Après des débuts un peu difficiles sur le tournage du film d’Henri Verneuil Un singe en hiver, d’après le livre d’Antoine Blondin, les 2 hommes deviennent complices, l’aîné reconnaît le talent du jeune acteur et ils partagent le même intérêt pour le sport. Ils passent ensemble de longues soirées qui se poursuivent tard dans la nuit et Belmondo se souvient: « J’ai mal au burlingue, môme…Alors ce soir ce sera jambon-salade ! Mais passé 8 heures, il me disait » On va se prendre un petit whisky quand même !(…) Pendant 2 mois, chaque matin il me faisait le même coup Jambon-salade…Quelle rigolade ». Jean Gabin dit : «  Môme, t’es mes 20 ans ! »

Gérard Charles : Les 2 hommes se rencontrent dans la salle de boxe de l’Avia Club et «  Charlot » a le nez cassé. Il dit : «  Il avait beau être droitier, sa gauche, c’était de la dynamite. Quand il vous la balançait, vous étiez sonné ». Après avoir été cameraman de Raymond Marcillac pour couvrir les événements sportifs à la télévision, il se lance, avec l’appui de son ami dans le cinéma. Son surnom il le gagne dans Le voyou (1970) et le conserve dans 7 des 16 films qu’il tourne avec Claude Lelouch. Avec son « frère » il figure au générique de 7 longs métrages dont la dernière apparition du comédien dans le film de Francis Huster Un homme et son chien en 2009 (remake du film de Vittorio de Sica Umberto D). Il meurt le 19 septembre 2019. Belmondo lui rend hommage dans Paris-Match : «  Nous avons tout partagé. Nos joies, nos emmerdes, nos rires quotidiens, comme nos silences empreints d’une grande tendresse. (…) J’aimais le sentir à mes côtés dans Flic ou voyou et tant d’autres films. Oui, il était mon meilleur ami. Le plus important, celui de ma jeunesse. En un mot, il était mon pote ».

H : Honneurs, récompenses, titres : Du 5 novembre 1963 à 1966, il est président du syndicat français des acteurs CGT SFA ; ses 1ers cachets viennent du film Les copains du dimanche (ou Demain nous volerons), tourné à l’aéro-club de Persan Beaumont, création des métallos parisiens CGT sous le front populaire. Henri Aisner réunit Marc Cassot, Bernard Fresson, Pierre Vernier, Michel Piccoli. Il a repéré Belmondo dans un café en face du conservatoire. En 1989, il reçoit le César du meilleur acteur pour son rôle dans Itinéraire d’un enfant gâté. Comme pour lui, le seul jugement est celui du public, il a prévenu qu’il serait absent. De plus, il juge sans intérêt les statuettes de César qui a, de plus, vivement critiqué le travail de son père. Il refuse ce prix. C’est l’ensemble de sa carrière qui est récompensé ensuite : en 2011, c’est une Palme d’or qui lui est attribuée à Cannes ; en juin 2012, à Bruxelles, il reçoit la médaille de chevalier de l’ordre de Léopold et un coq de cristal. Il est ovationné en 2013 par 4 500 spectateurs lors de l’ouverture du 5ème festival des Lumières à Lyon où il revient 2 ans plus tard. En 2016, Sophie Marceau lui remet un Lion d’or à la Mostra de Venise. En 2017, un hommage lui est rendu durant la 42ème cérémonie des Césars. En 2019, il reçoit un Gant d’or lors de cette cérémonie du monde de la boxe à Bruxelles. Les titres : 2006 : Commandeur des Arts et des Lettres ; 2017 : Grand officier de l’ordre national du mérite (officier en 1986) ; 2019 : Grand Officier de la légion d’honneur (chevalier en 1980).

I : italiens (metteurs en scène) : il tourne en 1960 La Ciociara avec Sophia Loren sous la direction de Vittorio de Sica puis La vaccia (Le mauvais chemin) de Mauro Bolognini avec Claudia Cardinale qu’il retrouvera dans 2 autres films. En 1962 c’est Le jour le plus court de Sergio Corbucci.

J : Jeu : en 1984, après Les Morfalous d’Henri Verneuil, comme les critiques jugent ses films trop répétitifs et son image de justicier ou de superflic trop habituelle, il revient à la comédie et décide de remonter sur les planches.

(K) : Cosma Vladimir : compose la musique de L’animal en 1977 et celle du film de Gérad Oury L’As des as en 1982. «  Je n’ai pensé qu’à lui (Belmondo) en la composant ».

L : Lelouch Claude : En 1969, il tourne Un homme qui me plaît avec Annie Girardot ; 1988 : Itinéraire d’un enfant gâté tourné à l’hôtel du Bel Air à Saint-Brice sous forêt ; 1995 : Les Misérables ; il interprète son propre rôle dans D’un film à l’autre en 2011. Le projet de tournage en 2012 Les bandits  manchots ne voit pas le jour.

M : Morricone Ennio: La partition musicale Chi Mai initialement composée pour Maddalena, film de 1971, fut choisie par l’acteur qui la découvre par hasard. La garde républicaine joue cette musique pour dire adieu au «  Professionnel » dans la cour des Invalides le jeudi 9 septembre. On doit à ce compositeur la bande originale des films : Le marginal, Le casse (1971) et Peur sur la ville (1975) deux films d’Henri Verneuil.

Mille vies valent mieux qu’une est le titre de son livre publié chez Fayard en 2016.

N : Natty Tardivel, ancienne cocogirl de Stéphane Collaro, elle est devenue son épouse le 29 décembre 2002 après avoir partagé sa vie durant 13 ans. Leur fille Stella naît en août 2003. Le couple se sépare en 2008.

O : Oscar : il joue avec succès le rôle de Christian dans la pièce de Claude Magnier en 1958. Son ami Claude Rich connaît la célébrité en le reprenant au cinéma.

P : Paul, son père. (1898-1982). Né à Alger, il y étudie l’architecture à l’école des Beaux-Arts. Arrivé à Paris en 1931, il voit trophées et commandes de l’Etat se succéder et reçoit le grand prix de la ville de Paris en 1936. A l’instigation de son fils qui lègue 259 sculptures, 444 médailles et 878 dessins un musée est inauguré à Boulogne- Billancourt en 2007. Un prix Paul Belmondo est créé par l’acteur pour récompenser un sculpteur contemporain.

Q : Quatorzième arrondissement : c’est là qu’eut lieu en 1959 le 1er mariage de l’acteur avec Renée Constant, dite Elodie Constantin. Elle est danseuse dans une boîte de jazz que fréquente le jeune homme à la sortie des cours du conservatoire avec sa « bande ». Ils vivent ensemble dès 1953 et ont 3 enfants : Patricia naît la même année (Elle décède dans l’incendie de son appartement en 1993), Florence en 1960 (mère de 3 enfants) et Paul en 1963 également père de 3 enfants. Elodie demande le divorce lorsque son époux entame sa liaison avec Ursula Andress.

R : Resnais Alain : En 1974 il réalise Stavisky, rôle pour lequel l’acteur (qui est aussi producteur) se plonge plusieurs mois dans de nombreux ouvrages sur le personnage. Le succès est moindre que celui auquel il est habitué et va initier un tournant dans sa carrière car il s’oriente ensuite presque exclusivement vers le cinéma de divertissement.

S : Surnom : Il vient de Pépel, personnage joué par Jean Gabin dans Les bas-fonds de Jean Renoir en 1936 et que Belmondo considérait comme l’un des plus beaux rôles du cinéma. Un de ses amis lui donne ce surnom qu’une faute de frappe transforme et c’est ainsi qu’est né Bébel.

T : Théâtre : en 1953, il fait ses débuts à l’atelier dans une pièce de Jean Anouilh Médée qui est un naufrage(Le Canard enchaîné titre «  Jean Anouilh très en Médée ! »).En 1954 : Le commissaire est bon enfant de Courteline, mis en scène par Michel Galabru qui le dirige également dans des pièces de Molière. Avec Pierre Brasseur, il écume les bars jusqu’à l’aube après les représentations de La mégère apprivoisée. Répertoire varié jusqu’en 1959 : André Roussin, Goldoni, Racine, Montherlant, Musset, Claudel, G.B. Shaw et Shakespeare. Lors de la première du Professionnel, son père Paul lui glisse : «  Tout ça c’est bien. Mais quand feras-tu ton vrai métier ? ». Après l’échec du film de Jacques Deray Le solitaire il confie : «  ça a été le polar de trop. J’en avais marre et le public aussi ». Il remonte sur les planches en 1987 pour Kean de Jean-Paul Sartre d’après Alexandre Dumas dans une mise en scène de son ami Robert Hossein et obtient le prix du Brigadier. Les 2 hommes se retrouvent en 1989 pour Cyrano de Bergerac, énorme succès suivi d’une tournée internationale jusqu’au Japon. Bernard Murat assure la mise en scène de Tailleur pour dames et La puce à l’oreille de Georges Feydeau ainsi que celle de Frédérick ou le boulevard du crime d’E.E. Schmitt. L’acteur est hospitalisé à Brest fin 1999 durant la tournée.

Il achète en 1991 le théâtre des Variétés après avoir vendu à Canal+ sa société de production Cerito films fondée en 1971. La 1ère pièce jouée là en 1836 fut …Kean.

U : Ursula Andress : cette actrice suisse, révélée au public dans son bikini blanc aux côtés de James Bond est la compagne de l’acteur de 1966 à 1972. Ils se rencontrent lors du tournage des Tribulations d’un Chinois en Chine. Elle le pousse à tenter l’aventure du cinéma aux Etats-Unis et ils y restent 6 mois avant qu’il ne renonce. D’elle il dit : «  Ursula était une tigresse suisse ultra-dynamique. J’avais un besoin de conquête ». Lorsqu’au bras de celle-ci il croise Pierre Dux, il lui lance en riant : «  Maître, vous voyez, on fait ce qu’on peut… «  le sociétaire honoraire de la comédie française s’excusera.

V : Vernier Pierre : Il apparaît à 8 reprises au cinéma aux côtes de l’acteur ; dans Itinéraire d’un…il incarne un prêtre. Ami depuis le conservatoire, il fait partie de la bande de Belmondo avec Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Bruno Crémer, Françoise Fabian (seule femme couvée par eux ) et Michel Beaune qui a tourné à 10 reprises avec son camarade, maître chanteur, patron de bistrot, faux ami, notaire marron…

Ventura Lino : Il a soutenu l’acteur à ses débuts en insistant auprès des producteurs pour qu’ils le prennent dans le film de Claude Sautet Classe tous risques. Le sport et en particulier la boxe les rapproche. Clelia, la fille de Lino évoque dans son livre le tollé déclenché, en 1964, par les «  critiques et autres intellos » lors de la présentation d’un film «  populaire » au festival de Cannes : Cent mille dollars au soleil d’Henri Verneuil avec Bernard Blier.

W : Welch Rachel : elle incarne Jane Gardner dans le film de Claude Zidi L’animal en 1977. Belmondo singe pour s’en moquer un gay peroxydé, double ridicule de son personnage de cascadeur.

X : XXL la popularité de l’acteur qu’il s’agisse du nombre d’entrées à chacun de ses films ou par les témoignages des Français lors de sa disparition.

Z : Zidi Claude, réalisateur du film L’animal où l’acteur, cascadeur gaffeur enlève celle qu’il aime au beau milieu de la cérémonie de son mariage avec un autre. Le tournage a eu lieu à Avernes où le metteur en scène avait une maison.

 

---------------------------------

Lors de la 42ème cérémonie des Césars, Jean Dujardin lui rend hommage : «  Jean-Paul Belmondo est le cinéma français à lui seul, la réconciliation des films d’auteur et de la culture populaire. C’est le même homme qui a donné le coup d’envoi de la nouvelle vague et joué les guignolos suspendu en caleçon à un hélicoptère. Rendez-vous compte qu’en moins de 5 ans, il a tourné à la fois A bout de souffle et Un singe en hiver, Léon Morin prêtre et Classe tous risques, Le Doulos et Cent mille dollars au soleil, Pierrot le fou et L’homme de Rio. Finalement, elle est là, sa plus belle cascade ».

Dans le Figaro, Frédéric Beigbeder écrit : «  Il réconciliait nos 2 patries : l’intellectuelle et la populaire ; la littérature et la boxe ; Antoine Blondin et Jean-Claude Bouttier ».


 

Né le 9 avril 1933 à Neuilly sur Seine, il s’est éteint tranquillement le 6 septembre 2021 à son domicile du 39 quai d’Orsay dans le VII arrondissement qu’il occupait après avoir longtemps résidé dans un hôtel particulier 9, rue des Sain-Pères dans le VIème. Après l’hommage national rendu le jeudi 9 septembre et la messe célébrée le lendemain en l’église de Saint-Germain des Prés, la dépouille a été conduite au crématorium du cimetière du Père Lachaise et l’acteur repose désormais aux côtés de son père au cimetière Montparnasse.


 

Sources, le numéro 22 hors série de Valeurs actuelles intitulé : Delon et Belmondo épopée française.

------------------------
 

FILMOGRAPHIE : les films précédemment cités ne sont (dans l’ensemble) pas repris.

958 : Les tricheurs de Marcel Carné. Jean-Luc Godard qui l’a vu dans Un drôle de dimanche de Marc Allégret dit de lui qu’il est «  le Michel Simon et le Jules Berry de demain »Il tourne avec lui bien sûr A bout de souffle sorti en 1960 puis un court métrage l’année suivante Charlotte et son jules et Une femme est une femme puis en 1965 Pierrot le fou. Jean Becker le met à l’affiche de La Rocca en 1961, puis Echappement libre en 1964 et Tendre voyou en 1966. Jean-Pierre Melville réalise Le Doulos en 1962 et adapte l’année suivante un roman de Georges Simenon L’aîné des Ferchaux avec Charles Vanel dont l’acteur reprend le rôle en 2001 pour la télévision et Bernard Stora. Jacques Deray filme Par un beau matin d’été en 1965 et Le solitaire date de 1987.Philippe de Broca met en scène Cartouche en 1962, Le magnifique en 1973, L’incorrigible en 1975 et Amazone en 2000, qui est un désastre commercial. Georges Lautner signe Flic ou voyou en 1979, Le professionnel en 1981, Joyeuses Pâques d’après la pièce de Jean Poiret en 1984 et L’inconnu dans la maison en 1992. Henri Verneuil a tourné également : un sketch de La française et l’amour en 1960, Week-end à Zuydcoote en 1964 et Le corps de mon ennemi en 1976.

Il ne faut pas non plus omettre : Philippe Labro pour L’héritier en 1972 et L’alpagueur en 1976 ; Robert Enrico : Ho ! en 1968 ; Louis Malle : Le voleur en 1967 ; Claude Chabrol : A double tour en 1959 et Docteur Popaul en 1972 ; Edouard Molinaro : La chasse à l’homme en 1964 ; François Truffaut : La sirène du Mississipi en 1969 ; Gérard Oury, Le cerveau et Cédric Klapisch, une fable de science-fiction en 1998 : Peut-être.

Courts métrages : 1974 : T’es fou Marcel de Jean Rochefort ; il tient son propre rôle en 1980 dans Balles de débutants d’Adolphe Dray et en 1986 pour Florence Moncorgé-Gabin dans Les pros.

Télévision : il fut D’Artagnan dans Les 3 mousquetaires de Claude Barma en 1959.

................................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 18:53

 à 16h30 au Foyer Culturel

d’après l’œuvre de Marcel Pagnol

F 2013 c 102 mn

avec Daniel Auteuil, Victoire Belezy, Jean-Pierre Darroussin, Marie-Anne Chatel, Raphaêl Personnaz

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Thème : Abandonnée et enceinte de son amant parti en mer, une marchande de fruits de mer de Marseille épouse un négociant veuf, prêt à reconnaître l'enfant comme le sien.

Le Réalisateur : Daniel Auteuil est né le 24 janvier 1950 à Alger. C’est un acteur, metteur en scène et réalisateur. Ses parents sont chanteurs lyriques d’opéras et d’opérettes. Il a grandit à Avignon dans cet environnement artistique.

Passionné de théâtre, il monte à Paris et s’inscrit au Cours Florent, sans grande réussite pour le concours d’entrée du Conservatoire National d’Art Dramatique.

En 1970, il fait ses débuts au Théâtre National Populaire (Early Morning) puis joue dans Gospell, une comédie musicale qui tient l’affiche pendant 2 ans. En 1975, Gérard Pirès offre à Daniel Auteuil son premier rôle au cinéma dans L’Agression avec Catherine Deneuve et J.L.Trintignant. En 1979, au théâtre, il connait un triomphe aux cotés de François Périer dans Coup de Chapeau qui lui vaut le prix Gérard Philipe 1979.

En 1980, poursuivant son accession au cinéma avec un rôle de lycéen dans Les Sous-doués de Claude Zidi il acquiert un statut de grand acteur comique. Enchainant les comédies populaires il collabore alors avec les spécialistes du genre comme Gérard Lauzier et Edouard Molinaro.

En 1986, il s’impose dans un registre dramatique avec son interprétation d’Ugolin dans Jean de Florette et Manon des sources de Claude Berri adapté de Marcel Pagnol. Il sera sacré Meilleur acteur à la 12ème Cérémonie des Césars.

Il est dès lors sollicité par les cinéastes les plus prestigieux. Claude Sautet Un Cœur en hiver et Quelques jours avec moi. André Téchiné Ma saison préférée et Les Voleurs. En 1996 Jaco Van Dormael Le Huitième Jour pour lequel il remporte ( ex aequo avec Pascal Duquenne) le prix d’interprétation masculine à Cannes.

Il remporte un nouveau César pour le rôle de Gabor, en 1999, avec La Fille sur le pont de Patrice Leconte.

Capable de jouer avec le registre comique et de tourner avec les auteurs les plus exigeant Daniel Auteuil occupe une place centrale dans le cinéma français des années 1990 et 2000. Les metteurs en scène font appel à ce comédien-caméléon , qui va se glisser dans la peau des personnages historiques tel Henri lV (La Reine Margot) pour Chéreau, de Sade pour Jacquot ou de Napoléon. Il forme avec Depardieu un tandem gagnant dans Le Placard en 2001 et de 36, quai des orfèvres d’Olivier Marchal en 2004,

En 2011, il se lance dans la réalisation avec La Fille du puisatier qui est bien accueillie. Et il s’attelle a une autre œuvre de Marcel Pagnol, La Trilogie marseillaise. Mais de Marius / Fanny /César seuls Marius et Fanny verront le jour en juillet 2013. César n’est jamais réalisé

Il se consacre à nouveau à la comédie ainsi qu’au drame autant qu’aux films de bande Entre amis de Baroux, Nos femmes de Berry, Au nom de ma fille de Vincent Garenq, Le Brio d’Yvan Attal. En 2018, il retourne à la réalisation avec Amoureux de ma femme, adaptation de la pièce L’envers du décor de Florian Zeller.

....................................................................................................Roland


 


 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 20:43

En cette période de rentée, le quiz porte sur des films qui ont comme cadre le milieu éducatif.

1. 2011. Philippe Chauveron s’inspire de la Bd éponyme de Godi et Zidrou pour mettre en scène un élève nouvellement arrivé dans une école et qui cherche par tous les moyens possibles et imaginables à obtenir de bonnes notes pour éviter la pension promise par son père en cas de nouvel échec. Avec Vincent Claude, Elie Semoun (l’instituteur) et Bruno Podalydès (le père).

2. 2001. Chris Columbus, qui a déjà à son actif la réalisation de Maman j’ai raté l’avion et de Madame Doubtfire adapte le roman de J.K. Rowling sur une musique de John William. Peu avant son 11ème anniversaire, un jeune garçon (Daniel Radcliffe), adopté par son oncle et sa tante qui le maltraitent, intègre une école un peu particulière. Il reçoit pour son anniversaire une chouette, Hedwige et se lie d’une profonde amitié avec Ron (Rupert Grint) et Hermione (Emma Watson). Le film reçoit le Saturn Award *des meilleurs costumes. Steven Spielberg voulait réaliser cet opus avec un acteur américain. L’auteuer ayant refusé car elle tenait à un jeune Anglais, le metteur en scène quitte le projet. Le château d’Alnwick , la cathédrale de Gloucester et celle de Durham sont les principaux lieux de tournage comme la Harrow School de Londres et la bibliothèque Bodléienne d’Oxford devenue infirmerie. * Cette récompense est décernée depuis 2013 par l’académie des films de science-fiction, de fantasy et d’horreur.

3. 1981. Claude Berri s’inspire du Journal d’un éducastreur de Jules Celma pour réunir Coluche, Josiane Balasko, Charlotte de Turckeim et Roland Giraud. Un vendeur de vêtements qui a perdu son emploi se tourne vers le métier d’enseignant et réalise que cela ne correspond pas tout à fait à l’idée qu’il en avait. Tournage à Paris rue d’Aligre et rue Foyatier ; piscine des Clayes-sous-Bois.

4. 1989. Peter Weir choisit Robin Willam pour incarner un professeur de lettres anglaises aux pratiques pédagogiques plutôt originales et qui encourage ses élèves d’une prestigieuse université du Vermont à profiter de l’instant présent et à s’épanouir malgré la rigidité des mentalités des parents et des autres enseignants. Le réalisateur, dans le cadre de l’école Saint-Andrew dans l’état du Delaware, a tourné dans l’ordre chronologique pour bien faire ressentir l’évolution des mentalités des jeunes gens. Maurice Jarre signe la musique. Dustin Hoffman et Bill Murray avaient été pressentis pour le rôle.

5. 2002. Nicolas Philibert signe ce film documentaire, grand succès en salle pour ce type de long unique d’enfants de 4 à 11 ans c’est-à-dire de la maternelle au CM2 dans l’école de Saint-Etienne-sur- Ussson en Auvergne. Sa recherche a duré 5 mois pour localiser 400 écoles, en visiter 100. Film récompensé par les prix Louis Delluc et Méliès, l’Etoile d’or du film ; il figure sur la liste de BFI (British Film Institute) de films à voir avant d’être âgé de 14 ans.

6. 1957. Philippe Agostini, dont c’est la 1ère réalisation, adapte avec son épouse Odette Joyeux (femme en 1ères noces de Pierre Brasseur et mère de Claude) et Paul Guth le roman de celui-ci . Il réunit Michel Serrault (qui a déjà joué un enseignant dans Les diaboliques de H.G. Clouzot), Jean Poiret, Darry Cowl et Henri Crémieux. Un jeune professeur arrive dans un collège de province pour enseigner les lettres à des élèves de 3ème. S’il s’attire la sympathie des adolescents, il n’en est pas de même pour les parents car il utilise l’argot pour rajeunir les textes étudiés.

7. 2008. Ce film allemand de Dennis Gansel est librement inspiré d’une étude expérimentale d’un régime autocratique menée par un professeur d’histoire avec des élèves de 1ère en Californie. Jürgen Vogel joue avec Frederick Lau qui reçoit un prix d’or du film allemand, la réalisation obtenant le bronze. Le film est sélectionné au festival de Sundance et lui est décerné le grand prix du jury.

8. 1996. Gérard Lauzier tourne à Epinay-sur-Seine et à Stains l’histoire d’un agrégé d’histoire qui, à la suite de son divorce, est muté dans un collège dit «  sensible » à Saint-Denis ; il est affecté à la classe réputée la plus difficile et son appartement de fonction se situe dans la cité la plus violente des environs. Avec Gérard Depardieu, Souad Amidou, Michèle Laroque, Ticky Holgado, Guy Marchand et Roschdy Zem.

9. 2008. Laurent Cantet , auteur du scénario, réalise ce film d’après le roman éponyme de François Bégaudeau. Il s’agit du vécu d’un jeune professeur, enseignant en 4ème au collège Mozart dans une ZEP à Paris XXème arrondissement. Le long métrage a obtenu la Palme d’or au festival de Cannes, le prix Lumière du meilleur film, l’Etoile d’or et le César de la meilleure adaptation.

10. 2004. Jean-Jacques Zilberman tourne un film partiellement autobiographique (le lieu choisi est le collège Adolphe Chérioux de Vitry-sur-Seine où il a été pensionnaire). Un adolescent de 15 ans est élève dans un internat dont le père est proviseur et la mère directrice des études. Obligé pour sortir de sa timidité de dormir parmi les autres au dortoir, il monte une cantine coopérative à l’insu des siens pour obtenir l’amitié de ses condisciples. Avec Damien Jouillerot, Carole Bouquet et Olivier Gourmet.

11. 1977. Diane Kurys signe son 1er long métrage, en partie autobiographique et obtient le prix Louis Delluc. Elle commence à écrire cette histoire en 1967 et, sur les conseils d’Alexandre Arcady, la transforme en scénario. En 1963, au lycée Jules Ferry à Paris (où la réalisatrice a suivi des cours durant son adolescnete) 2 sœurs, l’une de 13 ans, dissipée et menteuse, et l’autre de 15 ans qui joue les rebelles, fume et milite commencent leur année scolaire. Au générique, entourant les 2 jeunes filles, Eléonore Klarwein et Odile Michel, outre Anouk Ferjac et Yves Régnier, le corps enseignant est représenté par : Dora Doll, Tsilla Chelton, Nadine Alari, Marthe Villalonga (en professeur d’anglais à l’accent très approximatif)et Dominique Lavanant. Le titre, à l’origine Histoire de petites filles a été modifié et une scène a été ajoutée pour le rendre crédible. La chanson est écrite et interprétée par Yves Simon.

12. 1985. Patrick Schulmann, qui, bien que non crédité joue un adhérent du ciné-club, ‘inspire d’une histoire de Didier Dolna. Un quatuor d’enseignants joue au poker durant les récréations dans la salle des professeurs. Les compères, ayant chacun une vision de l’école idéale, décident de secouer les traditions et de rénover le lycée. On retrouve Patrick Bruel, Fabrice Luchini, Laurent Gamelon et Martine Sarcey. Le tournage a lieu dans un lycée de Boulogne-Billancourt devenu Commissariat de police, à Pontoise et à Vineuil-Saint-Firmin.

 

VOS REPONSES CI DESSOUS :

I
I
I
I
I
I

1. L’élève Ducobu ;

2. Harry Potter à l’école des sorciers ;

3. Le maître d’école ;

4. Le cercle des poètes disparus ;

5. Etre et avoir ;

6. Le naïf aux 40 enfants ;

7. La vague ;

8. Le plus beau métier du monde ;

9. Entre les murs ;

10. Les fautes d’orthographe ;

11. Diabolo menthe ;

12. P.R.O.F.S. ( En forme d’acronyme en référence au film de Robert Altman M.A.S.H. de 1970)

Partager cet article
Repost0
1 août 2021 7 01 /08 /août /2021 17:19

Le point commun de tous les films à trouver est que leur action se passe sur mer ; la taille de l’embarcation est variable.

1. 2011. Eric Lavaine réunit pendant 6 semaines sur le Costa Atlantica Valérie Lemercier, Frank Dubosc et Gérard Darmon. Une DRH d’une agence décide de se venger de son patron en engageant un chômeur qui ne connaît rien au métier d’animateur pour une croisière inaugurale. Une scène parodie un passage du film suivant. La même année, Pascale Pouzadoux met en scène 4 femmes qui font des rencontres inattendues sur un paquebot ; parmi elles Marilou Berry, Charlotte de Turckheim et Line Renaud.

2. 1997. James Cameron réalise et produit ce long métrage intégrant des éléments historiques et fictifs d’un naufrage en avril 1912. Il réunit Léonardo di Caprio et Kate Winslet dans ce qui sera sur une période record de 12 ans le plus grand succès de l’histoire du cinéma au box office mondial (dépassé en 2010 par une réalisation du même homme : Avatar). Robert De Niro, souffrant, n’a pu incarner le capitaine Smith. 11 Oscars dont le meilleur film et le meilleur réalisateur sont décernés ainsi qu’à la BO orchestrale, la plus vendue de tous les temps, celle de James Horner et à la chanson. Une maquette quasi grandeur nature a été construite (un seul côté). Pour loger les décors immergeables, la Fox a acquis 16 hectares de terrain en Basse Californie où 3 bassins (85 000m3, 25 000m3 et 1600m3) ont été creusés. Un professeur a été engagé pour enseigner étiquette et bonnes manières aux comédiens devenus les passagers de 1ère classe. Le sujet a inspiré plus tôt d’autres réalisateurs. Citons pour l’année 1953 Jean Négulesco( Oscar du meilleur scénario original) qui fait jouer Barbara Stanwyck et Robert Wagner mais est peu fidèle à la réalité contrairement à Atlantique, latitude 41° de Roy Ward Baker basé sur les témoignages de survivants.

3. 1951. John Huston, assisté de Guy Hamilton, adapte un roman de C.S. Forester, inspiré de faits réels : la bataille du lac Tanganyika. Humphrey Bogart (Oscar du meilleur rôle masculin) est un baroudeur qui est le seul contact, grâce à son bateau, d’un pasteur et de sa sœur Rose (Katharine Hepburn). A l’arrivée des Allemands (l’action a lieu en Afrique au début de la 1ère guerre mondiale). le missionnaire meurt et les 2 survivants fuient, décider à couler le Louisa, canonnière ennemie. Tournage en Afrique centrale sauf les cènes où les protagonistes sont dans l’eau et qui ont été filmées en studio en Angleterre. L’acteur et le réalisateur buvaient beaucoup pour lutter contre la malaria. Ce film est inscrit depuis 1994 au National Film Registry pour être conservé à la Bibliothèque du congrès des Etats Unis.

4. 2003. Gore Verbinski réalise le 1er volet d’une série qui se poursuit en 2003, 2007, 2011 et 2017. Johnny Deep( mais avant lui avaient été approchés Michael Keaton, Christopher Walken et Jim Carrey) forme un trio avec Orlando Bloom et Keira Knightley. Tourné à Saint-Vincent-et-les-Grenadines et en studio à Los Angelès le film a reçu un Bafta pour les maquillages et les coiffures.

5. 1944. Alfred Hitchcock, sur un scénario de John Steinbeck et de Ben Hecht – non crédité, contribue à l’effort de guerre déjà commencé avec Correspondant 17 et La cinquième colonne en réalisant ce huis clos à ciel ouvert réunissant 9 personnes de milieux sociaux différents après le torpillage de leur paquebot qui font l’expérience d’une survie en communauté. Les tensions naissent lorsqu’un naufragé est sauvé. La caméra ne quitte pas le bateau. Le réalisateur, qui a coutume d’apparaître dans ses films (caméo), figure sur une publicité d’un journal vantant un produit amaigrissant. Lui, qui est également au régime (il perd 40 kg) n’a rien à voir avec cette réclame.

6. 1956. John Huston produit et réalise ce film d’après le roman d’Herman Melville. Gregory Peck, Richard Basehart et Orson Welles sont liés dans cette traque d’un cachalot blanc que le capitaine, qui a perdu sa jambe, rêve de tuer. Ray Bradbury qui a participé au scénario a fait paraître en 1992 Green shadows, white whale, version de sa rencontre avec le réalisateur et de son séjour en Irlande, lieu de tournage.

7. 1986. Présenté hors compétition à Cannes, ce film de Roman Polanski réunit Walter Matthau (doublé par Henri Virlojeux et dont Jack Nicholson devait avoir le rôle), Cris Campion et Damien Thomas (voix de Claude Giraud) entre Malte, la Tunisie et les Antilles. En 1672, 2 hommes que tout oppose, perdus sur un radeau de fortune, sont recueillis à bord d’un galion espagnol dont ils réussissent provisoirement à s’emparer, convoitant un trône en or découvert dans les soûtes. Mais après bien des péripéties, ils retrouvent leur condition initiale. Le galion, construit en Tunisie, a nécessité 2 ans de travaux et 2 000 ouvriers. Il a servi ensuite de décor à une émission de TV, puis Tarak Ben Ammar, le producteur, l’offre à la ville de Cannes pour le Festival. Ancré depuis 1987 dans le port de Gênes en Italie il sert d’attraction. Le film, malgré les Césars des décors et des costumes, a été un cuisant échec commercial.

8. 1972. Ronald Neame réalise un des premiers films catastrophe en adaptant ce roman de Paul Gallico paru en 1969, qui s’inspire d’un de ses voyages sur le Queen Mary et d’un fait réel lors du transport des troupes américaines vers l’Europe. Un paquebot de croisière est retourné par une gigantesque la me de fond. 10 survivants menés par un pasteur énergique essayent de remonter jusqu’à la coque, seule issue possible. Gene Hackman (Bafta du meilleur rôle masculin) et Ernest Borgnine entourent Shelley Winters (Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle). Celle-ci, incarnant une ex-championne de natation a dû perdre 16 kg et être formée par un entraîneur de natation olympique. La chanson originale a reçu un Oscar.

9. 2012. Film le plus récompensé aux Oscars l’année suivante. La photographie, quant à elle, est de nombreuses fois récompensée par des Awards et un Bafta. Ang Lee, d’après le roman de Yann Matel, fait tourner Suraj Sharma et Irrfan Khan. Gérard Depardieu apparaît dans un petit rôle. Un homme Piscine Molitor Patel (PI) raconte comment sa famille ne pouvant plus tenir son zoo de Pondichéry décide de déménager au Canada et d’y vendre les animaux. Leur cargo fait naufrage et l’adolescent se retrouve sur un canot de sauvetage, à la dérive, avec plusieurs bêtes dont 2 extrêmement sauvages.

10. 1962. Lewis Milestone (et Carol Reed- non crédité) racontent une authentique mutinerie menée par Fletcher Christian en 1789 sur un navire en route vers Tahiti pour rapporter des arbres à pain. Marlon Brando, Trevor Howard et Richard Harris font partie de la distribution. Le tournage a lieu sur une île au large de Los Angeles, à Moorea et à Bora-Bora. L’acteur principal épouse en 3èmes noces Tarite, la Tahitienne qui interprète Maimité et ils auront 3 enfants. Il achète l’île de Tetiaroa. Cette mutinerie a inspiré d’autres réalisations. Celle de Charles Chauvel en 1933 demeure par la présence d’Errol Flynn. Clark Gable a dû raser sa célèbre moustache pour le rôle de Christian aux côtés de Charles Laughton dans le film de Frank Lloyd en 1935.

11. 1965. Stanley Kramer met à son générique : Simone Signoret, Vivien Leigh, José Ferrer et Lee Marvin. En 1933, un paquebot quitte Veracruz pour gagner l’Europe où des troubles annoncent la seconde guerre mondiale. Des passagers de classes sociales très différentes vont vivre des drames et s’affronter. L’Oscar de la meilleure direction artistique et celui de la photographie en noir et blanc récompensent la réalisation. Simone Signoret se souvient des dîners organisés par celle qui fut Scarlett et qui, nostalgique, écoutait toujours en fin de soirée la musique de ce film. Elle indique également : «  Pour Lee Marvin(…) ce fut la fin des seconds rôles ; ça faisait 20 ans qu’il attendait ».

12. 1925. Film muet de Sergueï Eisenstein commandé pour le 20ème anniversaire de la révolution de 1905. Longtemps interdit dans de nombreux pays, il est un des plus grands films de propagande de tous les temps. Composé en 5 parties, car le réalisateur avait des contraintes de temps, il montre une mutinerie, une insurrection et sa répression dans le port d’Odessa. La scène la plus célèbre, celle de l’escalier, montre un travelling avant en plongée quand la mère lâche le landau et cette manière de filmer est révolutionnaire pour l’époque. Cet épisode, qui n’a pas eu lieu dans la réalité, a été repris par Brian de Palma dans Les Incorruptibles.

Pour terminer, hommage rendu au transatlantique français, 3ème du nom, le plus long jamais construit au monde avant le lancement du Queen Mary 2, symbole du prestige de la France, il sert de décor à la comédie de Jean Girault en 1965, suite des aventures d’une brigade du sud du pays avec Luois de Funès,, Michel Galabru, Jean Lefèvre, Christian Marin, Grosso et Modo.


 

REPONSES : 

1. Bienvenue à bord (et La croisière) ;

2. Titanic ;

3. African Queen ;

4. Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl ;

5. Lifeboat ;

6. Moby Dick ;

7. Pirates ;

8. L’aventure du Poseidon ;

9. L’odyssée de Pie ;

10. Les révoltés du Bounty ;

11. La nef des fous ;

12. Le cuirassé Potemkine

et pour finir : Le gendarme à New York.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 09:47
crédité petr novak

crédité petr novak

Souvent confiné dans les seconds rôles tant au cinéma que sur le petit écran  il apparaîtra dans de nombreuses fictions et réalisera 3 films considérés comme « cultes ».

Né le 23 avril 1944 à Lons-Le-Saunier, il sort diplômé de l’IDHEC en 1967, rédige une thèse sur l’économie du cinéma et apprend tous les métiers du 7ème art de technicien à assistant réalisateur de Jacques Rivette (sous la direction duquel il tourne en 1970 Out 1 : Noli me tangere, en 1981Merry-go round et en 1982 Le pont du Nord), puis second assistant d’Alain Cavalier dans La chamade en 1968. François Truffaut le place à l’affiche de plusieurs de ses réalisations : L’enfant sauvage en 1970, Une belle fille comme moi en 1972, La nuit américaine en 1973 et L’argent de poche en 1976 qui donne un élan à sa carrière. André Téchiné réalise Barocco en 1976, Luc Béraud La tortue sur le dos en 1977, Robin Davis La guerre des polices en 1979 tout comme Bertrand Van Effenterre avec Mais ou et donc Ornicar (en 1984 : Côté cœur, côté jardin). Aux Etats-Unis, en 1980, il est Michel dans Les chiens de guerre de John Irvin avec Christopher Walken et en 1981 il joue aux côtés de Michael Caine et Sylvester Stallone dans A nous la victoire de John Huston. De retour en France, il tourne pour Yves Boisset Allons z’enfants, Neige pour Juliet Berto et Psy de Philippe de Broca.

Dirigé par Jean-Pierre Mocky il figure au générique de Y a-t-il un Français dans la salle en 1982. Leur collaboration s’étend également à : Noir comme le souvenir en 1995 ; Le deal en 2006 ; Le renard jaune en 2013 et Vénéneuses en 2017. Jacques Demy réalise Une chambre en ville et Jean-Luc Godard Passion. En 1984, Bertrand Blier le met en scène dans Notre histoire (puis en 1986 dans Tenue de soirée). 1985 : L’île au trésor de Raoul Ruiz, Je hais les acteurs de Gérard Krawczyk l’année suivante. Sa fille Salomé, âgée de 3 ans est à ses côtés pour son 1er rôle dans Peaux de vaches de Patricia Muzy en 1988 tandis que Marco Ferreri réalise Ya bon les blancs. 1989 : Les maris, les femmes, les amants de Pascal Thomas et La révolution française dont un des réalisateurs est Robert Enrico qui filme 10 ans plus tard Fait d’hiver. Claire Denis réalise en 1990 Jacques Rivette, le veilleur.

En 1991, il est sur le plateau de La gamine d’Hervé Palud avec son ami Johnny Halliday, rencontré au palais des sports en 1969 dont il dit : «  J’ai été conquis tout de suite. Il avait une présence ». Ils se retrouvent ensuite pour Love me de Laetitia Masson en 2000 (avec laquelle il a tourné en 1998 dans A vendre et sera sous sa caméra en 2002 pour La repentie) puis pour L’homme du train de Patrice Leconte en 2002. Une fâcherie naît quand l’acteur essaye de dissuader le rocker de poursuivre dans le 7ème art. Le chanteur se plaint : «  Il y a le petit ours qui m’a dit que je ne ferais jamais une carrière au cinéma ».

1991 : Lune froide de Patrick Bouchitey ; 1992 : Le grand pardon d’Alexandre Arcady (qui tourne en 1995 Dis moi oui et en 1997 K) ; 1993 : De force avec d’autres de Simon Reggiani et A cause d’elle de Jean-Loup Hubert. Eric Rochant réalise Les patriotes l’année suivante (puis en 2000 Total western). 1995 : Fast de Dante Desarthe. 1996 : Les Bidochon de Serge Korber. La même année, René Féret met en scène Les frères Gravet (puis en 2007 : Il a suffi que maman s’en aille et en 2008 : Une étoile dans la nuit où sa femme Claire et sa fille lui donnent la réplique). En 1997, Philippe de Broca adapte Le bossu d’après Paul Féval. S’inspirant librement de l’histoire de la bête du Gévaudan, Christophe Gans filme Le pacte des loups en 2001. Bernard Rapp réalise Pas si grave en 2003 et Jean-Pierre Sinari Camping à la ferme en 2008. Capitaine Achab est une œuvre de Philippe Ramos en 2008 (viennent ensuite Jeanne captive en 2015 et Les grands squelettes en 2018). En 2010, Jean Becker réunit Gisèle Casadesus et Gérard Depardieu dans La tête en friche. 2011 : Itinéraire bis de Jean-Luc Perréard ; L’enfant d’en haut d’Ursula Meier en 2012 ainsi que Des escargots et des hommes de Tudor Giurgiu ; Une histoire d’amour d’Hélène Fillières en 2013 puis Le dernier diamant d’Eric Barbier et en 2016 Jeunesse de Julien Samani. 2018 : Pupille de Jeanne Herry. L’année 2021 voit 4 films : Illusions perdues de Xavier Giannoli ; Tendre et saignant de Christopher Thompson ; Adieu Paris d’Edouard Baer et Selon la police de Frédéric Videau.

Il a également participé à 3 courts métrages : La philosophie dans le boudoir d’Olivier Smolders en 1991 ; La petite graine de Tessa Racine en 1998 et Le vacant de Julien Guetta en 2007. Un moyen métrage l’a également employé : Incident urbain de John Lalor en 2012.

Il a réalisé en 1978 son 1er film Le passe-montagne dans lequel il joue aux côtés de son ami Jacques Villeret. Le décès de celui-ci en 2005 l’affecte profondément. Son fils Robinson, âgé de 5 ans l’accompagne aux côtés de Carole Bouquet dans Double messieurs, film policier de 1986. Mischka, une comédie dramatique réunit autour de lui son épouse, sa fille Salomé et 2 de ses fils : Robinson et Pierre.

 

Il est également très présent sur le petit écran dans des séries télévisées ou dans des feuilletons comme : Médecins de nuit en 1979 ; L’amour en héritage en 1984 ; Docteur Sylvestre en 1996 ; Le Camarguais de 2002 à 2005 ; Femmes de lois en 2005 ; Commissaire Moulin en 2005 ; Le chasseur en 2010 ; Crainquebille dans Contes et nouvelles du XIXème siècle ; Le sang de la vigne en 2014 comme Falco où dans un épisode il donne la réplique à son fils Sagamore ; Frères d’armes, série historique 2014-2015 ; Ainsi soient-ils ; Commissaire Magellan en 2017 ; Meurtres dans le Morvan en 2018 et plus récemment il a été Philippe Foucher dans la saga d’Antenne 2 Un si grand soleil. Parmi les très nombreux téléfilms auxquels il a participé, on peut citer : Voici la fin mon bel ami en 1976 ; Adam et Eve en 1983 ; La lettre perdue de Jean-Louis Bertucelli en 1987 (en 1992 : Momo) ; Napoléon et l’Europe en 1991 ; L’amour est un jeu d’enfant de Pierre Grimblat en 1993 (qui réalise en 1987 Noces de plomb) ; J’ai 2 amours de Caroline Huppert en1996 ; Entre l’arbre et l’écorce-2000 ; La bête du Gévaudan-2003 ; Un jour d’été-2006 ; L’affaire Ben Barka- 2007 ; Valparaiso- 2012 ; Le 1er été de Marion Sarrault en2014 ; L’île aux 30 cercueils et Le talon d’Achille en 2012.

En 2009 il est sur scène au théâtre dans L’anniversaire d’Harold Pinter.

Il assure 3 doublages dont celui de Tommy Lee Jones dans le film de Bertrand Tavernier Dans la brume électrique. Il prête sa voix dans un livre audio Impardonnables de Philippe Djian et est un des personnages principaux du livre de Marc-Edouard Nabe Lucette sur la vie de la veuve de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline.

D'un premier mariage à la psychanalyste Jacqueline Monnier est né leur fils Sagamore  en 1974 qui, comédien également, alternera les tournages pour le cinéma et la télévision ; La totale de Claude Zidi en1991 ; Comme une bête de Patrick Schulman en 1998 et Romance de Catherine Breillat ; Lisa de Pierre Grimblat en 2001 ; Michel Vaillant en 2003 et en 2004 Tu vas rire mais je te quitte. Sur le petit écran : Léo Matteï, brigade des mineurs ; Capitaine Marleau ; Luther ; Falco ; Sur scène, il participe en 2006 à l’adaptation d’Orange mécanique.

Trois autres enfants complètent la famille, nés de sa seconde union en 1996 avec la comédienne Claire Stevenin  : Robinson , né en 1981, qui obtiendra en 2002 le César du meilleur espoir pour son rôle dans Mauvais genres. On le voit également dans de nombreux films dont C’est beau une ville la nuit. A l a télévision, il paraît dans L’instit, Petits meurtres d’Agathe Christie, Profilage ou encore Candice Renoir. Sa fille Salomé, née en 1985, présente également à l’écran et au théâtre, réalise en 2008 un court métrage Baïnes. Son dernier fils, Pierre naît en 1995. On l’a vu dans Vipère au poing et Le grand Charles. Il dit en parlant de ses 4 enfants : «  Ils ont tous joué à un moment ou un autre avec moi. Quand on est un père qui fait du cinéma, on est un mauvais père car on est toujours pressé ou au téléphone. Et quand les mômes se mettent à tourner à leur tour ils comprennent enfin ».

En 2018, le prix Jean Vigo, remis par Agnès Varda, récompense son travail de cinéaste.

Son fils Sagamore annonce son décès le 27 juillet 2021 à l’hôpital de Neuilly : «  Il s’est bien battu ». Les causes de sa mort n’ont pas été dévoilées.

...........................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 14:48
FRANCOISE ARNOUL , LA DISCRÊTE

Sex symbol des années 50 et jeune rivale de Martine Carol, éclipsée par Brigitte Bardot puis délaissée par la Nouvelle Vague, cette comédienne exigeante et discrète a su, à la maturité, diversifier ses emplois tant au cinéma qu’à la télévision.

Née le 9 juin 1931 à Constantine en Algérie française, Françoise Gautsch est poussée par sa mère, qui a paru au théâtre avec Charles Vanel sous le nom de Janine Henry, dans le domaine artistique. Elle prend des cours de danse à Rabat puis à Casablanca où son père, ancien général, a monté une affaire dans le domaine de la pêche et y reste quand en 1945 la famille s’installe dans le sud-ouest puis dans le XVIème arrondissement. C’est un des prénoms de celui-ci (Charles Lionel Honoré Arnoul) qu’elle choisit comme nom de scène. Au lycée Molière ses amies sont Yvonne Roussel, la sœur de Michèle Morgan qu’elle rencontre lors de la sortie du film La symphonie pastorale et Danièle Heymann, fille du réalisateur Claude (avec lequel elle tourne en 1952 : Adieu Paris). Pressentie par Marc Allégret pour un rôle dans Les lauriers sont coupés, elle est reçue par son assistant Roger Vadim mais le film, avec Brigitte Bardot, ne se fait pas. Elle délaisse les études en classe de seconde au profit de cours d’art dramatique où elle côtoie Michel Drach (qu’elle retrouve en 1965 dans la série télévisée Le train bleu s’arrête 13 fois), Roger Carel et Roger Hanin. Elle signe un contrat avec une agence et fait une 1ère figuration non créditée dans Rendez-vous de juillet de Jacques Becker. En 1948, Willy Rozier lui donne son 1er grand rôle dans L’épave, où les scènes déshabillées sont truquées : elle est mineure.

Elle rejoint Ray Ventura et ses collégiens dans la comédie musicale de Jean Boyer Nous irons à Paris en 1950. Sous la direction d’Henri Verneuil ce sont : Le fruit défendu en 1952, Le mouton à 5 pattes en 1954,2 films avec Fernandel, Des gens sans importance en 1955 avec Jean Gabin et les amants du Tage d’après Joseph Kessel avec Trevor Howard et Marcel Dallio et Paris palace hôtel avec Charles Boyer en 1956. En 1952, elle tourne sous la direction d’Henri Decoin Le désir et l’amour puis l’année suivante Les amants de Tolède et Le dortoir des grandes avant d’incarner Cora, l’espionne sanglée dans un ciré noir dans La chatte en 1958 puis La chatte sort ses griffes avec Roger Hanin et Bernard Blier. Ralph Habib réalise en 1952 La fête de l’adieu avec Jean-Claude Pascal et Jean Carmet, en 1953 Les compagnes de la nuit avec Marthe Mercadier et Raymond Pellegrin qu’elle retrouve en 1954 dans La rage au corps et Secrets d’alcôve dont il met en scène le sketch Riviera express.

En 1954, pour Jean Renoir, elle est Nini la petite blanchisseuse engagée par l’organisateur de spectacles Danglard (Jean Gabin) pour remettre au goût du jour dans ces années 1900 le cancan, une danse oubliée ; elle est entourée de Maria Felix, Michel Piccoli, Giani Esposito et Jean-Roger Caussimon. Elle rencontre sur le tournage Georges Cravennes (1914-2009), futur créateur des Césars. Ils se marient en 1956 et divorcent en 1964. Sont témoins de leur union Maurice Chevalier et Pierre Lazareff.

Sa carrière cinématographique fait mention de 70 films environ. Dans son livre de souvenirs écrit en collaboration avec Jean-Louis Migalon et paru en 1995, Un animal doué de bonheur, elle indique : «  Je n’ai jamais été vraiment intéressée par ma carrière ; je joue dans des films qui me plaisent avant tout » Elle est la comtesse Bassano dans Si Paris m’était conté de Sacha Guitry mais sa scène dans Napoléon est coupée au montage. Elle fait une apparition aux côtés de BB dans En effeuillant la marguerite de Marc Allégret en 1956 et tourne avec Marcel Carné Le pays d’où je viens. L’année suivante, elle rejoint Robert Hossein dans Sait-on jamais de Roger Vadim et joue dans C’est arrivé à 36 chandelles d’Henri Diamant-Berger. Ce sont ensuite Cargaison blanche de Georges Lacombe et Thérèse Etienne de Denys de la Patellière puis Asphalte d’Hervé Bromberger en 1959 comme Le chemin des écoliers de Michel Boisrond où elle est, dans cette adaptation de Marcel Aymé, la maîtresse d’Alain Delon et La bête à l’affût de Pierre Chenal. Pierre Kast réalise en 1960 La morte saison des amours puis en 1963 Vacances portugaises. En 1962, elle participe à 2 films à sketches ; l’un de Claude Barma Françoise dans Les Parisiennes et l’autre de Julien Duvivier dans Le diable et les 10 commandements avec Micheline Presle et Mel Ferrer. Elle figure également dans un caméo (brève apparition d’une vedette qui n’est pas toujours mentionnée au générique) pour Jean Cocteau dans Le testament d’Orphée.

En 1964, sur le tournage de Compartiments tueurs de Costa-Gavras (son rôle n’est pas crédité), elle rencontre le réalisateur Bernard Paul dont elle sera la compagne jusqu’au décès de celui-ci en 1980. Pour lui, elle met sa carrière en sommeil. Avec Marina Vlady, ils fondent une société de production « Francina » qui financent les 3 longs métrages du metteur en scène : Le temps de vivre en 1969, Beau masque d’après Roger Vailland en 1972 et Dernière sortie avant Roissy en 1977 dans lequel elle joue. Proche de Simone Signoret, elle signe en 1966 le manifeste des 343 pour la libéralisation de l’avortement.

Sa carrière se poursuit avec Le congrès s’amuse de Géza von Radvanyi avec Curd Jürgens en 1966, puis Le dimanche de la vie de Jean Herman. En 1974 elle rejoint Daniel Gélin dans Dialogues d’exilés de Raoul Ruiz et devient la mère d’Isabelle Adjani dans Violette et François de Jacques Rouffio avec Jacques Dutronc et Serge Reggiani. 1984 : Ronde de nuit de Jean-Claude Missiaen ; 1986 : La mouche (court-métrage) ; 1987 : Nuit douce de Guy Gilles ; 1989 : Voir l’éléphant de Jean Marboeuf (avec lequel elle tourne Temps de chien en 1996 et pour la TV Billard à l’étage la même année puis en 1998 L’alambic) ; en 1992, elle est aux côtés de Charles Aznavour dans Les années campagne de Philippe Leriche. Les scènes tournées pour Agnès Varda dans Les cent et une nuits en 1995 sont coupées au montage. En 1997, elle préside La caméra d’or au festival de Cannes et sa prestation dans Post coïtum animal triste de Brigitte Rouan est saluée par la critique. En 2000, elle figure au générique de Photo de famille de Xavier Barthélemy et de Merci pour le geste de Claude Farraldo. En 2016, elle tourne Le cancre de Paul Vecchiali.

Si elle n’est présente au théâtre que sur la scène des Célestins en 1966 pour la pièce d’Albert Camus Les justes, il n’en est pas de même pour le petit écran qu’il s’agisse de téléfilms ou de feuilletons comme Les 5 dernières minutes en 1994 ou L’instit en 1998. Avec Carlo Rim, qui l’avait mise en scène au cinéma en 1951 dans La maison Bonnadieu, elle joue Les Tombales. Elle retrouve Jean Renoir en 1970 pour son Petit théâtre dans Le roi d’Yvetot avec Fernand Sardou et Jean Carmet. En 1981 Juan Bunuel réalise Les héritiers, Serge Moati Mon enfant, ma mère et Jean-François Claire L’automate. Didier Decoin réalise en 1982 L’amour s’invente. Pierre Kast et Maurice Dugawson adaptent en 1985 le roman de Boris Vian L’herbe rouge avec Jean-Pierre Léaud et Jean-Claude Brialy. La même année Guy Gilles tourne Un garçon de France d’après Pascal Sevran. En 1988, ce sont La garçonne d’Etienne Périer et L’étrange histoire d’Emilie Albert de Claude Boissol puis en 1989 V comme vengeance de Claude Boissol et Héloïse de Pierre Tchernia en 1991. En 2005, Philippe Laïk tourne une adaptation du roman de Georges Simenon Le voyageur de la Toussaint.

Elevée en 1995 au rang de Commandeur des Arts et des Lettres, elle s’éteint le 20 juillet 2021 à l’hôpital des suites d’une longue maladie.

..............................................................................................................................Claudine

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 20:09

LA CAMPAGNE AU CINEMA :

Après la mer, voici un autre cadre dans lequel se passent tous les films à découvrir pour ce nouveau quiz.

 

1. 1949. Jacques Tati, auteur du scénario, incarne François, un facteur qui assiste à la projection d’un film sur la pratique ultra-moderne de son métier en Amérique. Vexé, il tente de boucler sa tournée en un temps record. L’action se passe à Sainte-Sévère-sur-Indre dont les habitants sont les figurants, lors d’une fête où Paul Frankeur est un forain. Tati s’était réfugié dans ce village en 1943 avec son ami et collaborateur Henri Marquet qui est co scénariste et dialoguiste du film. La scène du plongeon et celle de la livraison des pâtisseries sont tournées à Charleval dans les Bouches du Rhône et la gare est celle de Marçais. Le personnage de François a été créé en 1947 dans un court métrage de 13 minutes intitulé L’école des facteurs .Le réalisateur présente en 1961, à la demande de Bruno Coquatrix un spectacle mêlant music-hall et projection d’extraits. En 1995, le film est restauré par Sophie Tatischeff, fille de Tati et monteuse et François Ede chef opérateur.

 

2. 1999. Jean Becker adapte le roman de Georges Montforez paru en 1958 et Sébastien Japrisot écrit le scénario. En 1932, une grande amitié unit Riton, maladroit, fainéant, porté sur la bouteille et Garris, homme simple, un peu poète, arrivé là après sa démobilisation en 1919. Leur union fait leur force dans les taches quotidiennes et les petits boulots qui leur garantissent une liberté enviable. Autour d’eux gravitent plusieurs personnes. Le film qui a obtenu le prix du public au festival de Catalogne réunit Jacques Villeret, Jacques Gamblin ( prix du meilleur acteur au festival de Cabourg), André Dussolier, Michel Serrault, Isabelle Carré et Gisèle Casadeus. Suzanne Flon est Cri-Cri, la narratrice âgée.

 

3. 1984. Bertrand Tavernier coproduit ce film dont le scénario a été écrit avec son épouse Colo et a obtenu un César d’après le roman de Pierre Bost Monsieur Ladmiral va bientôt mourir. Louis Ducreux, un des auteurs de la musique avec Philippe Sarde, Gabriel Fauré et Marc Perrone qui joue un accordéoniste, incarne ce peintre sans génie qui accueille, comme toutes les semaines, son fils, sa bru et leurs 3 enfants. Sa fille vient ce jour là bousculer ce paisible rituel. Sabine Azema remporte le César du meilleur rôle féminin aux côtés de Jean-Pierre Aumont. Récompense accordée également à la photographie. Le grand prix du cinéma français et celui de la mise en scène à Cannes complètent ce palmarès. Le tournage a pour cadre Wy-dit-Joli-Village dans le Vexin, le château de Villers-en-Arthies et la gare de Vétheuil.

 

4. 1970. Pierre Granier-Deferre s’inspire du roman de Michel Lambesc avec un scénario et des dialogues écrits en compagnie de Pascal Jardin et Denis Amar comme assistant réalisateur pour raconter comment un riche fermier normand (Jean Gabin) qui mène famille et exploitation d’une main de fer découvre que son petit-fils (Marc Porel) se livre au trafic de drogue. La destruction de la marchandise entraîne des représailles lourdes de conséquences. Christian Barbier, André Weber, Julien Guiomar, Pierre Dux et Felix Marten complètent la distribution. La musique de Serge Gainsbourg et Michel Colombier contribue à l’ambiance du film. TF1 a tourné en 2005 un remake avec Pierre Mondy.

 

5. 1952. René Clément adapte avec Pierre Bost et Jean Aurenche le roman de François Boyer. Le film remporte le Lion d’or à la Mostra de Venise, l’Oscar du meilleur film et le Bafta, le prix Femina et celui de la critique japonaise à Tokyo l’année suivante. Une petite fille de 5 ans, Paulette (Brigitte Fossey) dont les parents (ce sont ceux de l’enfant qui jouent le rôle) ont été tués pendant l’Exode, rencontre Michel, 10 ans, qui l’emmène vivre chez lui. Georges Poujouly qui est ce garçon a, durant le tournage, entamé celui d’André Cayatte Nous sommes tous des assassins et ses cheveux ont été coupés presque à ras. Furieux, René Clément lui a fait porter une perruque pour terminer le film. Dans un 1er temps, le réalisateur voulait adapter son travail pour un moyen métrage Croix en bois, crois en fer pour l’intégrer avec d’autres dans un film sur le thème des enfants et la guerre. Sur les conseils de Jacques Tati, il complète et tourne de nouvelles séquences. La jeune héroïne est présentée en 1953 à la reine Elisabeth II. La musique, devenue très célèbre, est arrangée et interprétée par Narcisso Yepes.

 

6. 1980. Claude Chabrol adapte le roman de Pierre-Jakez Hélias et renonce ainsi à son projet de tournage sur les paysans de la Creuse. Le film, mal accueilli par la critique à sa sortie, réunit dans le pays bigouden Jacques Dufilho, François Cluzet, Paul Le Person, Dominique Lavanant, Michel Blanc et Michel Robin. Il présente la vie miséreuse de ces paysans du début du XIXème siècle à la fin de la 1ère guerre mondiale.

 

7. 1946. Jean Renoir (qui joue le patron de l’auberge) adapte une nouvelle de Guy de Maupassant. Il a pour assistants réalisateurs : Jacques Becker et Henri Cartier-Bresson ( qui sont également ici des étudiants séminaristes), Yves Allégret et Luchino Visconti. Un commerçant parisien s’octroie une journée en plein air avec les siens. Deux canotiers entreprennent de séduire sa femme et sa fille. André Gabriello et Jane Marken sont aussi de la distribution. La musique est signée Joseph Kosma. Le tournage est compliqué tant à cause du montage financier que des mésententes et de la météo défavorable et il est interrompu pour ne jamais reprendre. Sur le générique on peut lire : « n’a pu être, pour des raisons de force majeure, tout à fait terminé. En l’absence de Jean Renoir, actuellement en Amérique, soucieux de respecter son œuvre et d’en conserver le caractère, nous avons décidé de vous le présenter tel qu’il est ».

 

8. 1987. Jean- Loup Hubert réunit Richard Bohringer et Anémone (tous 2 récompensés par le César du meilleur acteur dans un 1er rôle) à Rouans en Loire Atlantique. En 1959, un garçon de 9 ans qui lui a été confié, donne un nouveau départ à un couple affecté par la perte 10 ans plus tôt d’un enfant. Le jeune Parisien découvre la vie de la campagne et fait les 400 coups avec Martine, espiègle et délurée. Les 2 acteurs principaux devaient être Coluche et Josiane Balasko mais le fantaisiste décède 1 mois avant le début du tournage. Un remake américain avec Don Johnson et Melanie Griffith a été produit en 1991.

 

9. 1962. Yves Robert adapte avec François Boyer (qui joue le curé) ce roman de Louis Pergaud, paru en 1912. C’est la seconde sur les 5 adaptations de cette querelle entre enfants de 2 villages qui conduit, quand les choses vont trop loin, les 2 meneurs en pension. Il coproduit avec son épouse Danièle Delorme et fonde avec elle une maison de production La Guéville, du nom d’une rivière au château de Rambouillet qui passe près de leur propriété à Saint-Hilarion. La Warner accepte de financer le film qui n’ pas de carrière aux Etats-Unis mais remporte un très vif succès au Japon. Le nom d’un des enfants du film est même devenu le support d’une marque. Le film reçoit le prix Jean Vigo et les Victoires du cinéma français. Jean Richard, Michel Galabru, Pierre Tchernia et Pierre Trabaud entourent les jeunes : André Treton et les frères Lartigue, petits-fils du photographe et peintre Jacques-Henri Lartigue. La célèbre phrase est prononcée en 1953 par le cancre Philibert dans un sketch de Jacques Baudoin qui voulait intenter un procès aux producteurs. Le 24 septembre 2011, lors du 50ème anniversaire du tournage, fut inauguré à Armenonville-les-Gatineaux en Eure-et-Loir, un des 2 villages ennemis, un jardin Yves Robert.

 

10. 1986. Claude Berri réalise, la même année, en Provence, sur des photos de Bruno Nuytten, ces films franco, helvético, italo autrichiens, adaptés de Marcel Pagnol qui avait réalisé en 1952 un tournage avec sa femme Jacqueline. Ugolin, un paysan qui rêve de faire fortune en cultivant des œillets, soutenu par son oncle le Papet, bouche une source nécessaire aux projets d’un bossu venu de la ville et entraîne sa mort. Les années passent et la fille de l’homme se venge en privant les villageois d’eau. Gérard Depardieu est encore l’époux d’Elisabeth Depardieu de même que Daniel Auteuil (César du meilleur rôle) est en couple avec Emmanuelle Béart (César du second rôle). Yves Montand, sur les conseils de Simone Signoret propose le futur lauréat pour incarner Ugolin au lieu de Coluche et Jacques Villeret malgré la réticence du metteur en scène habitué à voir l’acteur dans des rôles comiques (exemple : Les sous-doués). Hippolyte Girardot est l’instituteur que la jeune femme épouse en renonçant à sa vengeance. Yvonne Gamy qui est Delphine l’aveugle qui révèle toute la vérité au Papet a joué en 1952 dans la version de Pagnol. Le frère de Fernandel, Fransined, tient un petit rôle de fleuriste.

 

LES REPONSES CI-DESSOUS

I
I
I
I
I
I

 

1. Jour de fête ;

2. Les enfants du marais ;

3. Un dimanche à la campagne ;

4. La horse ;

5. Jeux interdits ;

6. Le cheval d’orgueil ; 

7. Partie de campagne ;

8. Le grand chemin ;

9. La guerre des boutons ;

10. Jean de Florette et Manon des sources.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2021 6 03 /07 /juillet /2021 10:04

Bonjour amis cinéphiles

Aujourd'hui tous les titres de films à découvrir contiennent le mot "Vacances".

Alors bonne recherche.

1. 1982. Claude Zidi, qui signe le scénario, envoie au bord de la mer les tout récents bacheliers du cours Louis XIV. Il ne s’agit pas d’une suite puisque le 1er opus se termine sur les retrouvailles de la bande d’amis ; c’est une « midquel » insérée entre les 2 dernières scènes du 1er. Engagés par un chanteur dont l’assistant a conçu un «  Love Computer » les 2 héros entament une relation. Daniel Auteuil et Grace de Capitani rencontrent donc Guy Marchand interprétant Destinée, chanson coécrite avec Wladimir Cosma qui, bien que non crédité, joue un technicien du centre d’enregistrement. L’air est au départ un pastiche de l’été indien de Joe Dassin et est repris dans Le père Noël est….

2. 1953. William Wyler filme en noir et blanc malgré l’essor du Technicolor à Rome et dans les studios de Cinecitta la rencontre entre une jeune princesse qui fugue et un journaliste qui lui fait visiter la ville en Vespa. Gregory Peck est très complice avec sa jeune partenaire et exige que le nom d’Audrey Hepburn apparaisse à côtés du sien sur l’affiche. L’actrice est récompensée par un Oscar, le Golden Globe et le British Academy Film Award. L’Oscar de la meilleure histoire originale revient à Dalton Trumbo, sous le pseudonyme de Ian Mc Lellen à cause du maccarthysme. Les costumes ont été également honorés de la précieuse statuette. Georges Auric signe la musique.

3. 1967. Jean Girault réunit pour la première fois en couple Louis de Funès, directeur d’un pensionnat, et Claude Gensac. Ils seront 7 fois mari et femme à l’écran. Philippe (Olivier de Funès), recalé au bac, doit être envoyé dans une famille écossaise dont la fille viendra en France, pour améliorer son anglais déplorable. Ne voulant pas renoncer à son projet de descendre la Seine avec des amis, il se fait remplacer par un autre élève, Michonnet (Maurice Risch), très désireux de séjourner outre- Manche. Quand celui-ci tombe malade, le directeur se rend à son chevet…Jean Falloux, cascadeur et mari de la speakerine Anne-Marie Peysson, a trouvé la mort sur ce tournage. Aucun plan n’a été tourné au Royaume Uni. Les paysages font voir Vernon, le château de Gillevoisin à Janville-sur-Juive dans l’Essonne, le Mont Dore, Le pont de Tancarville…Louis de Funès a reçu le prix Courteline et le film le Ticket d’or décerné par les téléspectateurs.

4. 1953. Jacques Tati présente différents types de vacanciers dans le cadre d’un paisible hôtel familial où un maladroit commet de nombreuses bévues. Le tournage commence en juin alors que l’équipe est présente depuis mai, ne pouvant tourner à cause du temps excécrable et se poursuit jusqu’au 22 octobre. Le réalisateur loge dans la villa « Le château » où a été tournée la partie de tennis. Le phare au bout de la jetée, les cabanes et la façade de la maison où pose Martine ( Nathalie Pascaud) ont été réalisées avec le bois du paquebot Marrakech désossé à Saint-Nazaire, ville proche de Saint-Marc- sur mer. Nicolas Hulot a indiqué que son grand-père, architecte de l’immeuble où habitait Jacques Tati, a inspiré le nom du personnage.

5. 06. Film brésilien réalisé par Cao Hamburger, auteur du scénario. Mauro, 12 ans, est laissé par ses parents officieusement en vacances mais fuyant la dictature,chez son oncle. En l’absence de celui-ci le garçon est recueilli par la communauté juive, haute en couleurs du quartier « San Retiro » de Sao Paulo. L’action se déroule durant la coupe du monde de football mexicaine de 1970 où l’équipe est emmenée par Pelé.

6. 2012. Philippe de Chauveron réalise la suite du film réunissant un instituteur (Elie Semoun) et un élève qui se retrouvent par hasard durant l’été. François Viette remplace pour le rôle du jeune Vincent Claude paraissant trop âge pour le rôle. Il en est de même pour Pierre-François Martin-Laval avec Bruno Podalydès. Tournage à Paris, Hyères, Cassis, Giens et la Seyne-sur-mer.

7. 07. Steve Bendelack réalise ce film franco-britannique, le second adapté de la série TV après celui de 1997. Rowan Atkinson (sans son ours en peluche Teddy) joue avec Emma de Caunes et Jean Rochefort dans cet hommage à Jacques Tati. A Londres, un homme gagne des vacances dans le sud de la France à Cannes et une caméra vidéo. Voulant se faire filmer lors de sa montée dans le train par un passager dont le fils de 12 ans est déjà à bord, il fait rater le départ au vidéaste bénévole. Après maintes tribulations tout le monde se retrouve lors du festival et l’homme peut enfin profiter de la plage.

8. 1980. Bertrand Tavernier filme à Lyon Nathalie Baye, Gérard Lanvin, Michel Galabru, Philippe Léotard et Niels Tavernier. Philippe Noiret occupe un petit rôle, celui de Michel Descombes, qui était beaucoup plus important en 1973 dans L’horloger de Saint-Paul. Une jeune enseignante surmenée obtient un arrêt de travail et réfléchit à sa vie et sa carrière. Le réalisateur disait : «  Tous mes films s’appuient sur un doute ». Le pont Winston Churchill, alors construction métallique, est maintenant un pont en béton précontraint.

9. 2009. Ivan Calbérac réunit Mathilde Seigner, Bernard campan et Bertille Chabert (Léa). Une collégienne partage sa vie entre ses 2 parents : une semaine chez sa mère, hyperactive et une semaine chez son père en pleine reconversion professionnelle.

10. 2012. Philippe Lellouche réalise en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes d’Armor ce film dans lequel il joue aux côtés de Julie Gayet, Gérard Darmon, Vanessa Demouy et Christian Vadim. Claude emmène en Bretagne ses 2 garçons, sa belle-mère et sa jeune femme qui a choisi le village où elle est né , le Rocher d’Abraham. Deux couples d’amis les rejoignent mais les autochtones leur réservent un accueil mitigé.


 

REPONSES :

1. Les sous-doués en vacances ;

2. Vacances romaines ;

3. Les grandes vacances ;

4. Les vacances de monsieur Hulot ;

5. L’année où mes parents sont partis en vacances ;

6. Les vacances de Ducobu ;

7. Les vacances de Mr Bean ;

8. Une semaine de vacances ;

9. Une semaine sur 2 (et la moitié des vacances scolaires) ;

10. Nos plus belles vacances.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 19:16

 

 

 

 

 

Ce fabuliste, né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry, servira de fil conducteur à ce quiz.

Dans les titres à trouver est contenu un mot que l’on retrouve dans une poésie.

Les réponses concernant le 7ème art seront suivies du titre de la fable.

1. 1971. Pierre Granier Deferre réunit dans un pavillon de banlieue un couple qui correspond par des notes sur des bouts de papier. La jalousie de la femme autour d’un animal domestique se mue en haine. Simone Signoret et Jean Gabin (dont c’est le 90ème film) ont été récompensés par un Ours d’argent. Le scénario de Pascal Jardin adapte un roman de Georges Simenon dont la trame est supposée venir des relations entre l’auteur et sa mère. Le tournage s’est déroulé à Courbevoie, dans le quartier de La défense alors en construction. La maison des Bouin, impasse Dupuis (aujourd’hui disparue) se situe à l’emplacement de la tour Neptune et du quartier des Damiers.

2. 1994. Inspiré en grande partie d’Hamlet de William Shakespeare, c’est le 43ème long métrage d’animation des studios Disney. L’histoire commence quand le roi Mufasa (voix de Jean Reno) et la reine Sarabi, aidés du mandrill Rafiki, présentent aux animaux du royaume leur fils alors que Scar (voix de Jean Piat) convoite le trône. Le film est récompensé pour la musique et la meilleure chanson, celles d’Elton John, par un Oscar et un Golden Globe. Il est sélectionné en 2016 par la Bibliothèque du Congrès pour figurer au National Film Registry.

3. 1956. Charles Vidor réunit Grace Kelly (dont c’est l’avant-dernier film) et Alec Guiness, dont c’est le 1er tourné aux Etats Unis dans cette comédie romantique située dans un pays fictif, en 1910 et où la princesse Alexandra tombe amoureuse du précepteur de son frère à la veille de son mariage avec le prince Albert. La MGM reporte la sortie du film pour qu’elle corresponde avec la date du mariage de L’actrice avec le prince Rainier. Pour le rôle d’Albert, Joseph Cotten et Rex Harrisson ont été pressentis.

4. 1961. André Hunebelle adapte le roman éponyme d’Henry Dupuy-Mazuel paru en 1924, date à laquelle un film au titre identique a été réalisé par Raymond Bernard avec Charles Dullin. Louis XI (Jean-Louis Barrault) désire donner en mariage sa filleule Jeanne de Beauvais (Rosanna Schiaffino) à Charles le Téméraire (Roger Hanin) pour stabiliser la paix ; mais la jeune fille est amoureuse du chevalier Robert de Neuville (Jean Marais). Charles, irrité d’être rejeté, fit enlever sa promise par le comte de Sénac et accuser Robert qui est déclaré félon. Plusieurs séquences montrent le château de Pierrefonds.

5. 2001. Christian Carion, qui réalise également Joyeux Noël, raconte la rencontre entre Sandrine, une formatrice en informatique qui quitte la région parisienne pour se lancer dans le Vercors dans l’agriculture et un veux bougon, Adrien, dont elle veut racheter la ferme. Avec Michel Serrault, Mathilde Seigner et Jean-Paul Roussillon.

6. 1980. Adaptation en coréalisation de Jean Girault et Louis de Funés (qui coadapte le scénario) d’une pièce de Molière. Depuis les années 50 c’était le rêve de l’acteur. Pour lui, le principal intérêt du rôle est de montrer un défaut qu’il trouve comique et dont il s’est particulièrement amusé chez sa mère. Par la suite, durant sa carrière, ce travers compte parmi les passions humaines qu’il apprécie le meix d’incarner. Il choisit la distribution, faisant appel à des amis et à ceux qui ont joué au théâtre : Michel Galabru, Claude Gensac, Bernard Menez, Grosso et Modo, sa « famille de cinéma ». Le film est tourné dans l’ordre chronologique : 6 plateaux ont été retenus durant 6 mois aux studios de Billancourt afin que tout reste en l’état. Le tournage à Senlis dans les ruelles et la cathédrale a lieu début février et il fait très froid ; on ne voit pas sous les costumes les épais vêtements ; les acteurs sucent des glaçons avant les prises pour ne pas produire de buée. La scène finale est tournée en Tunisie près de Nefta. Florence Moncorgé-Gabin est scripte sur ce film.

7. 1943. Henri-Georges Clouzot choisit Montfort L’Amaury comme cadre de ce village où circulent des lettres anonymes visant les habitants et plus particulièrement le docteur Germain accusé de pratiquer des avortements clandestins. Avec Pierre Fresnay, Ginette Leclerc et Pierre Larquey. 2 jours avant la sortie triomphale du film, HG Clouzot quitte la Continental en claquant la porte. Quand il est frappé de suspension à la Libération, Jean-Paul Le Chanois témoigne avoir été employé sous un prête-nom (Juif communiste Jean-Paul Dreyfuss était recherché par l’Abwehr). Le cinéaste revient à la réalisation en 1947 avec Quai des Orfèvres.

8. 1984. Richard Dembo réalise ce film récompensé par le prix Louis Delluc et celui de l’académie nationale du cinéma puis l’année suivante par l’Oscar du meilleur film en langue étrangère et le César de la 1ère œuvre. Inspiré d’un affrontement similaire en 1978 puis en 1981 entre Anatoly Karpov et Viktor Kortchnoï, il montre l’affrontement en Suisse entre un jeune génie des échecs qui a fui son pays et un compatriote plus âgé, soutenu par le régime. Avec Michel Piccoli, Liv Ullmann et Leslie Caron sur une musique de Gabriel Yared.

9. 1980. Film botswanais et sud-africain de Jamie Uys. Comment une bouteille de coca-cola, tombée d’un petit avion de tourisme, apporte désordre et convoitise dans une tribu du désert de Kalahari vierge de tout contact extérieur. Primé au festival de Chamrousse en 1982, ce long métrage conduit le réalisateur à tourner une suite. Nixau acheta 12 têtes de bétail avec son cachet de 300 dollars mais une polémique déclenchée par ce montant si peu élevé lui permit de toucher plus tard 20 000 dolllars.

10. 1929. Court métrage muet, sonorisé et surréaliste de 21 minutes de Luis Bunuel et Salvador Dali qui ont écrit le scénario en 6 jours à la manière des cadavres exquis. Les 2 hommes jouent aussi dans ce film, succession de scènes ayant pour seuls liens logiques quelques personnes et le décor d’un intérieur parisien. Lors de la 1ère, Bunuel sonorise lui-même le film avec des disques : Tristan und Isolde de Richard Wagner et un tango argentin.

11. 1972. Film policier de René Clément avec Jean-Jacques Beinex comme assistant réalisateur et Sévastien Japrisot auteur du scénario (édité chez Denoel puis en Folio en 1986). La musique de Francis Lai a été utilisée sur Fr3 comme générique pour annoncer le programme du soir dans les années 70. Tony (Jean-Louis Trintignant) se réfugie à Montréal pour échapper à des gitans. Enlevé par des truands car il est un témoin gênant il s’intègre peu à peu à leur bande.

12. 1988. Jean-Jacques Annaud, qui reçoit le César du meilleur réalisateur, adapte le roman de James Oliver Curwood paru en 1916. Un chasseur (Tchéky Karyo) prend conscience de la dignité de la vie animale après avoir poursuivi une jeune bête qui fait, en compagnie d’une autre plus âgée, l’apprentissage de la vie. Le film, tourné en anglais, produit par Claude Berri, a également reçu un César pour le montage. Le tournage a lieu en Italie, dans les Dolomites, en Allemagne à Garmisch-Partenkirchen et dans le Tyrol. Les animaux ont été dressés durant 4 ans, ce qui a permis à J.J.Annaud d’adapter durant ce temps le roman d’Umberto Eco, Au nom de la rose. Les 12 petits animaux qui ont servi de doublure ont été réintroduits, après le tournage, dans divers parcs zoologiques.

 

REPONSES ci dessous :

I

I

I

I

I

I

I

I

1. Le chat (Le chat et le rat) ;

2. Le roi Lion (Le lion) ;

3. Le cygne (Le cygne et le cuisinier) ;

4. Le miracle des loups (Les loups et les brebis) ;

5. Une hirondelle a fait le printemps (L’hirondelle et les petits oiseaux) ;

6. L’avare (L’avare qui a perdu son argent) ;

7. Le corbeau (Le corbeau et le renard) ;

8. La diagonale du fou (Le fou et le sage) ;

9. Les dieux sont tombés sur la tête ( Les dieux qui voulaient instruire un fils de Jupiter) ;

10. Un chien andalou (Le chien qui lâche sa proie pour l’ombre) ;

11. La course du lièvre à travers les champs ( Le lièvre et la tortue) ;

12. L’ours (L’ours et l’amateur de jardins).


 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2021 2 22 /06 /juin /2021 10:06

à 17h au Foyer Culturel

film islandais VO 2015 c 95mn

 

 

 

 

 

avec  

Sigurõur Sigurjònsson, Theodòr Jùlìusson,

Charlotte Boving

-------------------------------------------------------

Thème Deux frères éleveurs qui se haïssent héritent un troupeau de béliers.

---------------------------------

Le réalisateur Grimur Hãkonarson  est né en Islande en 1977.

Après un premier documentaire intitulé Varõi Goes Europe, Grimur Hàkonarson ressort, en 2004, diplômé de la prestigieuse Académie du film de Prague. Son œuvre de fin d’étude, le court métrage Slavek the shit, sera sélectionnée au festival de Cannes en 2005 et récompensée d’une dizaine de prix à travers le monde.

En 2007 il réalise un nouveau court métrage Wrestling qui traite d’une histoire d’amour secrète entre deux lutteurs homosexuels

Puis 2010, la réalisation de son premier long métrage sera une comédie : Summerland pour lequel il sera aussi scénariste

En 2012 il revient au genre documentaire avec A Pure Heart, consacré au prêtre de la ville de Selfoss.

L’importante année 2015, c’est l’année d’un nouveau tournant dans l’évolution du réalisateur et scénariste puisque son deuxième long métrage : Béliers remporte le prix dans la sélection - Un certain regard – au Festival de Cannes. Au Festival international des jeunes réalisateurs de Saint-Jean de Luz, il remporte le prix du meilleur réalisateur, cette même année pour ce même film : Béliers

En 2019, réalisateur et scénariste, il crée le film : Mjòlk, la guerre du lait. Qui dénonce le monopole abusif qu’une coopérative impose aux agriculteurs locaux.

2021 verra la sortie de : The Fence (La Clôture) en pre-production et sera un film américain avec stars (Shailene Woodley, William Hurt) où deux jeunes mariés sont en désaccord avec leur voisin, vétéran de la marine, au sujet d’une clôture.

 

.......................................................................................................................................................Roland
 

 

ASPECTS  DU  CINEMA ISLANDAIS 

 

Avec10 films par an, rapporté à sa population, il s’agit d’une production en pleine expansion.

En 1906,sous domination danoise,est inaugurée à Reykjavik la 1ère salle de cinéma, un Danois, Alfred Lind y présentera un documentaire de 3 minutes. En 1919, la Nordisk Film de Copenhague produit L’histoire de la famille Borg, d’après Gunnar Gunnarsson, avec pour héros un acteur islandais. En 1923, Gunnar Robert Hansen et Gudmundur Kamban réalisent un thriller : Hadda Padda. L’Islande obtient son indépendance en 1944. Jusqu’alors peu nombreux et à diffusion locale, depuis 2000 les longs métrages islandais apparaissent sur la scène internationale.

Les paysages d’Islande, aussi beaux que variés et changeants même en l’espace de quelques kilomètres, la nature préservée font de cette île un nouveau lieu de tournage, en particulier pour Hollywood. Déjà, en 1924, Jacques de Baroncelli y plante le décor de Pêcheurs d’Islande, adapté du roman de Pierre Loti, une aide financière étant accordée aux tournages issus de productions étrangères. C’est ainsi que le film de James Bond Meurs un autre jour est tourné en partie sur la lagune glaciaire de Jökulsarion . 17 ans auparavant, l’Islande représentait la Russie au même endroit ainsi que sur le glacier de Vatnajokull. La vie rêvée de Walter Mitty a pour cadre Sedisfjordur et le cratère du volcan Snaefellsjökull tout comme Voyage au centre de la terre, film américain d’Eric Brevig. Batman begins, Le (ème élément, La ligue des gentlemen extraordinaires ont également été tournés là. La science-fiction y trouve également le cadre pour un monde après l’apocalypse et on y voit le Mur du Nord de Game of Thrones. Promotheus montre Dettifoss, la chute la plus puissante du pays.

Le cinéma islandais a été mis à l’honneur en 2019 lors du 47ème festival international de La Rochelle avec la projection de 13 films.


Voici donc une présentation des films avec le travail des réalisateurs.

Grimur Hakonarson Varoi goes Europe, 2002 ; Slavek The Shit, 2004; Wrestling,2007; Summerland, 2010; Béliers, 2015; Little Moscow, 2018; Mjölk( La guerre du lait) qui raconte la lute d’une veuve pour maintenir sa ferme, 2019 et Rams, 2020.

Fiorik Frioriksson : figure tutélaire du 7ème art, il fonde en 1978 l’Icelandic Film Corporation, la structure cinématographique la plus importante d’Islande qui finance maintenant un film sur 2. Sa réputation lui donne des partenaires comme Francis Ford Coppola et Lars Von Trier (dans le film duquel il a joué : Le Direktor en 2006). Les enfants de la nature avec Bruno Ganz en 1991, nommé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Cold Fever, un road-movie en 1995 ; Les anges de l’univers en 2000 ; Falcons en 2002 et Mama Gögö en 2010.

Baltasar Kormakur : né en 1966, il est un des acteurs les plus doués de sa génération. Il joue d’abord au théâtre avec le Théâtre national d’Islande puis dans son propre établissement où il assure également la mise en scène. Il est acteur, scénariste et réalisateur : 101- Reykjavik, en 2000,islando-germano-franco-norvégien, avec Victoria Abril, d’après le livre éponyme, reçoit le grand prix du jury au festival du film nordique. The sea en 2002 ; Crime city en 2005 ; Jar city, film islando-germano-danois, adapté d’un roman policier d’Arnaldur Indriasonen 2006 ; White night weddind en 2008, vaguement basé sur la pièce d’Anton Tchekov, Ivanov. Contrebande en 2012 comme Survivre, (The deep) basé sur un fait réel datant de 1984 : à la suite d’un naufrage, un homme nage 6 km durant 6 heures dans l’eau à 5° puis marche 2 km dans un champ de lave avant de gagner un port. La chanson du générique de fin est celle du groupe islandais Sigur Ros ; le film reçoit le prix du cinéma européen en 2013. Two guns en 2013 ; The Oath (Le serment d’Hippocrate) , thriller dans lequel il joue en 2016. A la dérive en 2018.

Solveig Ansprach : née en 1960, diplômée de la Femis en 1989, elle obtient la nationalité française. Elle réalise des documentaires et des films de fiction. Reykjavik, des elfes dans la ville en 2001 ; Stormy weather en 2003 ; Back soon en 2008 ; elle s’éteint, en 2015, des suites d’un cancer avant la sortie de L’effet aquatique, dont elle assure les 2/3 du montage et qui est le dernier volet de la trilogie commencée avec Back soon après Queen of Montreuil . Ce film obtient en 2017 le César du meilleur scénario original.

Benedikt Erlingsson Woman at war (islando- franco-ukrainien), film de 2018, tourné en Islande et en Ukraine. Il reçoit le prix SACL dans la section de la semaine de la critique au festival de Cannes et le prix du rail d’or. Halldora Geirharösdöttir est récompensée par le prix d’interprétation à Montréal. En 2019, Des chevaux et des hommes est choisi pour représenter l’Islande aux Oscars dans la catégorie meilleur film en langue étrangère. L’actrice Charlotte Boving est sacrée meilleure actrice au festival international du film d’Amiens.

Runnar Runarsson Vulcano en 2011 ; Sparrows en 2016 avec l’actrice Ingvar Eggert Sigurösson qui figure dans Le serment d’Hippocrate précédemment cité ; Echo en 2019.

Dagur Kari Noi l’Albinos en 2003 et L’histoire du géant timide, film islando-danois de 2015 avec Gunnar Jönsson.

Oskar Jonasson Remote control en 1992 ; Devil’s Island en 1996; Pearls and swine en 1997; Reykjavik- Rotterdam ( Illegal Traffic)en 2008. (Baltasar Kormakur réalise en 2012 le remake américain sous le titre : Contrebande).Thor et les légendes du Valhalla en 2011, est un film d’animation, dessin animé en images de synthèse et en relief co-produit par l’Islande, le Royaume-Uni et l’Allemagne. In front of others en 2016.

Hylnur Palmason : réalise ne 2019 Un jour si blanc, présenté à la semaine de la critique au festival de Cannes en 1ère mondiale et pour lequel l’actrice Ingvar Eggert Sigurösson reçoit le prix Roederer de la révélation et le prix d’interprétation au festival 1ers plans d’Angers.

Guömundur Arnar Güomundson met en scène Le fjord des baleines en 2013, puis écrit, réalise et coproduit Hearstone (un été islandais) présenté en avant-première à la Mostra de Venise en 2016 et reçoit le Queer Lion ainsi que le grand prix du jury au festival 1ers plans d’Angers en 2017.

Ragnar Bragason, né en 1971, réalise une comédie en 2000 Fiasco, puis Children en 2006, Metalhead, présenté en 2013 en 1ère mondiale au festival international de Toronto et The garden en 2020.

Oskar Thor Axelsson met en scène en 2012 Black’s game, adapté de Noir Karma et, en 2017, Les fantômes du passé (Je me souviens de toi) adapté d’un roman islandais, Je sais qui tu es.

Isolde Uggadottir voit son film And Breathe normally être selectionné pour une projection au festival du film de Sundance (principal festival américain de cinéma indépendant qui se tient chaque année dans l’Utah. Il fut fondé par Robert Redford en 1985).

Heina( qui signifie à la maison en islandais) est un film musical de Dean DeBlois retraçant la série de 15 concerts gratuits donnés l’été 2006 par le groupe Sigur Ros.

Une autre actrice mérite d’être mentionnée : Bjork Guömundsdöttir, dite Björk ; née en 1965, on la voit dans le film Quand nous étions sorcières, inspiré du conte des frères Grimm, Le genévrier. Tourné en 1986, après 3 ans de montage, le film a été présenté en 1990 et est sorti en France en 2013.

..........................................................................................................Claudine


 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du CCL, le Ciné-Club de Lamorlaye
  • : Toutes les indformations sur l'activité du Ciné-Club de lamorlaye : dates de projection des film, des sorties, des expositions, ... Des commentaires sur l'actualité du cinéma, ...
  • Contact

nombre de visiteurs

                     contactez-nous

Recherche

AGENDA 2012-2013 du CCL

 Au Foyer Culturel pour des PROJECTIONS-DEBATS le samedi à 17h30 :

>7 ans au Tibet le 29 septembre

 >It's a Free World, le 27 octobre

>Tout le monde dit I love you, le 1er décembre

Liens